Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 174 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 471 133
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


COAL CHAMBER - Rivals
/ paru le 31-07-2015 /

Pour ceux qui ont la mémoire courte (ou ceux qui n'étaient pas nés à l'époque), rappelons que Coal Chamber était un groupe de série B de la scène nu metal de la fin des années 1990. Ce combo de Los Angeles formé en 1993 a réussi à se distinguer un petit moment grâce à son album "Chamber music" (1999) qui suivait l'album "Coal Chamber" (1997) et précédait "Dark days" (2002). Des changements de personnel et surtout des disputes insolubles entre le chanteur Dez Fafara et le guitariste Miguel Rascon ont finalement abouti à la séparation de Coal Chamber en 2003.

Depuis lors, Dez Fafara avait fondé DevilDriver, un groupe assez prospère sur la scène métallique américaine et auteur de six albums. Ses autres camarades de Coal Chamber ont connu des destins moins enviables, notamment Miguel Rascon qui grenouillait dans des formations du nom de Glass Piñata ou NEO GEO, un groupe électro. C'est finalement en 2008 que Fafara et Rascon se réconcilient, ce qui entraîne la reformation de Coal Chamber en 2011 et la mise en chantier d'un nouvel album fin 2014.

Un groupe qui revient aux affaires après près de dix années d'interruption prend forcément quelques risques, du point de vue de sa cohérence par rapport aux nouvelles tendances musicales et par rapport à sa motivation de revenir au meilleur niveau créatif possible. En ce sens, un groupe comme Coal Chamber, qui n'a quand même pas bouleversé l'équilibre géopolitique mondial avec l'originalité de sa musique (à l'époque profondément enfoncée dans le sillon creusé par Korn, Deftones et plus tard par Slipknot), avait intérêt à revenir en force avec un bon projet.

Et c'est précisément ce qui se passe avec ce "Rivals", chargé à ras-bord de riffs tranchants, de sonorités massives, d'un chant menaçant et d'une production en acier trempé signée Mark Lewis (Chimaira, Trivium, DevilDriver, The Black Dahlia Murder). Dez Fafara a retrouvé l'envie d'en découdre et s'entend à nouveau comme cochon avec son guitariste Miguel Rascon. Côté batterie, c'est Mike Cox qui reprend le kit et la basse est tenue par Nadja Peulen, qui avait remplacé la première bassiste Rayna Foss, et qui revient dans la nouvelle version de Coal Chamber en remplacement de Chela Rhea Harper qui avait été engagée lors de la reformation en 2011.

Il semble que l'emploi de bassistes féminines soit une tradition chez Coal Chamber mais on ne va pas s'en plaindre car le résultat musical est aussi dévastateur, voire plus, qu'avec n'importe quel mec bassiste. On le sent vient en se faisant aplatir les neurones par des rouleaux-compresseurs du genre "I.O.U nothing", "Bad blood between us", "Light in the shadows" ou le monstrueux "Suffer in silence", qui voit intervenir au chant un invité de marque en la personne d'Al Jourgensen, le maître à penser du mythique Ministry.

Il n'y a pas de temps mort sur cet album et tous les morceaux viennent contribuer à l'hallali sonore. "Rivals" délivre une dose de nu metal que l'on pourrait qualifier d'old school, la marque de Korn, Deftones et Slipknot étant toujours reconnaissable. Mais après tout, le terme de nu metal old school est sans doute un pléonasme car ce genre est quand même resté furieusement enterré dans les années 1990, sans grande perspective d'évolution.

Mais lorsqu'on aime le nu metal, on ne s'arrête pas à ce genre de détails et même si ce nouvel album de Coal Chamber est quelque peu coincé dans une époque, il n'en demeure pas moins excellent pour les amateurs du genre.

François Becquart
Pays: US
Napalm Records
Sortie: 2015/05/19


Lu: 829
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 27
• Semaines de présence au Top 30: 2
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium