Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 368
7 derniers jours:
Back to Front 242
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 15-12-2017
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
› TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
› TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
› LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
› DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
› Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
› Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
› IDYL (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)
21-12 DIO RETURNS (Borgerhout)
21-12 The IMAGINARY SUITCASE (Bruxelles)
21-12 TRIGGERFINGER (Charleroi)
21-12 The VAN JETS + EQUAL IDIOTS (Bruxelles)
21-12 Scott GILMORE + Cate KENNAN (Bruxelles)
21-12 AKA MOON + De BEREN GIEREN (Sint-Niklaas)
22-12 SOULWAX (Merksem)
22-12 CONDOR GRUPPE (Gent) **REPORTÉ**

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • John Hammond (1910)
  • Cindy Birdsong (1939)
  • †Thomas "Fats" Waller (1943)
  • Carmine Appice (1946)
  • Paul Simonon (1955)
  • Nick Beggs (1961)
  • Mark Jansen (1978)
  • †Rufus Thomas (2001)
  • †Davy Graham (2008)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 162 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 367 627
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


PIRE, Alain EXPERIENCE - Cambridge
/ paru le 27-08-2014 /

En voyant débarquer sur ma table un simple CD, sans fiche d’information, aux couleurs criardes et portant le nom d’Alain Pire Experience, je m’attendais effectivement au… pire. Mais comme le disait Descartes, il faut toujours progresser avec méthode et les recherches sur Monsieur Pire ont révélé que le bonhomme était en fait une épée, un cador en matière de rock, de blues et de psychédélique, et tout cela depuis près d’un demi-siècle.

Né à Huy en 1953, Alain Pire démarre la musique à la batterie et joue dès 1968 dans des groupes psychédéliques, comme Big Bunny & The Carrots Company. Puis il passe au progressif avec des combos comme Acoustic Jam ou Aleph. Déjà, là, respect. Son parcours musical dans les années 1980 va se faire aux côtés de la légendaire chanteuse Jo Lemaire, puis dans une solide formation blues rock nommé Such A Noise. Et dans les Nineties, c’est un retour vers le psychédélisme avec Huy! et le bizarrement nommé Michel Drucker Experience. Alain Pire évolue aussi dans Abbey Road qui, comme son nom l’indique, est un groupe de reprises des Beatles.

Parallèlement à ces activités de musicien, Alain Pire cultive une tête bien faite, puisqu’il est agrégé en communication, docteur en information et communication, et au passage auteur d’une anthologie du rock psychédélique britannique, paru chez la très sérieuse maison Camion Blanc. Ici, on n’est plus dans le respect, on est dans la vénération.

Mais là où il va falloir poser quelques paires de genoux en terre et s’incliner mollement devant la science et la puissance, c’est à l’écoute du dernier album d’Alain Pire et de son Experience (à l’évidente référence hendrixienne), intitulé "Cambridge", ce qui est aussi très lourd de conséquences.

Sur ce disque, Alain Pire s’est acoquiné avec Marcus Weymaere (batterie) et René Stock (basse), lui-même s’occupant bien sûr de la guitare, du chant et des claviers. Le disque est autoproduit, enregistré à la maison et ce qu’il développe en 45 minutes va s’avérer tout à fait épatant. Pour bien comprendre l’objet, il faut oublier les 45 dernières années et se replonger dans la période 1967-69. Si en plus, on peut se procurer une chemise à fleurs, un pantalon turquoise à patte d’éléphant, des boots en daim vert et se faire faire une coupe de cheveux au bol, on est alors complètement dans le trip. Oui, vous avez bien compris, il faut ressembler à Austin Powers et se croire en plein Swinging London.

Au départ, avec les premiers titres "Cambridge" et "Time machine", on pense avoir affaire à un groupe de reprises qui a mal digéré ses influences Beatles et Cream. Le premier morceau a un début qui le ferait confondre avec le "Strawberry fields" des Fab Four et le deuxième renvoie directement au "Tales of brave Ulysses" de Clapton, Bruce et Baker. Néanmoins, dès ces débuts, on repère le potentiel très intéressant de l’Alain Pire Experience, qui termine ces morceaux sur une note plus personnelle, quoique rappelant un peu les précurseurs de la Britpop, inspirateurs d’Oasis, comme les Inspiral Carpets ou les Stone Roses.

Mais le jardin des délices s’ouvre plus tard, avec des titres qui vont peu à peu révéler les incroyables qualités techniques du trio. Alain Pire nous sort des ondes gilmouriennes sur un "Drop of fallen leaves" chatouillant les doigts de pieds de Pink Floyd. Puis il s’extraie du maelstrom cosmique de "On the Moon" pour asséner de nouvelles lignes de guitare encore une fois dérivées du Floyd période 73-75. On commence à dresser l’oreille devant des solos faramineux, soutenus par une section rythmique prête à conquérir la Voie Lactée. On repasse sur la surface de la Terre tous réacteurs dehors avec le trépidant "Drifting south", aux ambiances peu éloignées du style des Master’s Apprentices, époque 1968. La voix toujours juvénile du sexagénaire Alain Pire glisse avec douceur sur des mélodies fraîches débouchant sur un nouveau solo de guitare herculéen. On s’en reprend pour près de sept minutes de trip intergalactique, histoire d’être mentalement prêt à affronter le titanesque "Your elephants are everywhere", expédition punitive aérienne en plein Cachemire avec force sitar, lâchant une énergie digne des grands groupes cultes anglais, comme Fire, Tomorrow, Blossom Toes, The Factory, The Open Mind, The Syn ou Jason Crest. Eh oui, le psychédélisme anglais ne se limite pas à "Sergeant Pepper" ou aux premiers Pink Floyd, il y a une masse de groupes inconnus qui auraient pu tailler des croupières aux Beatles en matière de musique venue des étoiles.

Et tout cela, Alain Pire connaît très bien puisqu’il continue son périple avec le dansant "Things behind the sun", digne de Crocheted Doughnut Ring ou Tinkerbell Fairydust. Le final est quant à lui plus direct puisqu’il renoue avec Cream, les débuts de "Number one" rappelant immanquablement "I’m so glad". Et la suite est digne de Cream opérant en concert puisqu’Alain Pire fait cracher sa guitare en un immense solo électrifié jusqu’à la gueule, soutenue par un mitraillage de batterie digne de Keith Moon et des lignes de basse élastiques et sautillantes provenant en droite ligne du grand Jack Bruce.

Après un tel lessivage psychédélique, force est de constater qu’Alain Pire et ses sbires n’ont rien inventé de neuf mais ils recyclent avec un sens merveilleux du style et de la personnalité les références psychédéliques anglaises qui doivent être considérées comme sacrées, tant elles furent magnifiques et libératrices en ces magiques années 60. Bon après ceci, on revient obligatoirement dans les tristes années 2010, mais qu’est-ce qui nous empêche de rejouer ce disque et de rester coincé indéfiniment en 1967? Rien.

François Becquart
Pays: BE
Autoproduction
Sortie: 2014


Lu: 2448
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 3
• Semaines de présence au Top 30: 12
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium