Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 13-12-2017
› K's CHOICE + HELSINKI (Bruxelles)
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Leuven)
› TINARIWEN (Sint-Niklaas)
› DUO A L'ENCRE + CHASING PENGUINS + Frederic LEROUX (Bruxelles)
› BRNS + WHITE WINE (Liège)
› The PICTUREBOOKS + The LORANES (Borgerhout)
› Constanza GUZMAN (Liège)
› SLOVENIANS + The BLACK BELTS + WAGONMAN (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
14-12 FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
14-12 TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
14-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
14-12 DAAU (Hasselt)
14-12 SON LITTLE (Bruxelles)
14-12 ISOLDE (Sint-Niklaas)
14-12 BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
14-12 Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
14-12 The PROSPECTS (Borgerhout)
14-12 NAZARETH (Verviers)
14-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Tony Gomez (1940)
  • Ted Nugent (1948)
  • Jeff Baxter (1948)
  • David O'List (1948)
  • Tom Verlaine (1949)
  • Randy Owen (1949)
  • Tom Hamilton (1951)
  • Berton Averre (1952)
  • †Zaln Yanovsky (2002)
  • †Woolly Wolstenholme (2010)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 188 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 318 012
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BURNING BRIDES - Leave No Ashes
/ paru le 02-03-2005 /

Quelle claque ! On en oublierait presque le self imposed schéma théorique traditionnel de la rubrique ! Line-up : Dimitri Coats, guitare, voix, composition, Melanie Campbell, basse, et Jason Kourkounis, batterie. Depuis « Heart Full Of Black » jusqu’à « Vampire Waltz », c’est un déferlement extraordinaire de violence et d’énergie où le mal-être et la révolte perlent de partout. Un must !

Il n’y a pas un moment faible, pas même un frémissement d’essoufflement sur ce CD très sombre. C’est du garage stoner metal rock à la Queens Of The Stone Age (dont on attend l’album avec impatience), une musique de mecs, quoi. On en arrive même à supporter sans peine la voix qui sévit sur « King Of The Demimonde ». Question expérience, ils ont accompagné QOTSA, Audioslave et beaucoup d’autres en tournée.

Sur « Heart Full Of Black », l’attaque à la guitare donne une bonne idée de l’agressivité positive que doit comporter le rock vitaminé. Sur ce titre coup de poing, la musique plus que musclée comporte pourtant un aspect mélodique incontestable.

« Come Alive » s’inscrit dans la même logique, laissant la place à des riffs sauvages, une rage contenue, un propos maîtrisé, un rythme martelé qui le rendent incandescent, avec un son plein reconnaissable entre mille.

« Alternative Teenage Suicide » est de nature à proposer aux jeunes en mal de suicide une alternative plausible. Avec Burning Brides, ça ne risque pas d’arriver. Comment pourrait-on se suicider après avoir écouté ça ? Ce serait indécent d’oublier une telle musique pour un monde inconnu et incertain. On a plutôt envie de le passer en boucle.

Exprimé dans l’urgence, « King Of The Demimonde » possède tout ce qu’il faut et on ne peut s’empêcher d’y être accro, tant la haine, la rage que le groupe crache à la face du monde est pertinente. Avons-nous des raisons de pavoiser ? Offrons-nous aux jeunes ce qu’ils sont en droit d’attendre de leurs aînés ? Ceux qui répondraient « oui » seraient bien présomptueux, à moins qu’ils ne baignent dans l’inconscience la plus totale ?

« Century Song » s’inscrit dans la même logique que le titre précédent. Même rythme irrésistible, même mélodie imparable, mêmes prouesses instrumentales, mêmes paroles cinglantes adressées à cette société inhumaine. Comment s’en étonner ? La musique est le reflet d’une époque, de ses contingences sociales, matérielles, culturelles et morales. Actuellement, on ne peut vraiment pas dire « ça plane pour moi ». Alors, la musique s’adapte à l’environnement du moment et en exprime toute la violence et le dégoût.

« Dance With The Devil » est un morceau sur la solitude qui affirme sa volonté de s’en sortir envers et contre tout. Les riffs de guitare canardent, la basse se déploie tout en puissance et la batterie impitoyable parachève le travail, sur un sound inoubliable.

Il y a un rapport physique à « Leave No Ashes », qui exprime bien la volonté d’aller au bout de ce que l’on fait, sans faiblesse et sans relâche. L’agressivité, notamment de la guitare, se met au diapason. Le solo de guitare est tout en nuance et prépare le bouquet final, une débauche d’énergie extraordinaire. Pas de quartier !

« To Kill A Swan » est plus nuancé, même si le ton général s’accommode de la violence qui enveloppe tout l’album. Les incantations gueulées plutôt que chantées contribuent à l’impression d’énergie qui balaie tout sur son passage.

« Pleasure In The Pain » est un blues rock mid tempo vraiment très branché souffrance morale et masochisme. J’ai le cœur brisé mais j’y trouve un certain plaisir. La souffrance exprimée ainsi vous arracherait presque des bribes de compassion si elle ne se complaisait dans son état.

« From You » est un soft rock plus vrai que nature. « Tu ne veux pas vivre, tu ne veux pas mourir. Tout ce que je veux, c’est m’éloigner de toi. » C’est l’amour au 21e siècle, quoi, celui qui s’efface pour ne pas sombrer. On s’aime mais chacun chez soi, suprême solitude égoïste d’une génération déboussolée par une société peu gratifiante, suprême soubresaut d’êtres à la limite du désespoir.

Moins agressif, « Last Man Standing » se déroule sur un rythme assez lent et sur un schème de pensée positive, message d’espoir malgré tout. La musique, plus calme, est très belle et tranche avec le reste. Une lueur d’espoir dans un contexte très sombre.

Le groupe retrouve toute son agressivité pour « Vampire Waltz ». La présence des claviers donne un accent dramatique renforcé par l’ambiance grandiloquente, très kitsch et assez énigmatique du morceau, qui se termine de façon plutôt abrupte.

Finalement, cet album pourrait se passer de mots, tant la musique est expressive. Son caractère agressif, sa puissance, cette violence contenue parlent d’eux-mêmes sans nécessiter de longs discours. C’est une réaction viscérale en face d’événements qui nous enlèvent toute velléité de décision : nous subissons notre vie plus que nous ne la contrôlons. Laissez-nous vivre en paix ! Voilà ce que nous voulons. C’est en substance la signification véhiculée par cet excellent album. Voir les Burning Brides en direct sur scène, ça doit être quelque chose.

MM
Pays: US
V2 Records VVR 1025542
Sortie: 2005/02/21


Lu: 2025
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 10
• Semaines de présence au Top 30: 13
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

VOS COMMENTAIRES

kevin
le 02/03/2005 | mon évaluation:
Je suis vraiment content que tu aimes cet album... Je l'écoute tout le temps depuis que je l'ai téléchargé en preview, maintenant qu'il est enfin sorti chez nous et qu'il est dans mes mains, ça va être encore pire! Le genre d'album qui balaie tout sur son passage tout en n'oubliant pas l'aspect mélodique... Merde, King of the Demimonde, quelle p*****n de chanson! Et pas une seconde d'ennui tout au long de l'album... "This is the sound of a rocking band!"
Annie
le 05/03/2005
A l' écoute de ce cd, un sourire de satisfaction est apparu chez Agachon...." Voilà de la musique efficace !...Enfin... "...
Peut-être qu' il en avait marre que je lui fasse écouter ma musique de pseudo- intello- tracassée du boulon !...
M, tu as un nouveau fidèle lecteur..
Et, surtout, merci pour l' info... le bonheur est revenu dans la maison....
Euh...moi aussi, je l' écoute très souvent...mais, chut... ma réputation en prendrait un coup !.........
Annie
le 05/03/2005 | mon évaluation:
Sous le coup de l' émotion, j' ai oublié de noter l' affaire....pfffffff...(bécasse!)
Y aurait pas 6 étoiles en stock ? Dommage........

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium