Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 172 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 407 456
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


COLD SHOT - Cold Shot
/ paru le 17-09-2014 /

Depuis 2008, le label Eönian Records propose à ses auditeurs d’imaginer un monde dans lequel le Terminator aurait choisi de dégommer Madame Cobain avant la naissance du petit Kurt plutôt que de s’attaquer bêtement à la Mère Connor et à son innocent rejeton. Et pour stimuler notre imagination, le label ‘archiviste’ d’Indianapolis offre une seconde chance (souvent même, une première chance) à des albums Hard Rock / Hair Métal enregistrés de la fin des eighties, mais jamais publiés en raison de la ‘tormenta’ Grunge.

Ah, qu’il était euphorique le monde du Rock burné d’avant 1989. Il n’y était question que de fun, de filles, d’alcool, de froufrous et de shampoing. Cold Shot est l’un de ces gangs de chevelus peroxydés qui aurait sans doute cassé la baraque si le monde du Rock’n’roll n’avait pas souffert d'une soudaine envie de pessimisme ‘made in Seattle’.

Cold Shot nait à Los Angeles en 1988 suite à une rencontre fortuite entre le guitariste Anthony Gallo et le chanteur Adam Murray. Les deux musiciens comprennent, dès leur premier contact, qu’ils vont faire de la musique ensemble. A l’époque, trouver un batteur et un bassiste à L.A. est relativement aisé et le projet se met rapidement en place. Le groupe évolue un moment sous le patronyme de Shark Team avant d’opter pour ce 'Cold Shot' qu’il trouve bien plus accrocheur. Il ouvre pour Bulletboys, Bang Tango, Guns N' Roses et Motörhead et ses prestations commencent à attirer les foules. Il lui arrive de blinder des clubs aussi célèbres que le ‘Roxy’ et le ‘Whisky a GoGo’. En 1989, on lui demande d’enregistrer deux titres ("Juicy Lucy" et "Higher") pour la BO du film "Across The Tracks" (NDR : traduit "Rebelles" en français) à l’affiche duquel on retrouve un certain Brad Pitt. Le quatuor se voit proposer un contrat discographique avec Virgin Records. L’enregistrement de son premier album éponyme par l’ingénieur du son Russ Castillo (NDR : qui a travaillé avec Kansas, Pink Floyd et les Doors) se termine alors que Nirvana, Pearl Jam et les autres envahissent les charts et que plus personne ne semble intéressé par un disque de Hard Rock. Virgin renonce à publier l’album et Cold Shot ne survit pas à la déception. Les bandes magnétiques, remisées au placard, prennent la poussière pendant une vingtaine d’années. Comme il l’a déjà fait pour les albums de Murder Bay, Rattle Shake, Sweet Sybil, Ginger Lynn ou Charlotte, Eönian Records tente aujourd’hui de réparer l’injustice en exhumant ce "Cold Shot" trop longtemps oublié.

L’album, dans son ensemble, semble vouloir résumer toutes les tendances de ce que l’on appelle aujourd’hui la vague ‘Hair Métal. "Juicy Lucy", par exemple, ouvre joyeusement la plaque en lui donnant de petits airs de Cinderella : un chant écorché secondé par un harmonica et un riff hard rock teinté de blues, il n’en faut pas beaucoup plus pour nous mettre de bonne humeur. "Foolish Pride" et "No Time", quant à eux, réintroduisent le concept de la ballade crapuleuse en proposant, à la manière de Dokken, une amorce sirupeuse et un final Heavy Mélodique. La suite de l’album se décline en riffs accrocheurs et en refrains mémorisables. Les compositions évoquent le Hard Rock de formations ayant illuminé les eighties yankee. On pense souvent à Whitesnake (NDR : la voix d’Adam Murray offre un compromis sympathique entre la puissance de David Coverdale et le côté éraillé de Tom Keifer (Cinderella) et parfois à Van Halen, à Great White ou même à Motley Crüe.

A l’évidence, "Cold Shot" n’intéressera que très peu les accros au Métal actuel. Cependant, celles et ceux qui, comme nous, sont nostalgiques d’une époque plus heureuse (ou qui ont découvert dans la discothèque de Papa et Maman quelques uns des opus de la ribambelle de groupe cités dans le paragraphe précédent) seraient bien avisés d’y jeter une oreille. Un petit détour par le site web entièrement renouvelé d’Eönian Records vous permettra d’en écouter quelques titres en streaming et, si affinité, d’en commander un exemplaire.

L’album (44’57) :

  1. Juicy Lucy (3’34)
  2. Foolish Pride (3’50)
  3. Cold Shot (3’49)
  4. No Time (4’16)
  5. Give Me what I Need (4’15)
  6. Mine All Mine (3’43)
  7. Heart Of The City (3’44)
  8. Without Your Love (4’25)
  9. Higher (3’39)
  10. Long Legs (4’40)
  11. Captured (4’56)

Le groupe :
  • Adam Murray : Chant
  • Anthony Gallo : Guitares
  • Erin Bartley : Basse
  • Rikki Baggett : Batterie

Michel Serry
Pays: US
Eönian Records 00022
Sortie: 2014/08/26


Lu: 1090
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 48
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium