Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • William "Count" Basie (1904)
  • Kenny Rogers (1937)
  • James Burton (1939)
  • Harold Reid (1939)
  • Tom Coster (1941)
  • Jackie DeShannon (1944)
  • Carl Giammarese (1947)
  • Joe Strummer (1952)
  • Glenn Hughes (1952)
  • Nick Kane (1954)
  • Steve Smith (1954)
  • Budgie (1957)
  • Liam Howlett (1971)
  • †Robert Moog (2005)
  • †Dean Turner (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 181 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 701 436
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BACKCORNER BOOGIE BAND (The) - The Kotten Fields sessions
/ paru le 15-02-2012 /

Les membres qui composent le Backcorner Boogie Band sont si nombreux que rien qu’en citant leurs noms, on remplit déjà une bonne moitié de cette chronique : Erik Neimeijer (chant), Richard Hunting (basse), Timo Kelder (batterie), Hendrik Jan Lovink (guitare rythmique), Geo Wassink (claviers), Bas Schouten (guitare lead), Marieke Russink (chant et chœurs), Eugene Latumeten (chant et chœurs), Toos Ligtenberg (chant et chœurs), Mark Lukassen (saxophone), Bas Konings (trompette) et Rob Ebbers (trombone).

Mais il ne saurait être question ici de faire du remplissage car il y a beaucoup de choses à dire sur ce groupe, surtout si on veut le complimenter. En effet, cette bande de Bataves électriques sait s’y prendre comme un chef pour trousser un boogie rock sudiste altier et enthousiaste et rendre ainsi le sourire au rocker fatigué par la crise économique, la vague de froid, le dernier album de Radiohead ou le risque de voir Madonna venir bientôt jouer en Belgique.

Ici, il est question de rock ‘n’ roll rutilant, de guitares chevaleresques, de sections de cuivres dégoulinant de blues et de soul bien gras et d’un esprit ricain sudiste qui commençait à se faire rare ces derniers temps. En treize morceaux, le Backcorner Boogie Band sort du grenier le bel esprit rock et boogie qui animait Creedence Clearwater Revival, Booker T. & The MG's et les Black Crowes et nous remélange tout ça pour rendre le résultat intemporel. Ce premier album du groupe aurait pu avoir été enregistré en 1971, en 1980 ou en 1995, on n'aurait pas vu la différence. Il s'agit donc bien de rock classique pur, cueilli au détour des champs de coton américains, dans une station-service de la Route 66 ou sous la planche d'un surfeur de Los Angeles.

L'avantage de cette galette est qu'on ne s'y ennuie pas, ce qui est un grand pari quand on revisite le rock classique des Seventies à grand renfort de cuivres et de chœurs féminins chantant "wap doo wap". Après une petite mise en jambe avec les bons "Better days" et "Look at me standing", le groupe met un cran de plus avec un "Never sure" tout en tension et en grandiloquence électrique. Le rythme s'accélère et les propos deviennent plus tranchants sur un "Make you crawl" traité à la Grand Funk Railroad. Une onde truffée d'un groove funky envahit "Fuel up your fire" qui aurait pu avoir été chanté par Tommy Bolin. "Make it happen" ressuscite un boogie binaire lardé de coups de trompettes péremptoires et "Now I got love" s'enlise dans un saxophone lascif qui marque le tempo d'un blues funky fermenté dans les rues de la Louisiane. On pourrait multiplier les exemples d'excellents moments sympathiques qui revisitent le patrimoine blues et rock américain sans prétentions mais avec bonne humeur et qualité.

Le dernier tiers du disque est davantage menacé par la redite et la présence des cuivres qui commencent à se faire un peu trop envahissants. Mais la cavalerie arrive à temps pour sauver l'album avec l'énorme "My baby left me", non pas une reprise d'Arthur Crudup mais un hard boogie blues haché par une guitare suintante de cambouis et un chant caillouteux et brouillon qui rappellent le fabuleux Jim Jones Revue. Le dernier titre "I get high" est une ballade soul poignante digne des grands moments d'Aretha Franklin. Que dire de plus ? Le Backcorner Boogie Band n'a pas inventé le fusil à répétition mais il sait bougrement bien s'en servir.

François Becquart
Pays: NL
Suburban Records
Sortie: 2012/02/17


Lu: 1596
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 101
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium