Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Tony Jackson (1940)
  • Desmond Dekker (1941)
  • Tom Boggs (1947)
  • Ray Major (1949)
  • Stewart Copeland (1952)
  • Nancy Griffith (1954)
  • Ed Kowalczyk (1970)
  • †John Panozzo (1996)
  • †Jon Lord (2012)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 175 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 942 175
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


CALE, John & RILEY, Terry - Church of Anthrax
/ paru le 28-07-2014 /

"Church of Anthrax" est le fruit de la collaboration entre John Cale et Terry Riley. Un album que d’aucuns qualifieront d’anecdotique par rapport à l’œuvre des deux artistes.

En 1970, John Cale vient d’enregistrer son premier album, "Vintage Violence", publié chez Columbia, qui suscite peu d’écho. Peu après une collaboration musicale sur l’album "Bryter Layter" de Nick Drake, il collabore avec Terry Riley, qui a été comme lui élève du Theatre of Eternal Music de La Monte Young. Ils occupent à New York le studio d’enregistrement qui a compté comme locataire Miles Davis, qui y enregistra "Kind of Blue" à la fin des années 50 et dix ans plus tard "Bitches Brew". On entend sur l’album les batteurs Bobby Greg (à qui l’on doit le coup de cymbale au début de "Like a Rolling Stone" de Bob Dylan) et Bobby Colomby, co-fondateur de Blood, Sweat & Tears, qui découvra le bassiste Jaco Pastorius de Weather Report. Adam Miller, ami de Cale, qui prête sa voix sur le titre "The Soul of Patrick Lee", écrira plus tard des hits pour l’icône pop David Cassidy.

L’enregistrement s’étendra sur neuf mois, avec de l’improvisation sur la plupart des morceaux. Cela se ressent sur le morceau-titre "Church of Anthrax", basé sur un thème d’orgue, basse et rythmique qui se répète à l’infini. Sur "The Hall of Mirrors in the Palace of Versailles", le piano de John Cale se mêle au saxophone de Riley. Celui-ci abandonnera l’enregistrement en cours, au prétexte qu’il s’était senti dépossédé par le mixage. Fini à la mi- 1970, l’album ne sortira qu’en 1971, après la sortie de "Vintage Violence". Classé minimaliste, l’accueil critique est mitigé mais Rolling Stone se montrera plus positif, qualifiant l’album de « moyen idéal d’observer le cosmos », tout en reconnaissant sa difficile accessibilité. Quelques années plus tard, John Cale expliqua qu’il avait voulu mettre en avant le travail de Riley, qu’il considérait comme du funk caché.

Olivier Dahon
Pays: GB
Esoteric Recordings ECLEC2448
Sortie: 2014/06/30 (réédition, original 1971)


Lu: 1379
Partager sur :
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium