Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • June Carter (1929)
  • Stuart Sutcliffe (1940)
  • Terry Nelhams (1940)
  • Rosetta Hightower (1944)
  • Paul Goddard (1945)
  • Myles Goodwyn (1948)
  • Glenn Danzig (1955)
  • Lee John (1957)
  • Richard Coles (1962)
  • Steve Shelley (1962)
  • Paul Arthurs (1965)
  • James MacPherson (1966)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 148 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 533 544
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


KAYAK - Kayak
/ paru le 30-09-2012 /

Après la réédition du premier album de Kayak, "See See The Sun", Esoteric Recordings nous offre celle du second, éponyme sorti en 1974 (malgré son nom, ceci est le deuxième album, ne vous y trompez pas). Le line-up est le même que sur le premier opus : Ton Scherpenzeel, Pim Koopman, Clees Van Leeuwen, Max Werner et Johan Slager se partagent l’affiche.

Même topo que sur l’album précédent, une dominante jazz-rock, tendance Canterbury marque ce disque. "Alibi" la plage d’ouverture est du plus pur style rock progressif, vocaux à la Yes, histoire de rappeler le début du premier album. "Wintertime" se rapproche du prog de la fin des années septante, particulièrement Alan Parsons Project, une touche de jazz en plus. Avec "Mountain Too Rough", on est carrément dedans, à se demander si Mr Parsons a participé aux enregistrements… Notez que le standard du groupe, "Ruthless Queen" sorti quelques années plus tard, est tout à fait de la même veine. Joli en tout cas.

Les trois titres suivants nous replongent dans l’atmosphère de l’école de Canterbury, les premiers Camel en particulier. "Trust In The Machine" nous rappelle les rythmes syncopés de Gentle Giant, la plage de clôture, "His Master’s Noise", toute en douceur, agrémentée de chœurs dignes de Crosby, Stills and Nash conclut l’album de belle manière.

Kayak a prouvé sur cette galette qu’il était un groupe important sur la scène progressive internationale. Ce n’est peut-être pas le disque incontournable que tout un chacun se doit de posséder, mais c’est un album qui s’inscrit dans la continuité du premier, et donc digne de votre attention.

Pascal Laurent
Pays: NL
Esoteric Recordings ECLEC2336
Sortie: 2012/07/30 (réédition, original 1974)


Lu: 1446
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium