Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Arthur Brown (1942)
  • Jeff Beck (1944)
  • Colin Blunstone (1945)
  • Mick Fleetwood (1947)
  • Patrick Moraz (1948)
  • John Illsey (1949)
  • Derrick "Duckie" Simpson (1950)
  • Terence Wilson (1957)
  • Jeff Cease (1957)
  • Andy McCluskey (1959)
  • Curt Smith (1961)
  • Emppu Vuorinen (1978)
  • †Thomas Iain Smith (2007)
  • †Dave Carpenter (2008)
  • †Peter Quaife (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 152 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 549 928
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BOYLE, Gary - Electric Glide
/ paru le 04-03-2012 /

Après la dissolution de son groupe Isotope au début de l’année 1977, le guitariste Gary Boyle saisissait l’opportunité offerte par sa compagnie discographique d’enregistrer un album solo. Réussi, soutenu par de bonnes compositions et un joli panel d’accompagnateurs, « The Dancer » sortait la même année et confirmait les talents d’un artiste attaché au Jazz-Rock de son époque. Les parentés avec John McLaughlin et le Mahavishnu Orchestra, le Santana Band et Brand X étaient évidentes.

Toujours avec le soutien du label Gull, le deuxième album publié en 1978 illustre bien l’inspiration du guitariste à l’époque. Sans quitter l’univers du Jazz-Rock, « Electric Glide » montre un changement d’approche et une ouverture vers d’autres courants du genre.

Essentiels tant au sein d’Isotope que dans son album précédent, les claviers sont ici réduits à portion congrue. Ils n’apparaissent plus que sur deux titres, et dans un rôle secondaire. Les guitares s’en retrouvent automatiquement renforcées, et plus encore grâce au recrutement de trois guitaristes. D’origine et de styles différents, chacun d’eux s’exprime en duo avec leur leader du moment sur deux titres. Dans cette diversité, celui-ci prouve une fois encore son potentiel technique et sa capacité d’adaptation. Certains échanges sont subtils et délicats, d’autres épiques, comme celui avec le regretté Gary Moore (Skid Row, Thin Lizzy, Colosseum II, Gary Moore Band). On oublie d’ailleurs souvent qu’avant son intérêt plus marqué pour le Blues encouragé par l’immense succès de son album « Still Got the Blues » en 1990, l’Irlandais menait une belle carrière dans le Hard-Rock et s’aventurait aussi à l’occasion dans un Jazz-Rock musclé, parfois teinté de Progressif. Ici, l’énergie de ce tandem est stupéfiante, particulièrement dans « Gaz », un petit bijou dans le genre. Avec l’Antillais Robert Awhai, le ton est à la rondeur, le jeu élégant et racé. Larry Carlton et Jeff Beck viennent alors souvent en mémoire. Avec Ken Shaw (Nucleus), compositeur des deux titres qu’il interprète, les guitares électro-acoustiques ne travaillent qu’en finesse et légèreté, sans autre instrument, dans la ligne du duo John McLaughlin et Larry Coryell.

Les bassistes et les batteurs présents ont déjà tous une certaine réputation et ont l’habitude de louer leur savoir-faire. Le duo composé de Phil Chen et Richard Bailey vient de travailler avec Jeff Beck dans « Blow by Blow », le premier vrai album de Jazz-Rock du guitariste. Rien que ce fait justifie leur aisance avec la paire Boyle/Awhai. L’association de John Giblin et Simon Phillips est tout aussi idéale, mais plus musclée, si l’on excepte le sublime « It’s Almost Light Again » où Gary Boyle manie avec délice ses guitares acoustiques six et douze cordes. Outre leur flamboyance avec le tandem Boyle/Moore, ils osent une solide composition commune où le guitariste leur laisse la vedette.

En conclusion, « Electric Glide » tient ses promesses. Il permettra aux amateurs de Jazz-Rock de découvrir une nouvelle facette de ce guitariste oublié, toujours actif à l’occasion, à septante et un ans. Il est à espérer que le label Esoteric Recordings, souvent bien inspiré, poursuivra la réédition des albums suivants.

Les titres (36’20) :

  1. Snap Crackle (Boyle)(5’17)
  2. Hayabusa (Boyle)(4’10)
  3. Electric Glide (Boyle)(3’59)
  4. Morning Father Joys (Shaw)(5’04)
  5. Gaz (Boyle)(6’39)
  6. It’s Almost Light Again (Boyle)(4’16)
  7. Crumble (Giblin/Phillips)(2’35)
  8. Brat No.2 (Shaw)(4’20)

Les interprètes :
  • Gary Boyle : Guitares
  • Robert Awhai : Guitare (1, 3)
  • Gary Moore : Guitare (2, 5)
  • Ken Shaw : Guitare (4, 8)
  • Pete Jacobsen : Claviers (1, 3)
  • John Giblin : Basse (2, 5, 6, 7)
  • Phil Chen : Basse (1, 3)
  • Simon Phillips : Batterie (2, 5, 6, 7)
  • Richard Bailey : Batterie (1, 3)
  • Simon Morton : Percussions (1, 3, 6)

JPS1er
Pays: GB
Esoteric Recordings ELEC2308
Sortie: 2012/01/30 (réédition, original 1978)


Lu: 1445
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium