Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Kim Fowley (1939)
  • Barry Whitham (1946)
  • Cat Stevens (1947)
  • Howie Epstein (1955)
  • Henry Priestman (1958)
  • Jim Martin (1961)
  • Terry Caldwell (1974)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 165 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 044 298
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CLIMAX CHICAGO - Tightly knit
/ paru le 01-05-2013 /

Le groupe Climax Chicago Blues Band a commis de beaux albums de blues rock progressifs durant la première partie des années 70 mais a également semé la perplexité quant à son nom, qui n'était quasiment jamais le même d'un album à l'autre. D'abord Climax Chicago Blues Band sur son album "Climax Chicago Blues Band" en 1969, il raccourcit son nom en Climax Blues Band sur "Plays on" (1969) et "A lot of bottle" (1970). Sur "Tightly knit" (1971), il devient Climax Chicago, quoique certains pressages de ce dernier disque portent également l'appellation Climax Blues Band, que je continuerai d'utiliser ici par convention, histoire de ne pas trop s'emmêler les pinceaux.

À l'époque, le Climax Blues Band continue de faire son trou sur la scène musicale pop, avec un blues rock puriste des débuts qui se couvre peu à peu d'éléments plus progressifs ou heavy rock. Les excellents "Plays on" et "A lot of bottle" voient ainsi en "Tightly knit" une suite logique qui exploite ce filon avec la même pertinence.

Côté personnel, on prend (presque) les mêmes et on recommence. Peter Haycock (guitare), Colin Cooper (chant et saxophone), Arthur Wood (claviers), Derek Holt (basse) et George Newsome (batterie) retournent vers les studios Air et retrouvent Chris Thomas, déjà responsable de la production de leurs trois premiers albums. Dans le lot, l'autre claviériste Anton Farmer est porté manquant.

Groupe et producteur se connaissent bien, ce qui permet de faire du beau boulot sur ce "Tightly knit" qui offre à l'auditeur de superbes passages blues et rock, rehaussés d'une petite touche progressive. Les choses commencent énergiquement et sans perdre de temps avec le petit blues binaire "Hey mama" enrubanné de cuivres princiers et d'un harmonica rusé. Pete Haycock place d'entrée de jeu des solos rutilants et habiles, ce qui rend l'auditeur confiant en l'avenir. Et l'avenir s'annonce toujours radieux sur "Shoot her if she runs", joli mid-tempo un peu sudiste et intense solidement tressé par les guitares et les voix à l'unisson. "Towards the sun" est primesautier, avec une basse très aiguë et rapide semblant revisiter à toute vitesse le "Going up the country" de Canned Heat.

Le groupe s'arrête à la case hommage avec une reprise intense et classieuse de "Come on in my kitchen", un classique de Robert Johnson. Les atmosphères changent radicalement sur "Who killed McSwiggin", instrumental vivace et exotique dans une lignée typiquement santanesque. "The link" sert de courte transition folk vers un dernier tiers d'album qui continue de battre le fer tant qu'il est chaud.

On poursuit en effet avec "St Michaels blues", formidable blues lourd de dix minutes qui se répand en rythmes massifs et solos de guitare d'exception servant un chant désespéré semblant gargouiller dans un bain de chagrin. On se croirait dans le Led Zeppelin des débuts, genre "Since I've been loving you" : souverain. "Bide my time" et "That's all" terminent le disque sur un ton plus relax, boogie de velours pour le premier, folk sioux façon danse de la pluie pour le second. Notons pour finir que la réédition d'Esoteric Recordings propose trois morceaux live en bonus : "Hey Mama", "Shoot her if she runs" et une reprise du "Spoonful" de Willie Dixon, dont une version studio existait aussi sur des rééditions antérieures de "Thightly knit". À ce propos, il aurait été intéressant qu'Esoteric Recordings conservât cette version sur son édition parce qu'elle est une des meilleures du genre. Dommage.

L'absence de cet excellent album dans les charts anglais ou américains est l'une des plus grandes injustices depuis le procès de Jeanne d'Arc. Mais le Climax Blues Band continue vaillamment sur sa lancée en conservant la confiance de son label Harvest. "Rich man", l'album suivant, prouvera que le groupe avait raison de patienter un peu.

François Becquart
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC 2385
Sortie: 2013/04/29 (réédition, original 1971)


Lu: 1113
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium