Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • George Clinton (1940)
  • Rick Davies (1944)
  • Estelle Bennett (1944)
  • Don Henley (1947)
  • Al Di Meola (1954)
  • Mick Pointer (1956)
  • Keith Sweat (1961)
  • Emily Saliers (1963)
  • William Calhoun (1964)
  • Pat Badger (1967)
  • Chris Helme (1971)
  • Daniel Jones (1973)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 167 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 061 123
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ALLEN, J. - Wonder city
/ paru le 22-07-2012 /

Le parcours musical de Josh Allen est étroitement lié à son premier groupe Meanwhiles, expérience folk qu'il monte avec son frère Todd en 2003. Les Meanwhiles évoluent au cœur de la grouillante ville de New York, mais semblent complètement décalés par rapport à l'excitation permanente qui règne dans leur cité. Leur folk lent et onirique attire le producteur Alan Weatherhead (Sparklehorse), qui met au point avec eux leur premier album "The nights rewind" en 2005, avec le soutien vocal de la chanteuse Martha Wainwright.

J. Allen réalise lui-même en 2008 le second album des Meanwhiles, un "Slow motion summer" où figure Alan Weatherhead à la guitare steel et Nadine Khouri dans les chœurs. Après cela, J. Allen passe en solo avec un premier EP "Down the hill I dreamed" en 2010, puis ce premier album "Wonder city" qu'il réalise entièrement lui-même, de l'écriture des morceaux jusqu'à la production.

Je ne sais pas ce qui est arrivé à J. Allen, mais, en même temps, il a dû perdre toutes ses économies dans un krach boursier, se faire larguer par sa petite amie, avoir perdu ses parents dans un accident de voiture, avoir vu sa maison incendiée, s'être fait diagnostiquer un cancer et s'être fait engager de force dans la Légion Étrangère, car de la tristesse à ce point-là dans un album, on en a rarement vu. J. Allen égrène neuf chansons ralenties et rêveuses, plaintives et lardées d'un chant neurasthénique et fatigué, avec la guitare acoustique comme unique compagne.

Quand j'étais gamin, il y avait une BD appelée Les Rigolus et les Tristus. J. Allen est incontestablement un tristus, le genre qui filerait une dépression nerveuse à des régiments entiers de surfeurs blonds californiens bronzés toute l'année. Son album extrait l'auditeur de son monde contemporain fait de stress et de course contre la montre pour le placer hors du temps, au-dessus du monde, avec la perspective du ciel infini et du temps qui s'est arrêté. N'écoutez jamais cet album un jour de pluie, sinon c'est le suicide assuré. Mais écoutez-le avec en tête l'idée de ce que pourrait être l'infini ou la quatrième dimension. Vous verrez défiler de somptueux paysages jamais touchés par l'homme, vous entendrez les profondeurs de la mer vous murmurer qu'il n'y pas beaucoup de choses bien importantes dans le monde futile où nous vivons, vous trouverez devant vous des petits échantillons de repos éternel.

J. Allen a fractionné l'absolu en petits bouts, les a trempés dans un bain de désespoir et a concentré le tout dans son album, triste et beau et qui ferait passer The Cure pour une fanfare municipale savoyarde. C'est une question de goût ou d'humeur, mais "Wonder city" tour à tour vous exaspérera avec sa tristesse abyssale ou vous séduira sans limites par la grandeur de sa mélancolie.

François Becquart
Pays: US
Duct Tape Productions
Sortie: 2012/09/03


Lu: 2147
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 34
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium