Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Black (1926)
  • Tommy Steele (1936)
  • Art Neville (1937)
  • Eddie Kendricks (1939)
  • Paul Butterfield (1942)
  • Paul Rodgers (1949)
  • Carlton Barrett (1950)
  • Mike Mills (1958)
  • Bob Stinson (1959)
  • Mickey Quinn (1969)
  • †Big Joe Williams (1982)
  • †Grover Washington (1999)
  • †Denis Payton (2006)
  • †Don Van Vliet (alias Captain Beefheart) (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 158 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 446 655
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


FOALS - Holy Fire
/ paru le 31-03-2013 /

"Holy Fire" est le troisième opus des Foals ; on se souviendra d’"Antidotes", leur premier opus paru en 2008. Ils furent le groupe indie rock de l’année 2008. Au chant, un anglais d’origine grecque, Yannis Philippakis. Un peu comme Alex Kapranos des Franz Ferdinand.

La musique des Foals est un peu plus impénétrable que ces derniers, mais il est clair que les Franzies leur ont ouvert la voie. Depuis, d’autres groupes ont fait leur apparition, comme Metronomy qui ont marqué le début de cette décennie.

Ce nouvel opus a été conçu avec le concours de deux vétérans des studios : Flood et Alan Moulder, responsables d'enregistrements de Nick Cave, Depeche Mode, U2, Nine Inch Nails ou Smashing Pumpkins. Plus dense et plus puissant sur le plan sonore, l'album est aussi le plus fluide de Foals à ce jour.

À l’écoute, c’est un album à la fois introspectif, avec son lot de titres calmes ("Late Night"), hallucinatoires ("Milk & Black Spiders") ou qui lorgnent vers le rock expérimental ("Providence", le sommet de l’album qui part dans tous les sens avant d’exploser dans un final ébouriffant). Les Foals essaient aussi de nous faire danser intelligemment, tout en restant rock dans l’esprit, loin des machines et des triturations électroniques. Les nouvelles chansons sont marquées par une plus grande assurance, et un sens aigu de la prise de risques. La voix de Philippakis, tantôt torturée, tantôt bienveillante, est taillée idéalement pour coller à l’atmosphère des morceaux.

La grande force des Foals est de ne pas faire partie d’une église musicale, ni électro, ni rock. L’avenir nous dira s’ils choisiront la voie des stades ou s’ils continueront à produire des petites merveilles comme ce feu sacré.

Olivier Dahon
Pays: GB
Warner Music UK / Transgressive records
Sortie: 2013/02/11


Lu: 1525
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 17
• Semaines de présence au Top 30: 6
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium