Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bob Bogle (1937)
  • Barbara Lynn (1942)
  • William Francis (1942)
  • Ronnie Milsap (1946)
  • Sade (1960)
  • Paul Raven (1961)
  • Paul Webb (1962)
  • Maxine Jones (1966)
  • Brendan O'Hare (1970)
  • †Andreas Allendörfer (2005)
  • †Carl Smith (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6818 membres.
- En ligne, nous sommes 243 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
107 582 380
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


EMPIRE DUST - Empire Dust
/ paru le 15-10-2013 /

Deux MC londoniens traversent la Manche pour travailler sur les maquettes d'un projet électro. Des séances en studio sont prévues, mais très vite, celles-ci se révèlent tendues : rapports conflictuels et choix esthétiques divergent entre les deux MC et le musicien à l'origine du projet. Les portes claquent, c'est le clash ! Mais ces quelques séances auront permis à Lord Kimo et Babatunde de rencontrer, dans les couloirs du Black Horses Studio, Ghislain Baran, réalisateur. Le courant passe et, au fil de quelques discussions, le trio se découvre de nombreuses influences communes. Les 2 MC londoniens Babatunde et principalement Lord Kimo dont la voix a déjà marqué notre longue jeunesse avec Asian Dub Foundation revisitent les genres entourés des musiciens français David Bellec à la guitare, Ton's aux claviers et Cédric Broquaire à la batterie. Le cocktail peut être détonnant.

C'est une très belle surprise au rayon nouveauté que ce groupe Empire Dust car ils osent et proclament très haut et fort leurs références bravant les décennies. Entre crossover des années 90, new wave des années 80 et désinvolture punk des années 70, les textes sont scandés, avec des phrasés hip-hop tranchant, des guitares sales, parfois vintages et des claviers saturés au service de morceaux qui sont tous potentiellement de petites bombes. Un univers tendu, explosif, parfois sombre, violent ou mélancolique, mais toujours puissant et jouissif. Le set est posé, un univers de violence et de mélancolie s'ouvre à nous (non pas sans nous rappeler Rage Against The Machine par instants), la connexion est immédiate, cela nous prend au coeur, nous fascine, nous inquiète, ne nous laisse pas de marbre et nous conduit irrémédiablement dans leur monde. Ce groupe est bâti pour la scène, vous ne resterez pas insensibles longtemps à leurs beats survoltés, à leur phrasés hip-hop, les guitares sont insidieuses et lourdes, ils vous entraîneront aussi bien loin sur le dancefloor. C'est un croisement judicieux entre Run DMC, Asian Dub Foundation avec une pointe de Prodigy et de Limp Bizkit, si vous aimez ces groupes, vous ne serez pas insensibles à la musique d'Empire Dust.

Ce "Take Over" vous met tout de suite dans le bain, c'est très radical et carré, on est parti pour un voyage dans le hip-hop délirant. Pour "Dickhead (We Love Benefits)", les guitares sont sales et vintages, les beats sont présents et incisifs. Le refrain devient accrocheur et ne vous lâche plus. Dans "Empire Dust", les sons de guitares désaccordées vous caressent les tympans, il est à noter que pour cette chanson il faut plusieurs écoutes, mais quand vous êtes accroché, vous ne lâchez plus. Le phrasé hip-hop est plus que présent et entêtant pour "No Rain". Run DMC peut aller se rhabiller sur "The Future", ils ont trouvé leur maître en Empire Dust. Avec "Twelve", la montée en puissance est réelle. "Scream" est assurément un morceau qui va cartonner, le refrain est plus qu'accrocheur. "Think Out The Box" vous emmène dans l'univers de The Prodigy, mais en moins agressif, plus en douceur. C'est très électro. "Look At Me" doit faire un malheur sur une bonne scène où le groupe se produira. "Peace No War", oui faites l'amour et pas la guerre. Un petit arrière goût de Faithless sur "The Apartment", qui termine à merveille cet album inattendu et très bien pensé.

Il faudra casser sa tirelire et se rendre dans la bonne crémerie du coin pour acquérir en urgence cette petite merveille. Très novateur et dans le gout du temps, c'est un voyage intemporel dans les quatre dernières décennies avec une fusion très intelligentes des ambiances de ces années cultes.

Liste des morceaux :

  1. Take Over
  2. Dickhead ( We Love Benefits)
  3. Empire Dust
  4. No Rain
  5. The Future
  6. Twelve
  7. Scream
  8. Think Out The Box
  9. Look At Me
  10. Peace No War
  11. The Apartment

Didier Deroissart
Pays: GB
Last Exit Records
Sortie: 2013/10/19


Lu: 2100
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 2
• Semaines de présence au Top 30: 13
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium