Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • John Lodge (1945)
  • Kim Carnes (1945)
  • Carlos Santana (1947)
  • Paul Cook (1956)
  • Michael MacNeil (1958)
  • Chris Cornell (1964)
  • Andrew Levy (1966)
  • †Roy Hamilton (1969)
  • †Artie Traum (2008)
  • †Chester Bennington (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 207 lecteurs, dont 2 membres.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 021 322
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ATKINS MAY PROJECT - Valley Of Shadows
/ paru le 08-12-2012 /

Le nom de Al Atkins est intimement lié à l’histoire du heavy métal. C’est ce vocaliste anglais qui est à l’origine de la première mouture de Judas Priest en 1969. Atkins restera le frontman du groupe pendant plus de quatre ans. Bien que sa voix n’ait jamais été posée sur l’une des plaques du Priest, Atkins s’est assuré une place au panthéon du métal lourd en composant quelques-uns des classiques de la formation, et notamment, l’intemporel "Victims Of Changes". Nous ne reviendrons pas en détail sur la longue carrière du vocaliste. Il l’explique en détail sur son site officiel. Pour faire court, disons qu’entre ses participations à de nombreux projets, il a publié six albums solo.

Paul May est un requin de studio qui a prêté son talent de six-cordiste à une pléthore d’artistes et d’albums. De la fin des années quatre-vingt au milieu des années 90, il était aussi le chanteur/guitariste de la formation métal chrétienne anglaise A.N.D.. May a enregistré les parties de guitares de deux des albums solo d’Al Atkins ("Judgement Day" en 1990 et "Victim Of Changes" en 1998).

Cette collaboration semble avoir tissé quelques liens d’amitié entre les deux musiciens qui, en 2010, se lancent dans un projet commun : le Atkins May Project. En 2011, l’accueil réservé par la presse anglophone au premier album du duo ("Serpents Kiss") est plutôt enthousiaste. C’est donc confiant qu’Atkins et May récidivent avec un second album : "Valley Of Shadows".

Al Atkins a fait un fonds de commerce de son court (NDR : mais marquant) passage au sein de Judas Priest et "Welcome To The Nightmare", qui ouvre la plaque, en est un bel exemple. Le titre, heavy à souhait, aurait très bien pu trouver sa place sur le "Rocka Rolla" de 1974 ou même sur le "Sin After Sin" de 1977. Bien sûr, la voix rauque et profonde du vocaliste a quelques difficultés à rivaliser avec celle de son illustre successeur, mais elle colle plutôt bien à ce style hard/heavy old school. Si la patte du Priest des seventies a laissé quelques traces sur d’autres pistes de l’album ("Not Ready To Die Today", "Stronger is The Grace"), Atkins et May ont aussi exploré d’autres voies. "No Ordinary Man", par exemple, lorgne du côté de Led Zeppelin tandis que "Valley Of Shadows" explore, à la manière de Gary Moore, le joli territoire de la ballade blues. Paul May, en professionnel de la guitare, semble à l’aise dans tous les styles et distille quelques superbes parties lead.

La section rythmique est sans doute le point faible du projet. Le livret du CD ne crédite ni bassiste ni batteur. Et de fait, la quatre-cordes semble être aux abonnés absents. Quant au jeu de batterie, il est tellement aseptisé que l’on ne peut que soupçonner Al Atkins et Paul May de s’être laissé tenter par le recours à une boîte à rythmes. Nous ne voudrions pas paraître obtus en condamnant l’abandon des cogneurs biologiques au profit d’artifices électroniques. Rappelons toutefois aux deux musiciens que, dans un futur alternatif, ce genre de pratiques à causé bien du souci à Sarah Connor.

"Valley Of Shadows" ne révolutionnera pas le monde du métal, ce n’est de toute façon pas ce qu’on lui demande. Le disque se contentera d’être un bon album de heavy classique, très agréable à écouter. Il sera de toute façon indispensable pour celles et ceux qui collectionnent tout ce qui touche de près ou de loin à Judas Priest.

L’album (53’17) :

  1. Welcome To The Nightmare (4’36)
  2. No Ordinary Man (4’34)
  3. Bitter Waters (7’43)
  4. Enslaved To Love (5’57)
  5. Stronger Is The Grace (3’42)
  6. Harder They Fall (4’32)
  7. Not Ready To Die Today (4’58)
  8. Messiah (Prelude) (4’46)
  9. Valley Of Shadows (8’21)
  10. The Shallowing (Return) (4’08)
Le groupe :
  • Paul May : Guitares
  • Al Atkins : Chant

Michel Serry
Pays: GB
Gonzo Multimedia - HST121CD
Sortie: 2012/11/05


Lu: 2125
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 56
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium