Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • William "Count" Basie (1904)
  • Kenny Rogers (1937)
  • James Burton (1939)
  • Harold Reid (1939)
  • Tom Coster (1941)
  • Jackie DeShannon (1944)
  • Carl Giammarese (1947)
  • Joe Strummer (1952)
  • Glenn Hughes (1952)
  • Nick Kane (1954)
  • Steve Smith (1954)
  • Budgie (1957)
  • Liam Howlett (1971)
  • †Robert Moog (2005)
  • †Dean Turner (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 166 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 692 402
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


INFERNO XII - Septem Sermones
/ paru le 02-12-2011 /

Dix mois après la sortie de "First Circle", le mystère Inferno XII reste entier. Et ce ne sont pas les informations lapidaires du livret de ce second opus intitulé "Septem Sermones", ni les données difficilement compréhensibles prodiguées par le site officiel de la formation qui nous aideront à y voir plus clair. La seule information appréciable qui arrive à filtrer au travers de ce brouillard prémédité est la situation géographique des musiciens : la ville de Växjö au sud de la Suède. Pas de photos, aucune vidéo, ni même de biographie digne de ce nom ; rien ne circule sur la toile à propos de ce groupe se disant ‘sans passé ni futur’. Seule la très complète, mais pas vraiment officielle Encyclopaedia Metallum se risque à révéler un line-up (probable) dans lequel figurerait le nom de Bob Ruben, le batteur de Band Of Spice et Kayser, ex-Mushroom River Band, trois formations suédoises affiliées à la scène Stoner/Metal au sein de laquelle on retrouve à chaque fois l’excellent Spice qui fut en son temps, le premier chanteur des Spiritual Beggars (NDR : eh oui, tout le monde a un passé !).

Si vous avez lu notre chronique de l’album précédent, vous vous rappelez peut-être que ce qui nous avait séduits chez Inferno XII, c’était son approche unique de la musique infernale. Ce style indéfinissable et envoûtant, partagé entre doom, stoner, rock psychédélique et métal classique et transcendé par un chant très mélodique, une basse vagabonde et des soli de guitares envoûtants. Très curieusement, nous ne retrouvons pas grand-chose de tout cela sur "Septem Sermones". Ce qui frappe d’emblée lors de la première audition du nouvel effort, c’est le changement radical de style vocal. Nous avons manifestement affaire au même chanteur, mais il a curieusement renoncé à la douceur relative qui caractérisait ses vocalises au profit d’un style plus rugueux et beaucoup moins mélodieux. La basse est aussi un sujet d’étonnement. Elle qui, jadis, nous impressionnait par ses escapades solitaires, semble avoir été reléguée au rôle plus banal de ‘moitié de section rythmique’.

En modifiant de la sorte deux tiers des éléments que nous avions le plus appréciés dans sa musique, Inferno XII aurait dû, en toute logique, nous décevoir. Pourtant, "Septem Sermones" nous séduit à nouveau.

Tout d’abord, parce qu’il accentue le côté doom des Suédois, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Le tempo est ralenti, les riffs se font plus lourds et les compositions, plus complexes et plus longues (six minutes, en moyenne contre quatre pour l’album précédent). Ensuite parce que, quand Inferno XII fait du doom, il le fait à sa manière sans répéter ce qui a déjà été fait et refait. Il inclut, par exemple, dans la plupart des titres, le son d’un piano théâtral qui apporte une couleur très Alice Cooper à son sabbat infernal.

Moins facile d’accès que son prédécesseur au premier abord, "Septem Sermones" se révèle vite indispensable après plusieurs écoutes consécutives. Après Ghost et The Devil’s Blood, voici donc une nouvelle réussite à porter au crédit des forces infernales. Notre monde va décidément bien mal.

Liste des morceaux (64’22) :

  1. Dream-Quest of the Watcher (8’03)
  2. Embrace The Dark (7’58)
  3. Luce Nel Buio (6’11)
  4. Seven Stars (5’45)
  5. Rinse (7’28)
  6. Light That Never Shapes (4’37)
  7. Zi Dingir Ene Apsu Kanpa (5’48)
  8. Spiritus Immundi (4’34)
  9. Bastard Beneath (4’47)
  10. Follow This Trail (9’06)

Le groupe :
Information non communiquée.

Michel Serry
Pays: SE
Autoproduction
Sortie: 2011/10/16


Lu: 1842
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 13
• Semaines de présence au Top 30: 6
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium