Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Cleveland Duncan (1935)
  • Madeline Bell (1942)
  • Tony Joe White (1943)
  • Dino Danelli (1944)
  • Andy Mackay (1946)
  • David Essex (1947)
  • Blair Thornton (1950)
  • Ian Thomas (1950)
  • Janis Siegel (1952)
  • Dennis Greaves (1957)
  • Martin Gore (1961)
  • Tim Kellett (1964)
  • Nick Menza (1964)
  • Saul Hudson (1965)
  • Rob Dickinson (1965)
  • Alison Krauss (1971)
  • †Keith Godchaux (1979)
  • †Rob Collins (1996)
  • †Amy Winehouse (2011)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 150 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 076 473
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ORION - La Face Visible
/ paru le 30-10-2015 /

Groupe français de rock-progressif, Orion qui prend naissance dès 1975 grâce à la collaboration de trois musiciens, son aventure prend malheureusement fin en 1980. Au départ formé par Patrick Wyrembski (basse et guitares), Janusz Tokarz (claviers et chant) et Laurent Delenne, seuls les deux premiers membres reprennent du service en 2011, pour restaurer et retravailler de vieilles bandes magnétiques réalisées en 1980. Ajoutant à ce travail de nouvelles compositions, le duo se renforce grâce à Michel Taran (claviers et batterie) et Alain Pierre (guitares et batterie). Suite à la sortie d'un nouvel album début 2014 salué par la critique, le groupe décide de composer un concept-album 8 titres, basé sur le vécu des protagonistes par rapport à la chute du mur de Berlin en 1989.

Comptant comme invité spécial Pierre-Jean Horville (guitares), le groupe est ici gonflé à bloc avec un projet musical dénonçant le totalitarisme et défendant la liberté d'expression. D'ailleurs vous constaterez la présence du message Je suis Charlie, au sein du livret qui accompagne la galette, slogan et thème repris sur un titre de l'album. Livret qui d'ailleurs comporte des textes fouillés, présentant le contexte de chaque titre.

Bon assez parlé, passons à l'écoute du disque avec tout d'abord un instrumental de près de 10 minutes (la plage titulaire), qui présente tout le savoir-faire du groupe dans l'élaboration d'un rock-progressif. L'empreinte de Pink Floyd est ici incontestable, avec des ambiances aériennes proches du progressif des seventies, contrastées par des atmosphères plus modernes grâce aux synthés. Du beau travail !

On passe ensuite à une plage chantée qui court le long d'une ballade où, les claviers et le piano enrobent un chant posé nous parlant de la chute du mur de Berlin. On se retrouve ici dans un univers proche des groupes de l'Hexagone progressif comme Ange et Gens de La Lune, les projets des frères Décamps. Guitares et claviers nous emportent ensuite pour danser sur ce même mur, qui commence à se fracturer, permettant à tout un chacun d'apercevoir l'autre côté. Le rideau de fer finit par tomber, emporté par une guitare aérienne et des orgues qui sautillent, gardant toujours ce tempo de rock-progressif bien charpenté.

Apaisement, travail technique et paroles bien choisies, font de la suite un émerveillement pour tous les amateurs, qui se régalent de ce savant mélange de rock-progressif, de jazz-rock et de soul. Les chœurs vous portent vers le ciel, vous transmettant des textes philosophiques et pourtant si terre à terre. Ambiance jazzy et aérienne pour Charlie, qui s'embrase via une guitare stridente, qui se métamorphose en riffs funky. Moment plus symphonique pour suivre où, les synthés absorbent l'espace sonore pour nous conduire vers un endroit dédié à l'hommage. La plage bonus composée par Laurent Delenne qui a quitté le navire, nous ramène vers un rock-progressif fouillé de belle facture où, le chant s'assimile à celui d'un William Sheller.

Amoureux du rock-progressif hexagonal chanté dans la langue de Molière, voilà bien un présent fait pour vous. Au-delà de cette spécificité, Orion qui renait de ses cendres revient ici au top-niveau, celui d'un groupe qui sait construire un rock-progressif fort appréciable. Chapeau aussi pour les textes souvent engagés et chargés de messages, que tout un chacun devrait méditer !

Thirionet
Pays: FR
Musea Parallèle MP 3306
Sortie: 2015/08/20


Lu: 3237
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 1
• Semaines de présence au Top 30: 12
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium