Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 21-01-2018
› NOYADES + MONOTROPHY + ZOZO VIOLENTA (Bruxelles)
› BRIDES OF LUCIFER (Bruxelles)
› ZIMMERMAN (Gent)

Les 7 prochains jours:
22-01 The SCANERS (Bruxelles)
22-01 DEER TICK (Bruxelles)
22-01 Lee BAINS III and The GLORY FIRES (Bruxelles)
23-01 SEPTICFLESH + INQUISITION + ODIOUS (Vosselaar)
23-01 Roland DACOS (Liège)
23-01 Lina TULLGREN (Liège)
23-01 DEPEDRO (Leuven)
24-01 STEREOPHONICS + Ales FRANCIS (Bruxelles)
24-01 Natalie PRASS + Nilüfer YANYA + Daniel BLUMBERG (Bruxelles)
24-01 Mathilde RENAULT (Bruxelles)
24-01 ARCH ENEMY + WINTERSUN + TRIBULATION + JINJER (Borgerhout)
25-01 TANAE (Liège)
25-01 LE SINGE BLANC + DON VITO + The MARY HART ATTACK (Bruxelles)
25-01 36 CRAZYFISTS + 68 + ALL HAIL THE YETI (Bruxelles)
25-01 A. SAVAGE + Jack COOPER (Gent)
26-01 BARELY AUTUMN (Bruxelles)
26-01 ZOMBIE ZOMBIE + CAMERA + CAPELO (Bruxelles)
26-01 STARCRAWLER (Bruxelles)
26-01 GLORYHAMMER + CIVIL WAR + DENDERA (Vosselaar)
26-01 The SONICS + The ERROR TEAM (Kortrijk)
26-01 BERTIER + Kouzy LARSEN (Ittre)
27-01 BOMBERBATZ + KHOHD (Liège)
27-01 Omar SOULEYMAN + Gan GAH (Bruxelles)
27-01 TRIO CISCO HERZHAFT (Liège)
27-01 LIIMA + SHY DOG (Bruxelles)
27-01 The SONICS + The GOON MAT and LORD BERNARDO (Liège)
27-01 NOTHING BUT THIEVES + The XCERTS + AIRWAYS (Borgerhout)
27-01 Romain HUMEAU (Ittre)
28-01 THE SOUND OF THE BELGIAN UNDERGROUND (Bruxelles)
28-01 Adrian CROWLEY + Nadine KHOURI (Bruxelles)

Mois en cours:
Janvier 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 


Anniversaires

  • Snooks Eaglin (1936)
  • Ritchie Havens (1941)
  • Edwin Starr (1942)
  • Billy Ocean (1950)
  • †Jackie Wilson (1984)
  • †Champion Jack Dupree (1992)
  • †Colonel Tom Parker (1997)
  • †Charles Brown (1999)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6823 membres.
- En ligne, nous sommes 172 lecteurs, dont 2 membres.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 750 273
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BEGGAR'S OPERA - Nimbus, the Vertigo years anthology
/ paru le 24-10-2012 /

Qui se souvient de Beggars Opera ? Ce groupe écossais constitutif de la myriade de groupes progressifs actifs durant l'âge d'or 1968-1973 a réalisé quelques albums impressionnants sur le mythique label Vertigo, que les collectionneurs vénèrent pour les 69 premiers albums édités par cette maison et qui comprenaient en leur centre un dessin en forme de tourbillon ("twirl") qui donnait le vertige lorsqu'on voyait tourner le disque sur la platine, d'où le nom Vertigo. Eh bien, pour ceux qui auraient raté Beggars Opera à l'époque ou qui n'auraient pas fait l'acquisition des rééditions du label allemand Repertoire des années 90, ils ont la possibilité de se rattraper grâce au superbe double CD du label Esoteric Recordings qui compile ici l'intégrale des trois premiers albums du groupe, une partie du quatrième, ainsi que deux titres parus uniquement en single. On va se régaler !

Beggars Opera tire son nom de L'opéra des gueux, écrit par John Gay en 1727, ce qui révèle tout de suite les préoccupations de ses membres pour la musique classique. Martin Griffiths (chant et percussions), Alan Park (claviers), Raymond Wilson (batterie), Ricky Gardiner (guitare et chant) et Marshall Erskine (basse et flûte) cultivent en effet l'amour de l'opéra italien, du romantisme allemand, de Frank Sinatra ou George Formby et ne sont pas insensibles à la scène rock progressive britannique qui bourgeonne à l'époque. Griffiths, Park et Wilson étaient déjà dans un groupe du nom de The System lorsqu'ils étaient au lycée. Avec Gardiner et Erskine, ils bossent sur un chantier pour gagner l'argent indispensable à l'achat de leur matériel. Après avoir écrit leurs morceaux et les avoir rodé sur scène, ils signent sur le label Vertigo, qui vient de voir le jour en 1969 et qui est la vitrine progressive du label Phonogram.

Beggars Opera a la chance d'enregistrer son premier album avec comme ingénieur le jeune Martin Birch, qui va devenir une figure incontournable du rock anglais durant les années 70 et 80 (Fleetwood Mac, Deep Purple, Wishbone Ash, Rainbow, Black Sabbath, Whitesnake, Iron Maiden : repos, vous pouvez fumer). Ce premier album éponyme donne la couleur du style Beggars Opera : du rock symphonique flamboyant et hyper-orchestré, tendance post-psychédélique anglais. On remarque notamment le heavy rock progressif de "Memory" et on se laisse emporter par la cavalcade frénétique de "Raymond's road", un florilège de mélodies classiques jouées à toutes vitesses avec des prouesses d'orgue et de guitare qui ne sont pas sans rappeler Deep Purple ou Love Sculpture dans ses ébats avec le classico-rock, très en vogue au début des années 70. Dans la foulée, le groupe édite le single "Sarabande/Think", aux ambiances bien heavy rock et qui connaît son petit succès en Allemagne et aux Pays-Bas, sans parvenir à disloquer le marché anglais.

Avec le deuxième album "Waters of change" (1971), le groupe passe à une ambiance un peu plus progressive, similaire dans le style mais un peu moins frénétique. C'est toujours la même équipe qui produit (Bill Martin et Phil Coulter à la production et Martin Birch comme ingénieur) mais il y a quelques petits changements dans le groupe, avec le départ de Marshall Erskine, remplacé par Gordon Sellar, et l'arrivée d'une jeune joueuse de Mellotron nommée Virginia Scott. L'album offre de belles plages, comme le puissant et cérémonieux "Time machine", un "I've no idea" parsemé de solos racés d'orgue et de guitare, le vaporeux "Nimbus" et le son si caractéristique du Mellotron (toute l'âme des années 70 loge dans ce lourd et encombrant instrument, ancêtre du synthétiseur) ou l'ultra-technique et mélodieux "Silver peacock". Beggars Opera fait forte impression en Allemagne, où il est remarqué lors de sa prestation au British Rock Music Festival de Spire en 1971, partageant l'affiche avec Pink Floyd, Black Sabbath et Fleetwood Mac devant 112 000 spectateurs enthousiastes. Mais en Grande-Bretagne, toujours pas de percée retentissante.

Cela n'empêche pas Vertigo de renouveler sa confiance dans le groupe, dont le troisième album "Pathfinder" de 1972 est considéré comme son sommet. Les chansons sont plus concises que sur les disques précédents (de quatre à huit minutes) et moins éparpillées dans des solos techniques ou échevelés. "Hobo", "The witch" ou "Madame Doubtfire" affichent ainsi un très bon niveau de composition et d'interprétation, Beggars Opera tentant même avec réussite une reprise de "MacArthur Park" de Jim Webb, qui fut un gros succès en 1968 pour l'acteur Richard Harris. Après la sortie de cet album, Martin Griffiths quitte le groupe et est remplacé par Pete Scott (ex-Savoy Brown).

Les choses changent radicalement après le départ de Griffiths, membre fondateur et compositeur important au sein du groupe. Scott reste à peine le temps des répétitions de l'album "Get your dog off me" et est remplacé par Linnie Patterson (en provenance de l'excellent groupe heavy prog Writing On The Wall). Le nouvel album sort en 1973 mais est bien inférieur aux œuvres précédentes, ce qui précipite l'éjection de Beggar's Opera du label Vertigo en 1974. Très west coast et plus vraiment progressif, l'album contient cependant quelques morceaux sortant du lot, comme l'intense "Turn your money green", le solide "Working man", le cristallin instrumental "Requiem" ou une très bonne reprise du "Classical gas" de Mason Williams.

Le bassiste Gordon Sellar reprend les destinées de Beggars Opera et le groupe sort encore deux albums sur le label allemand Jupiter : "Sagittary" (1974) et "Beggars can't be choosers" (1975). Ce sont les deux derniers albums du groupe, qui se sépare peu après. Le guitariste Ricky Gardiner intègre le groupe de David Bowie et participe à l'album "Low". Il assure également ses fins de mois en cosignant le fameux "The passenger" avec Iggy Pop, sur l'album "Lust for life" (1977).

Beggars Opera renaît une première fois de ses cendres en 1981, avec l'album "Lifeline" qui sort sur la branche allemande de Vertigo et sur lequel on retrouve entre autres Linnie Patterson, Alan Park et Gordon Sellar. Puis c'est un line-up animé par Virginia Scott et Ricky Gardiner qui reprend le collier au milieu des années 2000 et qui sort régulièrement des albums depuis lors. Si l'on ne juge pas utile de se perdre dans la riche histoire de Beggars Opera, il suffit juste de revenir sur les trois premiers albums du groupe, incontestablement ses meilleurs, et le double CD d'Esoteric Recordings est le parfait objet pour apprécier un groupe très talentueux que la chance a malheureusement oublié.

François Becquart
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC 22343
Sortie: 2012/09/24 (réédition, originaux 1970-1973)


Lu: 2106
Partager sur :
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium