Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 19-10-2018
› EVIL OR DIE FEST - Hardcore (Roeselare)
› K.FLAY (Bruxelles) **ANNULÉ**
› The SORE LOSERS + ROMANO NERVOSO (Lessines)
› ABRAHAM + SET AND SETTING + FUTURE USSES (Bruxelles)
› TAMIKREST (Kortrijk)
› OKAY KAYA (Bruxelles)
› ALASKA GOLD RUSH + Theo CLARK (Liège)
› SPAIN (Brugge)
› JO PASSED + EL YUNQUE (Gent)
› Frank TURNER and The SLEEPING SOULS + PUP + XYLAROO (Antwerpen)
› Ian SIEGAL BAND + Garrett T. CAPPS (Sint-Niklaas)
› OLAF + LEFT EYE PERSPECTIVE (Gent)

Les 7 prochains jours:
20-10 BAZART (Merksem)
20-10 EVIL OR DIE FEST – Metal (Roeselare)
20-10 AURORA + ASKJELL (Borgerhout)
20-10 Typh BARROW (Bastogne)
20-10 The SORE LOSERS (Genk)
20-10 The VACCINES (Bruxelles)
20-10 Sophie HUNGER (Bruxelles)
20-10 CONDOR GRUPPE (Eeklo)
20-10 Kacey MUSGRAVES (Leuven)
20-10 WHISPERING SONS (Bruxelles)
20-10 MOVING TARGETS + BAYACOMPUTER (Diskmuide)
20-10 Das ICH + The ETERNAL AFFLICT + DORSETSHIRE + DAGEIST (Kortrijk)
20-10 STACKHOUSE featuring Mark HUMMEL (Liège)
20-10 BLOC PARTY (Bruxelles)
20-10 The FILAMENTS + P.O. BOX + UNION JACK + OVERWEIGHT (Bruxelles)
20-10 BAD BREEDING (Aalst)
21-10 AGAR AGAR (Bruxelles)
21-10 MELVINS + Jon SPENCER + SHITKID (Kortrijk)
21-10 The COSMIC DEAD + VI!VI!VI! (Bruxelles)
21-10 MOTORAMA + R. MISSING (Bruxelles)
21-10 BUTCHER BABIES - KOBRA AND THE LOTUS (Vosselaar)
21-10 ISLAJA + Tatu RONKKO (Bruxelles)
23-10 Kris DANE + The ANTLER KINGS (Leuven)
23-10 The ACADEMIC (Borgerhout)
23-10 FORMA (Bruxelles)
23-10 Alejandro ESCOVEDO + Don ANTONIO (Leffinge)
23-10 SHHT (Gent)
23-10 THERAPY? (Leuven)
23-10 LORD HURON (Bruxelles)
23-10 GEPPETTO AND THE WHALES (Bruxelles)
23-10 PHOSPHORESCENT (Bruxelles)
23-10 Marissa NADLER (Bruxelles)
24-10 BONG-RA + TZII (Bruxelles)
24-10 GANG OF FOUR + WHISPERING SONS (Kortrijk)
24-10 ONMENS + TOPANGA (Brugge)
24-10 MDCIII + FLAT EARTH SOCIETY (Gent)
24-10 MARMOZETS (Antwerpen)
24-10 MOURN + Judith KIDDO (Bruxelles)
24-10 Kris DANE (Bruxelles)
24-10 GOOD TIME ROLLERS (Genval)
24-10 GIRLS IN HAWAII (Bruxelles)
25-10 The SORE LOSERS + The GLUCKS (Kortrijk)
25-10 KOLLAPS + HYPNOSKULL (Bruxelles)
25-10 Turner CODY + Nicolas MICHAUX + Jeremy WALCH (Bruxelles)
25-10 Anna CALVI (Bruxelles)
25-10 Jess WILLIAMSON (Bruxelles)
25-10 BON IVER (Bruxelles)
25-10 Buzzy LEE + Rosie CARNEY (Bruxelles)
25-10 ANEMONE (Bruxelles)
25-10 GIRLS IN HAWAII + FABIOLA (Eupen)
25-10 Olafur ARNALDS (Antwerpen)
26-10 EMY (Bruxelles)
26-10 ANNIHILATOR (Vosselaar)
26-10 KING DICK + KOOKABURRA (Antwerpen)
26-10 FONTAINES D.C. + Yonatan GAT (Diskmuide)
26-10 Die SELEKTION + POISON POINT + FROZEN NATION (Bruxelles)
26-10 OSCAR AND THE WOLF (Merksem)
26-10 The SORE LOSERS + ROMANO NERVOSO (Leuven)
26-10 Kamaal WILLIAMS (Gent)
26-10 MINUIT (Bruxelles)
26-10 Mac DeMARCO + Jackie COHEN (Antwerpen)
26-10 L'IMPERATRICE (Liège)
26-10 CAT POWER (Bruxelles)

Mois en cours:
Octobre 2018
 
LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 


Anniversaires

  • George McCrae (1944)
  • Peter Tosh (1944)
  • Keith Reid (1946)
  • Wilbert Hart (1947)
  • Karl Wallinger (1957)
  • Daniel Woodgate (1960)
  • Lauryn Hill (1975)
  • †Eddie James House (1988)
  • †Alan Murphy (1989)
  • †Glen Buxton (1997)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 142 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
114 237 119
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


HUGHES, Glenn - Soul Mover
/ paru le 09-01-2005 /

Musicien complet, Glenn Hughes a suivi un cheminement étonnant. En effet, avant d’en arriver à la basse et au chant, il a étudié, dans l’ordre, le trombone, le clavier et la guitare. De plus, il est rapidement devenu un compositeur tout à la fois prolifique et inspiré.

Le plus marquant chez lui reste quand même cette voix exceptionnelle, si caractéristique, reconnaissable entre toutes, avec laquelle il peut quasiment tout faire et s’aventurer dans des genres aussi variés que le Hard, le Funk, la Soul ou le Blues. On se demande d’ailleurs comment il a pu la conserver en si bon état après autant d’années de prouesses vocales. La puissance, la variété, la couleur n’en altèrent jamais la justesse.

A 52 ans, Glenn Hughes est assurément un vieux routier dans le monde du Rock. Cette déjà longue carrière l’a amené à participer à de nombreuses formations et associations différentes. Dans aucune d’entre elles, son passage ne fut anecdotique.

En 1968, à 16 ans, il intègrera Trapeze qui se taillera progressivement une belle réputation et un certain succès. Il ne quittera ce groupe qu’en 1973, après avoir été débauché par Deep Purple, qui engagera simultanément David Coverdale. Il y restera jusqu’à leur premier split en 1976. Ce laps de temps aura été suffisant pour modifier le son et l’orientation musicale de Deep Purple, surtout après le départ de Ritchie Blackmore et l’arrivée du merveilleux guitariste aux colorations plus Jazz, Tommy Bolin, avec lequel il s’entendra particulièrement bien tant au niveau personnel que musical. Il sortira un premier album solo en 1977, « Play Me Out », qui ne cartonnera pas, en plein capharnaüm Punk. Puis, jusqu’en 1992, suite à des problèmes qu’on peut qualifier de santé, il ne participera plus qu’à divers projets, parfois exceptionnels, mais de courte durée : Hughes/Thrall, Phenomena Project (« I », « II »), Gary Moore (« Run for Cover »), Black Sabbath (« Seventh Star »), Glenn Hughes & Geoff Downes, John Norum (« Face the Truth »), KLF, pour ne parler que des plus connus.

Ce n’est qu’à la fin 1992, après une longue et difficile remise en forme, qu’il redémarrera une carrière solo ponctuée par la sortie régulière d’albums, souvent de qualité. On notera plus particulièrement « Blues » en 1992, « Burning Japan Live » en 1994, « Addiction » en 1996, « The Way It Is » en 1999. De plus, une collaboration rémunératrice avec un autre ex-Deep Purple, le chanteur Joe Lynn Turner, génèrera trois excellents albums entre 2002 et 2003. Cette année, des sessions enregistrées en 1996 avec le guitariste de Back Sabbath, Tony Iommi, seront publiées et feront regretter que leur projet commun n’ait pas abouti à l’époque, suite à une nouvelle reformation de Black Sabbath, toujours prioritaire pour Iommi. Récemment, les deux artistes, conscient depuis « Seventh Star » de leur potentiel en commun, viennent de se remettre à travailler ensemble.

Après cette entrée en matière nécessaire, me semble-t-il, mais à la fois fort longue et abominablement courte, il faut revenir plus précisément au nouvel album. Ce nouveau CD,« Soul Mover », démontre, une fois de plus, l’énorme talent de cet artiste.

Pour cet album, Glenn Hughes a conservé le côté le plus Hard de sa musique combiné avec des apports importants venant du Funk et de la Soul, surtout pour les intonations vocales. Le Funk accolé à ce Hard-Rock rapproche sa musique de celle du fameux Steve Salas avec lequel il a déjà collaboré.

L’influence des musiciens qui l’accompagnent est également primordiale. En effet, le guitariste J.J. Marsh, qui le suit maintenant depuis « Addiction » en 1996, représente plus spécifiquement ce côté Hard, parfois complètement allumé, fou, agressif, tranchant, qui accompagne la musique de Glenn Hughes depuis cette époque et la dirige inlassablement vers ce genre musical. Cela se manifeste également par son importante participation aux compositions avec son leader, depuis le début de leur collaboration.

Chad Smith, le batteur du Red Hot Chili Peppers, qui l’accompagne ici, accentue cette tendance par son jeu également très carré et pointu mais toujours diversifié. Un projet de tournée avec Glenn Hughes, suite à la sortie de ce CD, vient de capoter, Chad Smith devant retrouver ses partenaires du Red Hot Chili Peppers. Dommage, car son jeu s’intègre parfaitement à celui du duo Hughes/Marsh. Il a également collaboré à la production de ce CD avec Glenn Hughes et Fabrizio V.Zee Grossi.

L’extrême discrétion du claviériste Ed Roth impose de dire qu’on ne sent pas toujours la nécessité de sa présence.

Le guitariste de Jane’s Addiction et, plus accessoirement, du Red Hot Chili Peppers, Dave Navarro, ne participe qu’à deux morceaux mais éblouit littéralement sur « Soul Mover ».

Ci-dessous, les douze titres représentant un peu plus d’une heure de plaisir :

  1. « Soul Mover » (4’36)
  2. « She Moves Ghostly » (5’22)
  3. « High Road » (5’01)
  4. « Orion » (4’22)
  5. « Change Yourself » (4’33)
  6. « Let It Go » (7’08)
  7. « Dark Star » (3’54)
  8. « Land Of The Livin’ (Wonderland) » (5’01)
  9. « Isolation » (4’43)
  10. « Miss Little Insane » (4’24)
  11. « Last Mistake » (5’12)
  12. « Don’t Let Me Bleed » (7’38)
Au moins trois de ces douze plages méritent à elles seules l’achat de ce CD et pourraient faire un tabac :

Le très construit « Isolation » impressionne par la chaleur du chant avec sa teinte plus Soul, dans la veine de l’album « Feel » sorti en 1995, par la ligne de basse et par des percussions parfois étrangement Latino ; tout cela étant entrecoupé par les attaques acérées d’un J.J. Marsh déchaîné. Une perle !

L’époustouflant « Soul Mover », qui démarre l’album, frappe par sa force étonnante, par la puissance du chant, par le martèlement de la batterie et de ses cymbales, par le jeu de guitare, agressif, bourré de distorsions, agrémenté d’un court solo. C’est un des morceaux auxquels Dave Navarro apporte sa touche personnelle bien reconnaissable. Décoiffant !

Dans le très Funky « High Road », on ne peut s’empêcher de penser à Prince autant par le rythme général du morceau que par les tonalités du chant de Hughes, par la basse et par ce qu’il appelle la « Black Fuzz Guitar ». L’attaque du morceau est géniale.

Le reste est d’un bon cru avec, en particulier :

« Orion », « Dark Star » et « Don’tLet Me Bleed », un morceau qui passe par toutes les ambiances, du plus doucereux au plus violent, avec tous ses stades intermédiaires.

En définitive, dans la riche discographie de Glenn Hughes, si cet enregistrement n’est pas à classer au sommet absolu de ce qu’il a produit durant sa longue carrière, sa qualité en reste indéniable et procure beaucoup de satisfactions à l'écoute. En outre, trois hits potentiels sur un seul album, ce n'est franchement pas banal.

Il serait très dommage que sa tournée ne passe pas par la Belgique (égoïstement, à l'Est, si possible).

JPS1er
Pays: GB
Frontiers FR CD 227
Sortie: 2005/01/24


Lu: 4026
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 16
• Semaines de présence au Top 30: 11
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium