Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 162 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 419 434
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DEEZ NUTS - Bout it
/ paru le 07-04-2013 /

Il n'y a pas qu'à New York qu'on fait du bon punk hardcore. Il semblerait que l'Australie ne soit pas en reste, si l'on en juge par l'excellent dernier album des brutes de Deez Nuts. Les origines de ce groupe remontent à la dissolution du mythique combo I Killed The Prom Queen, un des pionniers de la scène deathcore du début des années 2000.

Le batteur de ce groupe, J.J. Peters, décide d'assumer à nouveau ses influences hip-hop et hardcore en montant son propre groupe, qu'il baptise Deez Nuts en référence à une chanson de Dr. Dre. Nous sommes alors en 2007 et J.J. Peters concocte lui-même un premier EP intitulé "Rep your hood". Ce n'est qu'après ce disque qu'il recrute Matt Rogers (guitare), Jon Green (basse) et Alex Salinger (batterie). Peters se réserve le chant et Deez Nuts commence à se faire connaître sur les routes d'Australie avec des concerts en compagnie de Set Your Goals, The Amity Affliction ou Capeside, formations hardcore du pays des kangourous.

Deez Nuts est momentanément mis en veilleuse le temps que J.J. Peters aille rejoindre son ancien groupe I Killed The Prom Queen pour une tournée d'adieux lors de l'été 2008. Puis c'est enfin le premier album de Deez Nuts qui sort à la fin de cette même année et qui permet de faire connaître le groupe auprès d'un noyau de fans grandissant. Cet album propose notamment une reprise du "Fight for your rights" des fameux Beastie Boys. En 2010, Deez Nuts sort son deuxième album, "This one's for you", commis avec quelques invités, dont des membres de Bring Me The Horizon et I Killed The Prom Queen.

Ces deux premiers albums de Deez Nuts étant déjà assez impressionnants, on attendait beaucoup du troisième. Les amateurs de hardcore couillu vont pouvoir faire une bonne affaire avec ce "Bout it" qui abat une quinzaine de titres en alliage cupronickel et titane de première qualité. On pourrait même dire que Deez Nuts n'a jamais été aussi performant en termes de décibels furieux et de refrains guerriers. Ça secoue d'entrée de jeu avec l'hyperactif "Bout it", morceau qui porte le même nom que l'album et qui vient planter quelques grenades à fragmentation sur un parcours qui s'annonce mouvementé. Le terrain est bien balisé, il y a des mines antipersonnelles tous les dix centimètres et l'auditeur audacieux qui se lance dans la course a intérêt à courir vite s'il ne veut pas que ses tympans ou ses cervicales terminent en bouillie.

Les explosions continuent avec un "Shot after shot" associant le rythme rappé du chant et des avalanches de riffs de guitare fumante. Le groupe semble porté par une vague d'énergie et d'inspiration impossible à consumer. "Not a face in the crowd" est menaçant, "Keep on" charge toutes canines dehors et "Popular demand" se couvre d'oripeaux rap metal. C'est simple, tous les titres flinguent sans sommations et il faudra sans doute décoller à la spatule les restes des auditeurs aplatis contre le plafond après écoute. On citera encore un autre excellent morceau, sans doute le meilleur de l'album, à savoir cette tuerie cosmique qu'est "Unfuckwithable", deux minutes vingt avec la tête dans la centrifugeuse. Le groupe tente également de la fine plaisanterie avec les quatre secondes de "I.D.K.W.Y.T.Y.A.B.I.K.W.D.G.A.F.A.Y.", un titre que vous prononcerez encore alors qu'il sera fini depuis longtemps. Amusant, mais en matière de titres ultra-courts, Deez Nuts est loin de battre le record des deux secondes établis par S.O.D. et son "Diamond and rust" ou le "You suffer" de Napalm death.

Un seul mot d'ordre : précipitez-vous sur cette petite bombe, qui existe aussi en version édition limitée de luxe contenant un deuxième CD compilant les morceaux des deux premiers albums de Deez Nuts. Nous n'avons pas pu bénéficier de la générosité du label Century Media qui ne nous a envoyé que le premier CD. Mais il ne faut pas beaucoup d'imagination pour comprendre que ce deuxième CD est tout aussi succulent que le premier.

François Becquart
Pays: AU
Century Media Records
Sortie: 2013/04/08


Lu: 1739
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 29
• Semaines de présence au Top 30: 1
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium