Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bill Pinkney (1925)
  • Bobby Helms (1933)
  • Floyd Ashton (1933)
  • Mike Seeger (1933)
  • Nesbert Hooper (1938)
  • Johnny Thunder (1941)
  • Pete York (1942)
  • Tommy Aldridge (1950)
  • Rick Price (1951)
  • Matt Johnson (1961)
  • Marcia Schofield (1962)
  • †Jackie Edwards (1992)
  • †Jerry Wexler (2008)
  • †Johnny Moore (2008)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 170 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 532 696
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


PARASOL, Rykarda - The color of destruction
/ paru le 24-10-2015 /

Rykarda Parasol n'oublie jamais Music In Belgium lorsqu'elle fait la promotion de ses albums et on la remercie. Sa voix profonde et grave, au timbre rêveur, est un véritable enchantement, dans une veine rappelant Nico, Marianne Faithfull ou Lana Del Rey. Après le EP "Here she comes" (2003) et les albums "Our hearts first meet" (2008), "For blood and wine" (2009) et "Against the sun" (2013), la chanteuse américaine nous livre son dernier "The color of destruction", suite logique de son œuvre.

Américaine, Rykarda Parasol ne l'est pas vraiment ou plutôt, elle est plus que ça. Née d'une mère suédoise et d'un père israélien, elle grandit aux Etats-Unis mais a fini par venir s'installer à Paris, d'où elle part fréquemment en Pologne pour jouer avec un groupe qui l'accompagne régulièrement. C'est donc une citoyenne du monde qui affiche en musique la même liberté dont elle fait preuve envers le code de la nationalité.

De l'écriture des chansons en passant par la production et l'illustration de l'album, Rykarda Parasol s'est occupée de tout. Elle a cependant laissé l'enregistrement et le mixage à Mark Pistel, qui a bossé avec elle au studio Room 5 à San Francisco, prenant aussi en charge les parties de basse des morceaux. D'autres musiciens comme Danny Luehring (batterie et percussions) ou Marc Capelle (claviers) participent également, ainsi que quelques chanteurs invités (Marc Davenport sur "Sha la look my spark" et Dante White Aliano sur "It's only trouble now"). Toutes les compositions sont signées Rykarda Parasol, exceptée une reprise de "La fille du père Noël" de Jacques Dutronc, rebaptisé en la circonstance "Le fils du père Noël" et chanté par Rykarda Parasol dans la langue de Gustave Flaubert.

La pochette de l'album est également intéressante. Si on la compare à celles des autres albums, elle montre une sorte d'évolution. Alors que le premier EP était décoré de jonquilles, le premier album de roses et le troisième de champignons, "The color of destruction" montre de rugueuses racines rouges, dépourvues de feuilles, comme un paysage soumis à la mort et environné de couleurs vives et agressives.

Le disque n'est cependant pas hanté par la mort mais n'est pas forcément très joyeux. Il y est question de chagrins d'amour, de naufrages, de tentations de suicide mais également de soutien et d'amour renaissant. Rykarda Parasol chante sur des tempos lents ("An invitation to drown", "The loneliest girl in the world", "A lover's death wish") qui renforcent l'impression mélancolique qui se dégage des morceaux. D'un autre côté, quelques chansons plus rythmées ("It's only trouble now", "Valborg's eve", "Your safety is my concern", "Sha la look my spark") donnent de l'équilibre à cet album qui retient l'attention de l'auditeur de bout en bout.

"The colour of destruction" se place parfaitement dans la logique et la qualité de ses prédécesseurs et révèle une artiste complète, inspirée et envoutante.

François Becquart
Pays: US
Autoproduction
Sortie: 2015/10/15


Lu: 1060
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 36
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium