Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 367
7 derniers jours:
News en vrac : volume 365
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 12-12-2017
› OH WONDER + IDER (Bruxelles)
› HIGH HI (Leuven)
› LONDON GRAMMAR + LO MOON (Merksem)
› The GODFATHERS (Verviers)

Les 7 prochains jours:
13-12 K's CHOICE + HELSINKI (Bruxelles)
13-12 DUO A L'ENCRE + CHASING PENGUINS + Frederic LEROUX (Bruxelles)
13-12 TINARIWEN (Sint-Niklaas)
13-12 BRNS + WHITE WINE (Liège)
13-12 The PICTUREBOOKS + The LORANES (Borgerhout)
13-12 Constanza GUZMAN (Liège)
13-12 CHANNEL ZERO (Leuven)
14-12 Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
14-12 ISOLDE (Sint-Niklaas)
14-12 BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
14-12 TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
14-12 FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
14-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
14-12 DAAU (Hasselt)
14-12 SON LITTLE (Bruxelles)
14-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
14-12 NAZARETH (Verviers)
14-12 The PROSPECTS (Borgerhout)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC (Leuven)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Frank Sinatra (1915)
  • Dionne Warwick (1940)
  • Terry Kirkman (1941)
  • Mike Heron (1942)
  • Albert Lee (1943)
  • Dickey Betts (1943)
  • Grover Washington (1943)
  • Rob Tyner (1944)
  • Tony Williams (1945)
  • Clive Bunker (1946)
  • Ray Jackson (1948)
  • Dan Baird (1953)
  • Sheila Escovedo (1959)
  • †Tommy Bolin (1976)
  • †Ian Stewart (1985)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 177 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 281 949
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


COPERNICUS - L'éternité immédiate
/ paru le 05-10-2013 /

Parmi les originaux et les bizarres qui peuplent le monde de la musique, Copernicus se pose un peu là. On connaît peu de choses de ce personnage étrange, inclassable, qui roule sa bosse sur scène et en studio depuis trois décennies. Sur la quinzaine d’albums que Copernicus a réalisés depuis 1985, son album "Immediate eternity" reste son grand œuvre. Ce dixième album élaboré en 2001 a été enregistré en Équateur et a été décliné sous plusieurs formes et langues. Il y a d’abord eu une première version en anglais ("Immediate eternity") et espagnol ("La eternidad immediata"), puis une deuxième version refaite en anglais ("Immediate eternity II") ainsi qu’en allemand ("Die sofortige Ewigkeit II") et en français ("L’éternité immédiate II"). Tout cela occupe le bon Copernicus durant les années 2001-2005. Le disque qui nous intéresse ici est donc une réédition qui sort cette année.

Copernicus, mystérieux chanteur sans doute d’origine polonaise (d’après son pseudonyme et son accent), considère que cet album multiple est le meilleur de sa carrière. C’est bien que nous sachions cela car ça nous permettra de fuir les autres albums. Car si "L’éternité immédiate II" est le meilleur album de Copernicus, je ne veux même pas savoir à quoi ressemblent les autres…

Le chanteur s’est associé avec un groupe équatorien pour réaliser cette série d’albums progressifs qui racontent les liens de l’humanité avec la Terre, elle-même replacée dans son cadre cosmique, le tout étant parsemé de considérations philosophico-scientifiques sur l’atome. Autant le dire tout de suite : les amateurs de farfelu vont être servis.

Pour rester indulgent envers cet album aberrant, il faut faire une séparation entre la musique elle-même, exécutée par un orchestre compétent qui sait faire parler les guitares et construire des mélodies rock progressif convaincantes, et le chant, qui est totalement affreux. Copernicus gueule comme un putois et dans un mauvais français des considérations délirantes sur la physique nucléaire, l’humanité, le système solaire, la mécanique quantique et l’apocalypse. Ses exagérations vocales chevrotantes, comme une rencontre effroyable entre Léo Ferré et Julien Clerc, vrillent les nerfs dès la première minute d’écoute. L’homme déballe des considérations toutes faites sur le danger de l’atome, la destinée suicidaire de l’homme qui détruit sa propre planète et pratique l’avortement, etc. En somme, toutes les âneries que profèrent les écolos bobos à l’encontre du citoyen de base qui se sent coupable de polluer alors que les vrais pollueurs militaro-industriels continuent de couler des jours heureux.

Paroles ridicules ("La conscience atomique est la compréhension constante de la constitution atomique et subatomique de l’univers entier"), chant ovin insupportable toujours porté sur l’exagération et l’emphase, tout fait de cet album un ramassis de philosophie de comptoir au scientisme approximatif, à la poésie grotesque. Seule la musique peut sauver cette œuvre insensée, délirante dans le mauvais sens du terme et dont on se demande bien à qui elle peut s’adresser. Copernicus pourrait peut-être proposer un jour une version entièrement instrumentale de son disque, ça aiderait…

François Becquart
Pays: EC
Nevermore Inc
Sortie: 2013 (réédition, original 2005)


Lu: 1028
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium