Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 179 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 455 864
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


COSMIC DESPAIR - Celebration Of The Wake
/ paru le 17-06-2012 /

Le label russe Stygian Crypt Productions (NDR : ou, dans ce cas-ci, son petit frère morbide Marche Funebre Productions) nous propose souvent d’exotiques curiosités métalliques underground et Cosmic Despair est sans aucun doute l’une de celles-ci.

Un groupe tel que celui-ci n’aurait jamais pu exister il y a vingt ans. Imaginez que ses membres sont dispersés aux trois coins de la planète (NDR : Cosmic Despair est un trio). Stormalv, qui se charge du chant et de la basse, est basé à Skien en Norvège. Azathoth, qui cumule les fonctions de guitariste et de batteur, réside à Lublin en Pologne. Quant à Sam, le claviériste, il habite carrément à Damas en Syrie. Vous l’aurez compris, la salle de répétition de Cosmic Despair, c’est la grande toile et ce n’est pas demain que nous pourrons les voir sur des planches.

Outre cette particularité géographique, Cosmic Despair se targue aussi de pratiquer un genre musical peu courant : le ‘romantic funeral doom’. Si nous avons bien assimilé ce qu’était le funeral doom avec ses riffs ultra-pachydermiques, ses voix caverneuses et ses textes funéraires, la déclination romantique du genre nous laisse tout de même un peu perplexes. Difficile, en effet de qualifier de ‘romantiques’ ces grunts profonds et baveux qui évoquent plus les croassements d’un crapaud affligé d’une toux grasse que la voix douce d’un prince charmant de contes de fées. Difficile aussi de trouver la trame romantique de textes évoquant la douleur, les monstres marins et les veillées funèbres. Nous prendrons donc "Celebration Of The Wake" pour ce qu’il est : un bon album de funeral doom ; sombre, morbide, rampant, lugubre et angoissant, mais en aucun cas romantique !

Un disque sombre, réservé aux amateurs éclairés.

L’album (43’35) :

  1. Nox Initium (1’25)
  2. Chains Of Frost (5’51)
  3. Infinite Halls (5’30)
  4. Angels Of Desolation (5’20)
  5. Leviathan (6’34)
  6. Poseidon (3’47)
  7. Celebration Of The Wake (7’53)
  8. Sunrise (1’52)
  9. The Unknown Kadath In The Cold waste (cover Thergothon) (5’20)
Le groupe :
  • Stormalv : Chant, Basse
  • Azathoth : Guitares, Batterie
  • Sam : Claviers

Michel Serry
Pays: NO/PL/SY
Marche Funebre Productions MARCH 008
Sortie: 2012/05


Lu: 1119
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 98
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium