Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
Mails en vrac
7 derniers jours:
Lacuna Coil au Moonlight Music Hall
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Professor Longhair (1918)
  • Chas Chandler (1938)
  • Sam Andrews (1941)
  • Keith Richards (1943)
  • Bobby Keys (1943)
  • Martha Johnson (1950)
  • Elliot Easton (1953)
  • Grant Marshall (1959)
  • †Jimmy Nolan (1983)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 473 305
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


AKARUSA YAMI - Heavy climb
/ paru le 12-10-2015 /

Non, nous n'avons pas affaire ici à un groupe japonais d'alpinistes confirmés mais à un groupe anglais qui ferait plutôt dans la spéléologie en descendant très bas dans les profondeurs les plus sombres de notre esprit avec un death metal progressif et technique. En fait, la musique d'Akarusa Yami peut se qualifier de nombreuses façons : djent, postcore, death progressif, math rock industriel à tendance science-fictionnesque, c'est un véritable marché aux genres.

Le groupe se forme à Notthingham en 2010 autour de Tom Clarke (guitare, ex-Insidious) et du chanteur Tom Brumpton. La formation s'étoffe rapidement avec l'arrivée d'Adam Jones (batterie), Damian Lee (guitare), Jake Bennett (basse) et Lee Dowling (claviers). Cette équipe sort son premier EP "Ouroboros" en septembre 2011, au grand contentement de la critique métal, où des médias comme Metal Hammer, Zero Tolerance ou Legacy tressent quelques lauriers à Akarusa Yami. Des morceaux comme "Third eye, wide open" ou "Millenium is my salvation" sont largement diffusés à travers les web radios européennes.

Fort de son embryon de réputation, Akarusa Yami se lance sur les scènes en dehors de son fief d'origine. On le voit ouvrant pour Textures, The Ocean ou Aliases et il montre le bout de son nez au Bloodstock Festival de 2011. A la fin de cette même année, le combo enregistre le morceau "Life, the venimous way" avec le producteur James Dunkley, en guise de préparation à son deuxième EP "Trace, element, rebirth", qui sort en 2013 et qui, comme son prédécesseur, est un intéressant assemblage de djent manifestement influencé par Meshuggah.

Akarusa Yami est donc attendu au tournant à l'occasion de la parution de son premier album long format, élaboré après quelques changements de personnels, la guitariste Julia Goatly étant venue remplacer Damian Lee et Tweak s'occupant désormais de la batterie. Le claviériste, lui non plus, ne figure plus dans le groupe, à en croire le line-up déclaré sur la page Facebook de ce dernier.

"Heavy climb" arrive donc sur nos territoires avec une dizaine de titres qui empruntent à ce qu'Akarusa Yami a déjà fait par le passé, associé à de nouvelles idées. Et c'est là que se pose un des plus grands mystères du goût humain. La première écoute de cet album m'a très peu impressionné, la batterie me semblant particulièrement fade et certains effets mal placés. Puis, en revenant dessus, on découvre davantage de subtilités, un certain esprit et d'intéressants changements d'atmosphère grâce à des interventions plus électro ou cold wave. Sur les instrumentaux "Long nights in the city" ou "Loving parents", on imagine même qu'un groupe de reprises de Depeche Mode aurait profité de la pause-café d'Akarusa Yami pour se glisser dans le studio vide et placer en douce quelques compos à lui. Par contre, sur "The Natasha trade", l'intruse est clairement identifiée puisque c'est la chanteuse Joy Shannon du groupe Beauty Marks qui vient donner un coup de main derrière le micro.

C'est un petit aspect aride de la production (touchant surtout la rythmique) et les chapitres très hachés et courts peuplant les morceaux qui donnent cette atmosphère un peu fade de prime abord mais qui développe ses fragrances au fil des écoutes. Des morceaux comme "At last, sunlight (Endlich, Sonnenlicht)", "Heavy climb" ou "I work in formaldehyde" sont assez emblématiques de l'album, avec leur côté extrêmement dur d'où sort parfois un petit souffle progressif.

C'est donc un album intéressant à connaître mais qui plaira surtout à ceux qui sont lourdement impliqué dans le djent et le métal progressif ou industriel. "Heavy climb" est aussi une étape supplémentaire dans la progression d'un groupe qui pourrait surprendre à l'avenir s'il ne se disperse pas trop dans tous les genres qui l'ont influencé.

François Becquart
Pays: GB
Autoproduction
Sortie: 2015/10/05


Lu: 792
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 79
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium