Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 367
7 derniers jours:
News en vrac : volume 365
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 12-12-2017
› OH WONDER + IDER (Bruxelles)
› HIGH HI (Leuven)
› LONDON GRAMMAR + LO MOON (Merksem)
› The GODFATHERS (Verviers)

Les 7 prochains jours:
13-12 K's CHOICE + HELSINKI (Bruxelles)
13-12 DUO A L'ENCRE + CHASING PENGUINS + Frederic LEROUX (Bruxelles)
13-12 TINARIWEN (Sint-Niklaas)
13-12 BRNS + WHITE WINE (Liège)
13-12 The PICTUREBOOKS + The LORANES (Borgerhout)
13-12 Constanza GUZMAN (Liège)
13-12 CHANNEL ZERO (Leuven)
14-12 Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
14-12 ISOLDE (Sint-Niklaas)
14-12 BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
14-12 TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
14-12 FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
14-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
14-12 DAAU (Hasselt)
14-12 SON LITTLE (Bruxelles)
14-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
14-12 NAZARETH (Verviers)
14-12 The PROSPECTS (Borgerhout)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC (Leuven)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Frank Sinatra (1915)
  • Dionne Warwick (1940)
  • Terry Kirkman (1941)
  • Mike Heron (1942)
  • Albert Lee (1943)
  • Dickey Betts (1943)
  • Grover Washington (1943)
  • Rob Tyner (1944)
  • Tony Williams (1945)
  • Clive Bunker (1946)
  • Ray Jackson (1948)
  • Dan Baird (1953)
  • Sheila Escovedo (1959)
  • †Tommy Bolin (1976)
  • †Ian Stewart (1985)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 176 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 284 031
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CIVIL WARS (The) - The Civil Wars
/ paru le 04-09-2013 /

Le hasard des sorties d’albums fait que deux groupes du nom de Civil War(s) figurent presque côte à côte dans nos colonnes. Mais il ne faut pas confondre Civil War (singulier), chroniqué récemment par notre camarade Michel Serry et The Civil Wars (pluriel) qui fait ici l’objet de notre attention. En effet, si les métallurgistes amateurs de Civil War s’aventurent dans la musique de The Civil Wars, et que les folkeux voudraient tenter Civil War, il risque d’y avoir de la déception dans l’air. À moins d’aimer tout, ce qui peut arriver.

The Civils Wars a déjà fait l’objet d’une chronique, à l’occasion de la ressortie du premier album "Barton hollow", arrivé en pleine lumière grâce aux deux Grammy Awards gagnés en 2012 par ce duo composé de Joy Williams (chant) et John Paul White (guitare et chant). Les prix du meilleur album folk et de la meilleure performance country sont effectivement venus garnir les cheminées de ces deux musiciens associés en 2008 à Nashville. Williams et White ont rapidement gravi les échelons qui mènent de l’anonymat à la célébrité, avec un premier album live disponible sur le Net ("Live at Eddie’s attic", 2009), puis un EP ("Poison and wine", 2009) et enfin un premier album "Barton hollow" qui a pulvérisé les charts américains avec une 12e place au Billboard 200 et un première place au Billboard digital. S’ensuivent une pelletée d’apparitions dans les grands shows télévisés américains, une tournée en première partie d’Adèle et une promotion comme nouveau groupe du jour par le journal anglais The Guardian.

C’est donc du lourd et The Civil Wars semblent être les rénovateurs du folk et de la country en Amérique. Leur année 2012 très chargée en concerts et émissions de télé a failli être la dernière du duo qui a pris récemment un congé sabbatique pour résoudre quelques conflits internes. Ils semblent que les litiges aient été estompés avec la sortie de "The Civil Wars", deuxième opus qui approfondit le sillon folk et country avec toujours la même grâce et la même force. À l’heure actuelle, cet album est numéro un aux États-Unis, ce qui veut dire qu’il va falloir prendre tout cela très au sérieux.

Williams et White offrent à l’auditeur un florilège magnifique de chansons tantôt rugueuses ("I had a girl", "Oh Henry"), tantôt délicates comme des ailes de papillons ("Same old same old", "Eavesdrop"). L’aridité de la guitare acoustique est parfois rehaussée d’une petite boîte à rythmes ("Dust to dust") ou d’une batterie et des guitares électriques ("Devil’s backbone").

Au passage, The Civil Wars commettent deux reprises étonnantes. D’abord, une réinterprétation tout en grâce du "Tell mama" d’Etta James, à l’époque (1968) solide morceau de R ‘n’ B et soul music. Ensuite, une version de "Disarm" des Smashing Pumpkins qui pénètre encore plus profondément dans la sensibilité que ce titre possédait déjà. Dans un cas comme dans l’autre, les deux chansons sont quasiment méconnaissables par rapport aux originaux. Autre élément peu banal, une chanson en français avec "Sacred heart", qui semble avoir été écrite par Joy Williams et John Paul White et qui révèle donc chez ces deux-là une certaine maîtrise de la langue de Pierre Dac.

Plus on pénètre dans l’album, plus on est promené dans la douce et âcre mélancolie de The Civil Wars, qui ne sont pas arrivés où ils sont par hasard. Ce duo est sans doute le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire du folk et de l’americana américains, au moment où tout est désormais connu et où c’est maintenant le talent et la pertinence de l’interprétation des messages de la musique qui font la différence.

François Becquart
Pays: US
Columbia/Sony Music
Sortie: 2013/08/06


Lu: 1136
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 41
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium