Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

7 derniers jours:
Arrivée du nouvel album de Mystery !
30 derniers jours:
News en vrac : volume 455

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Tony Jackson (1940)
  • Desmond Dekker (1941)
  • Tom Boggs (1947)
  • Ray Major (1949)
  • Stewart Copeland (1952)
  • Nancy Griffith (1954)
  • Ed Kowalczyk (1970)
  • †John Panozzo (1996)
  • †Jon Lord (2012)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 181 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 937 743
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


KASABIAN - Kasabian
/ paru le 06-01-2005 /

Né à Leicester en 1999, Kasabian est avant tout un groupe arrogant qui pratique la dirty music, celle des clubs enfumés et des atmosphères glauques. C’est surtout un savoir-faire et une machine à produire des hits à répétition. Sur scène, le groupe déploie une énergie peu commune. De plus, Tom Meighan et Sergio Pizzorno font preuve d’un charisme nettement supérieur à la moyenne. Le groupe doit son nom à Linda Kasabian, une hippie de la bande à Charles Manson, assassin de Sharon Tate, à l’époque femme de Roman Polanski, le réalisateur bien connu des cinéphiles. C’est la dite Kasabian, dont le nom signifie « boucher » en Arménien, qui a dénoncé l’auteur des faits.

Il est composé de Tom Meighan, chant, Sergio Pizzorno, guitare rythmique, synthés, Chris Edwards, basse, et Christopher Karloff, lead guitar, basse, synthés. L’album a été mixé par Jim Abbiss (The Music, Unkle, DJ Shadow).

Pas très loin de The Icarus Line pour son côté druggy (on se demande s’il faut les admirer ou les prendre en compassion en voyant leur faciès déjà tout bouffi par l’usage de la came), des Stone Roses ou des Happy Mondays, ils s’inspirent manifestement de Black Rebel Motorcycle Club pour le son et des Chemical Brothers pour l’électronique. Cela donne un premier album fabuleux et, paradoxalement, très personnel, que l’on doit à Pizzorno et Karloff, les compositeurs.

Déroutant au début, « Club Foot » est un single irrésistible chanté par Tom Meighan. Musclé, faisant la part belle à la basse de Christopher Karloff, il comporte aussi des passages au synthé mais c’est la guitare rugueuse qui prédomine et donne le ton. Sergio Pizzorno s’occupe des backing vocals, de la guitare rythmique et des synthés. Christopher Karloff tient la guitare lead, la basse, et les synthés. Ryan Glover joue de la batterie.

Sur le mode répétitif, sur un rythme plus que soutenu, « Processed Beats » a un côté hypnotique engendré par la mélodie et le tempo régulier imprimé par la batterie de Ian Matthews. C’est Chris Edwards cette fois qui tient la basse.

Uptempo irrésistible, « Reason Is Treason » est un des meilleurs titres de l’album. L’attaque à la guitare rappelle Blues Explosion et le groupe déploie une énergie pas possible qui arrache littéralement, grâce à la batterie de Ryan Glover, quand un break inattendu vient mettre son grain de sable. C’est pour repartir de plus belle avec la basse de Christopher Karloff en vedette. Tom Meighan et Sergio Pizzorno se partagent le chant.

Les effets produits par les synthés donnent à « I.D. » son caractère bizarre voire irréel. Il y a un côté écossais que ne désavouerait pas l’excellent Cocteau Twins, trop tôt disparu. Chris Edwards tient la basse avec beaucoup de brio.

« L.S.F. » ou « Lost Souls Forever » est aussi sorti en single. Sur une mélodie imparable, il se décline en un mid tempo bercé par les synthés de Pizzorno et Karloff. Chris Edwards joue de la basse avec beaucoup de détermination et de talent. C’est Daniel Ralph Martin qui joue de la batterie, cette fois.

La basse est assurée par Chris Edwards sur « Running Battle », un autre titre fascinant par son côté aérien et hypnotique mais qui ne représente rien à côté de « Test Transmission », chanté par Sergio Pizzorno, un autre titre hypnotique absolument irrésistible, sans doute le meilleur de l’album. Les guitares cartonnent à loisir et la basse est tenue par Christopher Karloff, pendant que Ryan Glover tient les baguettes.

A l’inverse, « Cut Off » est sans doute le moins immédiat des titres de cet album. On y parle d’un scientifique accro au LSD et les harmonies vocales ne sont pas mal mais il souffre de la proximité du titre précédent. La rythmique est assurée par Chris Edwards (basse) et Daniel Ralph Martin (batterie). Proche du blues rock, « Butcher Blues » met surtout en valeur la basse de Chris Edwards. Cette fois, Ian Matthews est derrière les fûts. La douceur du morceau contraste avec la violence du reste.

« U Boat » est très « planant », comme on disait autrefois. Entendez par là que sa musique aérienne jouée par les synthés procure à ceux qui l’écoutent une sensation de flottement cérébral. C’est Sergio Pizzorno qui chante tandis que Tom Meighan assure les backing vocals. Chris Edwards joue de la basse. Pour ceux qui ont de la patience (environ trois minutes), il y a un morceau caché, « Reason Is Treason (Jacknife Lee Version) », tout aussi imparable que la version initiale malgré les samples électroniques.

Pour un premier album, Kasabian frappe fort. C’est sans doute le groupe en vue des prochaines années.

MM
Pays: GB
BMG 82876 64317 2
Sortie: 2004/10/25


Lu: 2986
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 7
• Semaines de présence au Top 30: 11
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium