Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bruce Johnston (1944)
  • Gilson Lavis (1951)
  • Margo Timmins (1961)
  • Michael Ball (1962)
  • Laurence Colbert (1970)
  • †John Entwistle (2002)
  • †Robert Dwayne Womack (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6732 membres.
- En ligne, nous sommes 166 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
101 672 004
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DANDY WARHOLS (The) - This machine
/ paru le 25-04-2012 /

Avec près de vingt ans d'existence et un neuvième album cette année, les Dandy Warhols ne sont plus vraiment le groupe de petits jeunes ou le combo révolutionnaire du son des années 2000 que l'on décrivait dans les gazettes à l'époque. La formation de Portland traîne derrière elle des monceaux de mythes et de légendes. On se souvient du fameux documentaire Dig qui mettait en opposition les Dandy Warhols, les gentils gagnants, et le Brian Jonestown Massacre, les méchants perdants de la grande course vers les lauriers du vedettariat rock 'n' roll. Depuis, grâce à ce film, le Brian Jonestown Massacre est presque plus en vue que les Dandy Warhols, qui ont au cours du temps additionné les disques corrects mais loin de surmonter les excellents trois premiers albums de leur carrière.

On a l'habitude de classifier les Dandy Warhols dans le registre du néo-psychédélisme mais le groupe a visité bien des genres le long de son existence : garage psychédélique sixties sur son premier album "Dandys rule OK" (1995), shoegazing nineties sur leur deuxième album "The Dandy Warhols come down" (1997) et bien sûr le gros succès de "Thirteen tales from urban bohemia" (2000). À partir de ce moment, les Dandy Warhols ont cherché une diversification pas toujours bien calculée, comme l'ont montré des albums en demi-teinte comme "Welcome to the monkey house" (2003), "Earth to the Dandy Warhols" (2008) ou "The Dandy Warhols are sound" (2009).

On attendait donc la nouvelle livraison des Dandy avec inquiétude et impatience, afin de savoir si le groupe pouvait se refaire une santé et reprendre le trône qu'on lui avait offert sans trop rien dire il y a dix ans. Et il faut bien admettre que la réponse n'est pas très évidente. "This machine" est un bon album en soi, intéressant, varié, compétent. L'auditeur à qui on passerait les titres en blind test serait impatient de savoir quel est ce nouveau groupe qui se lance dans la compétition internationale mais qui pourrait soigner davantage son originalité. Et lorsque l'on dévoile le nom des Dandy Warhols, l'auditeur tombe des nues et se dit que le temps où le groupe avait avec lui la pertinence et la vision est bien loin.

Donc, on ne va pas tirer à boulets rouges sur ce nouveau disque des Dandy Warhols qui ont quand même réussi à mettre en lice une dizaine de morceaux oscillant entre rock nerveux ("Sad vacation", "Enjoy yourself"), épisodes dansants façon années 80 ("The autumn carnival"), punk cybernétique ("Alternative power to the people") ou psychédélisme gracieux ("Don't shoot she cried", "Slide"). Mais tout cet ensemble donne une impression de déjà entendu et sonne très impersonnel quand on le ramène sous la bannière des Dandy Warhols. Les titres occupant le milieu de l'album sont dans un cas encore plus préoccupant puisqu'ils semblent avoir été empruntés à d'autres groupes (le boogie binaire de bastringue "16 tons", l'intro de guitare piquée à AC/DC sur "I am free", l'énergie très Vines de "SETI vs the wow signal" et même un "Rest your head" qui fait penser au Beta Band ou aux Crash Test Dummies, c'est vous dire). Le tout reste agréable mais est foncièrement générique et passe-partout, une sorte d'album de routine.

Alors, bientôt un Dig 2 avec la revanche du Brian Jonestown Massacre sur les Dandy Warhols ?

François Becquart
Pays: US
The End Records
Sortie: 2012/04/23


Lu: 2338
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 13
• Semaines de présence au Top 30: 8
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

syskia
le 25/04/2012 | mon évaluation:
Concernant le morceu "16 tons" il s'agit du reprise de Tennessee Ernie ford. Il existe également une autre reprise sur cet album. En l'occurence, le dernier morceau "Kiss Off", reprise des Violent Femmes.

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium