Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • John Lodge (1945)
  • Kim Carnes (1945)
  • Carlos Santana (1947)
  • Paul Cook (1956)
  • Michael MacNeil (1958)
  • Chris Cornell (1964)
  • Andrew Levy (1966)
  • †Roy Hamilton (1969)
  • †Artie Traum (2008)
  • †Chester Bennington (2017)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 188 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 023 076
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DGM - The Passage
/ paru le 18-09-2016 /

Réceptionnant ce précieux présent lors de leur passage à Lens (Titans Club), il était donc inconcevable de passer à côté de la nouvelle sortie discographique du combo italien DGM. Depuis l'excellente chronique de mon collègue Michel Serry pour l'album sorti en 2009, deux autres opus ont vu le jour respectivement en 2010 et 2013, permettant à la formation italienne d'avoir derrière elle un fameux baguage musical. Concernant leur prestation scénique de ce vendredi 16 septembre, il faudra vous référer à l'article concernant cette sulfureuse soirée à Lens. Pour l'heure ouvrons donc ce magnifique digipack, et insérons la galette dans ce bon vieux lecteur portatif, car je trépigne moi-même d'impatience (c'est pas vrai, j'ai écouté hier dans la voiture en revenant de Mons), je n'en suis d'ailleurs toujours pas revenu.

Bon trêve de bavardages et passons aux choses sérieuses avec une formation qui compte aujourd'hui dans ses rangs Mark Basile (chant), Simone Mularoni (guitares), Andrea Arcangeli (basse), Fabio Costantino (batterie et percussions) et Emanuele Casali (piano et claviers). On démarre par des nappes de synthétiseurs sur "The Secret" (morceau en deux parties) pour plonger directement dans un métal-progressif puissant et aérien. Claviers et guitare envoient la sauce plein pot dans une ouverture pleine de punch, le chant arrivant pour proposer du heavy-rock pêchu. Composition super-entrainante, voilà donc un choix judicieux pour la première plage qui devrait en ensorceler plus d'un ! Le travail vocal de haut-vol et une orchestration sans faille en font un sublime morceau, avec même un solo de guitare digne de la grande époque d'Eddie Van Halen ! La grande claque d'entrée de jeu, avec une seconde partie toujours très progressive, qui contrebalance un power-métal sulfureux.

"Animal" se lance lui-aussi via les claviers pour garder cette ambiance de métal-progressif parfaitement structuré, et porteur d'une musique qui plaira à un large public. Refrain entrainant et power-métal progressif en font une nouvelle compo gagnante. "Ghosts of Insanity" bascule alors dans un power-métal teinté rock'n'roll, mais les passages progressifs et un travail vocal pointu gardent l'auditeur toujours en haleine. "Fallen" porte une cadence de combat proche du speed ou du trash où, on n'arrête de rigoler pour mieux balancer son corps. Intelligemment, DGM insuffle toujours ses petits relents progressifs et ce travail vocal irréprochable.

Voilà la plage titulaire qui déboule à pleine vitesse, ne laissant aucun répit à l'auditeur qui a déjà depuis longtemps perdu la notion du temps et de l'espace. Les compositions s'enchainent sans jamais laisser le fan au repos, passant du power-métal au métal-progressif avec une facilité déconcertante. "Disguise" introduit alors une complainte de piano montrant l'excellent travail d'Emanuele, mettant en évidence la puissance et la finesse du chant de Mark, et cela pour un léger moment d'apaisement. Synthétiseurs et guitares tranchantes pour lancer "Portrait" dans un nouveau power-métal efficace, qui nous réveille rapidement les méninges.

"Daydreamer" et "Dogma" maintiennent la pression métallique et la chape de plomb sur nous, laissant malgré tout passer quelques passages progressifs pour nous permettre de reprendre notre souffle. On en termine avec "In Sorrow" morceau acoustique posé, qui présente une dernière fois la qualité vocal ici proposée. Judicieusement le groupe termine par un morceau enivrant et aérien, une sublime finalité pour ce fabuleux album !

DGM offre ici au monde du métal-progressif un album incontournable et vachement bien foutu, réalisé par une équipe au sommet de son art. Si j'ai déjà parlé de Mark et d'Emanuele, la section rythmique portée par Andrea et Fabio est ici tout bonnement destructrice et d'une efficacité redoutable. Il me reste à parler de Simone un extraordinaire guitariste qui jongle dans tous les registres, en passant du speed au blues puis au rock'n'roll pur jus ! En conclusion celui qui n'aura pas ce magnifique présent, sera puni pour l'éternité ! Quoi qu'il arrive, précipitez-vous sur le site où de nombreuses vidéos sont disponibles.

- DGM Le Facebook

Thirionet Philippe
Pays: IT
Frontiers Records FR CD 746
Sortie: 2016/08/26


Lu: 1261
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 5
• Semaines de présence au Top 30: 12
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium