Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Spencer Davis (1941)
  • Wolfgang Flur (1947)
  • Ron Asheton (1948)
  • Geezer Butler (1949)
  • Mick Tucker (1949)
  • John Wetton (1949)
  • Chet McCracken (1952)
  • Bruce Crump (1957)
  • †Billie Holiday (1959)
  • Lou Barlow (1966)
  • †John Coltrane (1967)
  • †Chas Chandler (1996)
  • †Gordon Waller (2009)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 162 lecteurs, dont 2 membres.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 958 884
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BAGHEERA - Drift
/ paru le 17-10-2012 /

Décidément, la Suisse n’est plus ce qu’elle était. On a vu récemment avec Spylown ou Yog que la Suisse cultivait avec bonheur un vivier torride de groupes de hardcore explosifs et suants. Avec Bagheera et son premier album "Drift", on remet le couvert et ça va être chaud, croyez-moi.

Créé à Lausanne en 2009, le quatuor composé de Moos, Ed, Robin et Max tire directement et sans honte son nom de Pantera, leur groupe culte. Pantera, Bagheera, le livre de la jungle, quoi ! Et c’est dans la jungle du métal et du hardcore (attention, je n’ai pas dit metalcore) que Bagheera se faufile, allant capter des influences diverses (Machine Head, Hatebreed, Slayer, Nirvana…) et les recyclant à merveille dans un mélange que les démolisseurs d’immeubles viennent d’homologuer lors de leur dernière assemblée générale.

La qualité principale de Bagheera est le fait que le groupe ne se prend pas la tête pour tenter de la nouveauté qui risquerait fort de passer à côté de la plaque. Le groupe pose les pieds sur une base solide et c’est surtout le son qui fait sa grande force. Oui, Bagheera a trouvé le son qui lui convient et il s’en sert pour envoyer des riffs totalement monstrueux, des breaks carrés et un chant encore clair qui ne dédaigne pas de temps en temps un petit côté parlé ou un petit growling cher au death metal.

Donc, résumons : chez Bagheera, on trouve du métal, du hardcore, un peu de grunge ("Rough"), une once de rap metal ("Torchlight"), même du stoner ("Drift") et quelques pastilles de death ("Catch yourself"). Tout cela est lié dans une sauce forte et un son bien relevé travaillé en studio par Raphael Bovey (par ailleurs batteur du groupe Krüger). Simple et efficace, recherchant avant tout le résultat plutôt que les moyens, ce premier album de Bagheera est une réussite et une alternative valable au café pour se réveiller le matin.

François Becquart
Pays: CH
Autoproduction
Sortie: 2012/10/05


Lu: 1269
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 40
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium