Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 187 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 479 875
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CLARK JR., Gary - Blak and blu
/ paru le 21-03-2013 /

Certains le comparent déjà au nouvel Hendrix, rien que ça. Sans monter Gary Clark Jr. à un tel pinacle, nous dirons cependant que le bonhomme a un potentiel énorme pour relancer le blues du Texas et rejoindre ses glorieux prédécesseurs Johnny Winter, Stevie Ray Vaughan ou ZZ Top. À la guitare, le type est capable de solos monstrueux. Au chant, sa voix versatile est capable de s'insinuer dans tous les registres et sonne toujours juste.

Le public américain ne s'y est pas trompé et a hissé l'album "Blak and blu" jusqu'à la première place de la section blues du Billboard et à la sixième place du classement général. Le magazine Rolling Stone a quant à lui classifié le disque à la 27e place des meilleurs albums de l'année 2012. Impressionnant…

Et effectivement, le moins que l'on puisse dire est que ce "Blak and blu" est une véritable avalanche de sons bruts, de guitares franches du collier et de feeling majestueux. Premier constat : Gary Clark est un guitariste au son massif et impérial. Son instrument dévale les solos avec brio et transforme "Ain't messin' round", "When my train pulls in" ou le bon gros binaire "Travis county" en festivals artificiers qui fragmentent les tympans et envoient l'auditeur dans un circuit de formule 1 rock et blues.

Il y a cependant quelques petites choses inquiétantes qui viennent se glisser dans le lot, le genre intrus ou passagers clandestins. Le rap R 'n' B de "The life" est une véritable faute de goût au milieu de ce dispositif blues rock nerveux et fier. On se croirait chez Alicia Keys ou les Black-Eyed Peas, faut quand même pas pousser. On pouvait encore fermer les yeux devant le dansant "Blak and blu", flirtant avec un funk mielleux à la Marvin Gaye, mais "The life" fait tache. Heureusement, Gary Clark Jr sort brutalement de cette torpeur pour plaquer des accords de colosse sur un "Glitter ain't gold (Jumpin' for nothin)" qui rejoint la philosophie de Lenny Kravitz. On se déplace ensuite du côté des Black Keys ou des White Stripes avec l'imposant "Numb", gonflé à la testostérone de mammouth. Puis c'est du quasi doo-wop à la Platters sur "Please come home". Pas de doute, Gary Clark Jr. sait tout faire de ses dix doigts et de ses cordes vocales, mais a-t-il une vision réellement personnelle de la musique qu'il joue ?

Autant faire des reprises, alors. Tiens, justement, voilà une version du "Third stone from the sun" de Jimi Hendrix. Débuts cérémonieux, saint-sulpiciens, puis une guitare sonnant comme un turboréacteur au ralenti lance une réécriture gigantesque de ce titre de 1967, plaquée funk et repiquée au blues quand Clark l'enchaîne à une autre reprise, le "If you love me like you say" de Little Johnny Taylor ponctué de petits effets hip-hop. Puis Hendrix revient dans la course et la guitare de Clark prend des allures de fusée en partance pour Neptune. Grand, magnifique.

Il n'y a plus qu'à se finir avec le mid-tempo funko-stoner électronique de "You saved me" et le blues rural dépouillé de tout de "Next door neighbor blues" pour ressortir de cet album avec l'impression d'avoir passé un excellent moment mais en n'étant pas tout à fait convaincu de l'aspect révolutionnaire de la musique de Gary Clark Jr. Ce premier album sur une major (Warner Bros.) est une belle entrée en matière mais Gary Clark Jr. devra se montrer plus visionnaire sur ses prochaines œuvres s'il ne veut pas finir coincé entre Lenny Kravitz et Joe Bonamassa sans espoir de se détacher du peloton.

François Becquart
Pays: US
Warner Bros
Sortie: 2013/02/15


Lu: 1168
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 58
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium