Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 185 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 463 984
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BEEN OBSCENE - Night o' mine
/ paru le 30-10-2011 /

Nous avions eu déjà l’occasion de parler du premier album de Been Obscene, un "The magic table dance" tout à fait louable du point de vue stoner psychédélique bien fait et bien pensé. Ce premier disque était sorti en août 2010 et revoilà déjà nos Autrichiens volants de retour avec un "Night o’ mine" qui sort à nouveau chez Elektrohash, le label allemand qui ne descend jamais en dessous de 15 000 mètres.

Been Obscene a raison de battre le fer quand il chaud, car le groupe parvient ici à une nouvelle montée en grade dans son cheminement musical. Thomas Nachtigal (chant et guitare), Peter Kreyci (guitare), Philipp Zezula (basse) et Robert Schoosleitner (batterie) empruntent ici des chemins plus directs, avec des riffs de guitare puissants et acérés, préludes à des départs sur orbite se soldant par de magnifiques phases progressives et charnues qui hantent des morceaux dépassant assez souvent les cinq minutes. C’est ainsi que l’on reste pantois devant des élaborations musclées et inspirées comme "Endless Scheme", "Snake charmer" ou le combat du riff brut et de la douceur sur "The run".

Comme à son habitude, Been Obscene est appliqué, méthodique et sûr de son fait quand il s’agit de placer des constructions à la fois massives et aériennes dans un même morceau. Il y a bien sûr une petite connotation seventies dans ces compositions à la fois lunaires et électriques, ces chevauchées zeppeliennes ("Memories in salvation"), ces références à des groupes anglais obscurs comme Human Beast ou T2, mais Been Obscene sait aussi rester de son temps avec ce style rappelant toujours Colour Haze, cependant doté d'une écriture bien personnalisée.

Le dernier morceau s’affichera à 18 minutes sur votre lecteur CD mais ne vous réjouissez pas trop vite : ce n’est qu’un titre de quatre minutes qui renferme un morceau caché, en l’occurrence un petit assemblage vocal de peu d’importance. Sauf le respect dû à Been Obscene, il faudra quand même laisser passer le message que le morceau caché au bout de dix minutes de silence, ça commence à devenir un peu ringard. Mais oubliez vite cette petite saute d’humeur et plongez-vous dans le dernier album de Been Obscene, il est magnifique.

François Becquart
Pays: AT
Elekstrohasch 153
Sortie: 2011/11/04


Lu: 1328
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 59
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium