Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Karl Denver (1934)
  • Tony Hicks (1945)
  • Benny Andersson (1946)
  • Billy Gibbons (1949)
  • Steven Irvine (1959)
  • †Nicolette Larson (1997)
  • †Dan Fogelberg (2007)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 158 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 413 597
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BOOMTOWN RATS - Live Germany '78 (DVD+CD)
/ paru le 17-07-2015 /

Il n’est pas très certain que le nom des Boomtown Rats rappelle quelque chose à la majorité des gens sur cette terre. Aussi, l’édition d’un DVD et d’un CD consacrés à un concert donné par ce groupe en Allemagne en 1978 est une excellente occasion pour rétablir les Boomtown Rats dans leurs droits à la légende.

Pour clarifier un peu les choses, il faut avoir à l’esprit que les Boomtown rats avaient à leur tête un chanteur nommé Bob Geldof. Ça y est, le déclic se fait : Bob Geldof est resté fameux dans l’histoire pour ses activités et son militantisme humanitaire, rendus célèbre avec l’organisation du concert géant Live Aid pour l’Ethiopie en juillet 1985. Ce concert, diffusé sur toutes les télés du monde, avait réuni des gloires de l’époque, comme Queen, Elvis Costello, U2, David Bowie, Tina Turner, Bob Dylan, Mick Jagger, Black Sabbath, les survivants de Led Zeppelin ou Duran Duran.

Et bien sûr, les Boomtown Rats avaient également fait une apparition à ce concert. C’était à l’époque leur chant du cygne puisqu’ils se sépareraient l’année suivante, à l’issue d’une courte carrière jalonnée de six albums. Cette carrière débute en 1976 à Dún Laoghaire, petite ville côtière de l’est de l’Irlande, autour de Garry Roberts (guitare), Johnnie Fingers (claviers), Pete Briquette (basse), Gerry Cott (guitare), Simon Crowe (batterie) et Bob Geldof (chant). Celui-ci, né en 1951, a trois ou quatre ans de plus que le reste de ses camarades. Il revient du Canada où il a été journaliste pour un journal local, après avoir été employé dans un abattoir, dans une usine de conserves ou ouvrier de chantier.

Les Boomtown Rats vont ainsi réaliser les albums "The Boomtown Rats" (1977), "A tonic for the troops" (1978), "The fine art of surfacing" (1979), "Mondo bongo" (1981), "V deep" (1982) et "In the long grass" (1984). Quelques succès vont jalonner leur carrière, comme les hits "Looking after No 1", "Mary if the 4th form" (respectivement n° 11 et 15 au Royaume-Uni en 1977), "She’s so modern", "Like clockwork", "Rat trap" (n° 12, 6 et 1 en 1978) et surtout "I don’t like Mondays", n° 1 en 1979 et qui raconte l’histoire d’un massacre dans un collège aux Etats-Unis par une tueuse folle. Les années 80 voient le succès s’atténuer peu à peu au fur et à mesure que les nouveaux singles se placent toujours plus bas dans les classements.

Ce sont finalement les trois premiers albums parus sur le label Ensign qui restent les plus recommandables, ceux parus chez Mercury faisant rentrer les Boomtown Rats dans le peloton des groupes new wave et post punk des années 80. Durant les années 1977-79, les Boomtown Rats maniaient habilement le punk, le pub rock et le rock ‘n’ roll, sous le jeu de scène charismatique de Bob Geldof. On peut se rendre compte de tout cela avec le DVD "Live Germany ‘78", paru sur le label Gonzo Multimedia. Un CD audio du même concert est servi en bonus mais ce sont les images qui comptent ici. Le show des Boomtown Rats est filmé pour le compte de l’émission allemande Musikladen, qui fut entre 1972 et 1984 l’équivalent du programme anglais Top Of The Pops (et de l’émission Chorus en France entre 1979 et 1981). Dans une petite salle peuplée de spectateurs sagement assis à des tables, des groupes plus ou moins furieux avaient l’habitude de se produire. Un autre show fameux sur Musikladen est celui des Ramones en 1978, tourné dans des conditions à peu près similaires à celui des Boomtown Rats : le groupe met tout par terre devant un public placide vraisemblablement sélectionné par la chaîne pour ne pas semer le trouble.

Sur cette scène, les Boomtown Rats commettent une prestation magnifique. Geldof, grand et dégingandé, bondit sur les tables en direction des caméras, tandis que ses guitaristes font pétiller des accords et des solos endiablés. Un petit bassiste joue mécaniquement avec un jeu de scène proche de celui de Wilko Johnson de Dr Feelgood. Il n’y a d’ailleurs que des sosies sur ces planches : le guitariste lead Garry Roberts ressemble à Paul Weller, l’autre gratteux est une copie de Johnnie Ramone, le claviériste Johnnie Fingers a la tête de Topper Headon des Clash et se ballade en pyjama à rayures (en Allemagne, ça fait bon genre…) et le batteur ressemble… à un batteur de punk rock.

Le groupe aligne avec la rapidité d’un vol à main armée une série de titres en provenance principalement de leur premier album et accessoirement de leur deuxième. On reste subjugué par l’énergie du désespoir déployée par cette bande d’énervés, complètement dans leur musique et se dépensant sans compter. Le contraste avec le public est saisissant lorsqu’on aperçoit les spectateurs des premiers rangs complètement amorphes et contemplant le spectacle comme on regarde la télé. Le pouvoir percutant de tous ces titres ("Close as you’ll ever be", "Neon heart", "Kicks", "She’s so modern", "Don’t believe what you read", "Do the rat", "Mary of the 4th form" ou "Looking after No 1") ne donne qu’une seule envie, celle d’acquérir les premiers albums du groupe pour se refiler une bonne dose de punk rock dans les oreilles.

Par contre, les deux vidéos bonus datant de 1980 et 1982 permettent de comprendre où il faut s’arrêter avec les Boomtown Rats. "Banana republic" et "House on fire", toujours filmés pour l’émission Musikladen, révèlent un groupe tombé dans des niaiseries reggae, à fuir impérativement. Mais pour ce qui est du concert principal, ce DVD est une véritable merveille qui fera découvrir ou redécouvrir un groupe quelque peu sous-estimé de la période classique du punk.

François Becquart
Pays: IE
Gonzo Multimedia
Sortie: 2015/06/08


Lu: 1219
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 12
• Semaines de présence au Top 30: 12
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium