Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 367
7 derniers jours:
News en vrac : volume 365
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 12-12-2017
› OH WONDER + IDER (Bruxelles)
› HIGH HI (Leuven)
› LONDON GRAMMAR + LO MOON (Merksem)
› The GODFATHERS (Verviers)

Les 7 prochains jours:
13-12 K's CHOICE + HELSINKI (Bruxelles)
13-12 DUO A L'ENCRE + CHASING PENGUINS + Frederic LEROUX (Bruxelles)
13-12 TINARIWEN (Sint-Niklaas)
13-12 BRNS + WHITE WINE (Liège)
13-12 The PICTUREBOOKS + The LORANES (Borgerhout)
13-12 Constanza GUZMAN (Liège)
13-12 CHANNEL ZERO (Leuven)
14-12 Trudy LINN featuring Steve KRASE and The ÖZDEMIRS (Hasselt)
14-12 ISOLDE (Sint-Niklaas)
14-12 BERAADGESLAGEN + COMPRO ORO + SCHNTZL (Bruxelles)
14-12 TJENS MATIC + PJDS (Kortrijk)
14-12 FIVE FINGER DEATH PUNCH + IN FLAMES + OF MICE and MEN (Merksem)
14-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Liège)
14-12 DAAU (Hasselt)
14-12 SON LITTLE (Bruxelles)
14-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
14-12 NAZARETH (Verviers)
14-12 The PROSPECTS (Borgerhout)
15-12 Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
15-12 Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
15-12 IDYL (Bruxelles)
15-12 DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
15-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
15-12 TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
15-12 TJENS MATIC (Leuven)
15-12 LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • Frank Sinatra (1915)
  • Dionne Warwick (1940)
  • Terry Kirkman (1941)
  • Mike Heron (1942)
  • Albert Lee (1943)
  • Dickey Betts (1943)
  • Grover Washington (1943)
  • Rob Tyner (1944)
  • Tony Williams (1945)
  • Clive Bunker (1946)
  • Ray Jackson (1948)
  • Dan Baird (1953)
  • Sheila Escovedo (1959)
  • †Tommy Bolin (1976)
  • †Ian Stewart (1985)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 170 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 281 890
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BEAR'S DEN - Red earth & pouring rain
/ paru le 13-08-2016 /

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le deuxième album de Bear's Den ne laisse pas indiffèrent. Un rapide coup d'œil sur les web critiques qui fleurissent sur les sites musicaux révèle l'émergence de deux écoles : ceux qui adorent et ceux qui détestent. Pour les étourdis qui n'ont pas encore entendu parler de Bear's Den, un petit rappel s'impose. Ce groupe londonien formé en 2012 s'est fait remarquer avec son premier album de 2014, un "Islands" qui a notamment drainé une nomination au prix Ivor Novello dans la catégorie de la meilleure chanson avec "Under the clouds of Pompeii". Cet album venait creuser un beau trou dans le jardin de l'americana et du folk rock nouvelle manière, suscitant la comparaison avec les compatriotes Mumford & Sons. Les musiciens de Bear's Den, Andrew Davie (chant et guitare), Kevin Jones (chœurs, batterie, basse) et Joey Haynes (guitare et chant) avaient vu leur premier album se placer facilement à la 49e place des charts anglais et surfer au sommet des meilleures ventes de disques americana en 2015.

Cette année, Bear's Den a cherché à passer à une nouvelle dimension, plus ambitieuse mais aussi plus délicate. Comme ses coreligionnaires de Mumford & Sons, il s'est éloigné du simple folk acoustique pour donner plus de substance à sa musique. Cette nouvelle orientation a sans doute généré des tensions au sein du groupe où les traditionnelles divergences de vue musicales ont entrainé le départ de Joey Haynes. Et comme Mumford & Sons, le groupe s'est aventuré sur le terrain glissant de la recherche de sens qui le pousse à abandonner ses bases traditionnelles pour se jeter dans l'inconnu. Ce mouvement stratégique aboutit habituellement à séparer les groupes de leurs fans de la première heure pour leur en apporter de nouveaux.

Sur ce deuxième album "Red earth & pouring rain", Bear's Den a beaucoup travaillé. Fort des expériences glanées sur la route, le leader Andrew Davie a mis dans sa musique des thèmes qui lui sont importants, comme le sentiment de perte, le remords, les tentations de s'échapper, avec une inspiration née des tableaux d'Edward Hopper, les livres de Raymond Carver ou les films de Robert Altman. En quelque sorte, Andrew Davie vise haut et grand.

Mais qu'est-ce que cela donne musicalement? Un disque ambitieux, soigneusement travaillé aux célèbres studios Rockfield du pays de Galles, avec des chansons de longues haleine (rien à moins de quatre minutes), portées par un souffle épique et une voix profonde. Certes, cela donne beaucoup de mérite à "Red earth & pouring rain", qui enchante déjà les jeunes auditeurs. Mais c'est là que les auditeurs plus anciens se doivent d'intervenir en avertissant la nouvelle génération sur un aspect inquiétant concernant cet album : l'absence quasi-totale d'originalité. Les vieux tympans, les anciennes mémoires encore un peu actives sous les chevelures grisonnantes se mettent à travailler et faire des connections avec tout ce que les années 80 ont pu connaître dans le pop rock mainstream porté à l'époque par Bruce Springsteen, Robert Palmer, Paul Young, Christopher Cross, Fleetwood Mac, Don Henley ou les Eagles. On retrouve tout cela dans le dernier album de Bear's Den, mais pas sous une forme synthétisées et transcendée. On sent plutôt le copier-coller de pans entiers de ces bons vieux caciques des Eighties, impression renforcée par le fait que les chansons de ce nouvel album ont une certaine tendance à la redite. Le style vocal revient sur les mêmes intonations d'une chanson à l'autre, provoquant ainsi une impression de monotonie. Avec les mêmes tempos et les mêmes mélodies tout au long de l'album, le sentiment de standardisation n'est pas estompé, bien au contraire.

Notre sévérité à l'égard de ce disque est néanmoins atténuée par la merveilleuse ballade "Love can't stand alone", à la grâce cérémonieuse impressionnante. Mais ce titre ne fera pas oublier que "Red earth & pouring rain" n'arrive pas à masquer sa monotonie et son manque d'originalité derrière un apparat grandiose. Il n'est pas interdit d'apprécier cet album mais en faire une icône des temps moderne serait un peu exagéré.

François Becquart
Pays: GB
Communion Records
Sortie: 2016/07/22


Lu: 487
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 120
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium