Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Eddie Floyd (1935)
  • Carly Simon (1945)
  • Ian McDonald (1946)
  • Allen Lanier (1946)
  • Tim Finn (1952)
  • David Paich (1954)
  • George Michael (1963)
  • †Hillel Slovak (1988)
  • †Arif Mardin (2006)
  • †Michael Jackson (2009)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 157 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 567 203
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ART ROCK CIRCUS - Tell A Vision
/ paru le 07-06-2005 /

Sur ce double album de rock progressif, le noyau de base de Art Rock Circus comprend John Miner (guitares, chœurs, paroles) et Nolan Stolz (batterie, percussions, claviers). Ils ont travaillé pendant trois ans sur cet album avec une interruption pour jouer « Heavens Cafe’ Live! ».

Pour cette œuvre ambitieuse, ils ont rassemblé Tony Branco (claviers), Erica Syroid (violon), Milo (claviers), Karen Wallo (chant), Kelton Manning (guitare basse), Jim Martino (guitare basse), Miche’ (chant), Timothy Burris (la voix) et David Hornbeck (chant).

Le résultat est-il à la mesure des efforts consentis ? Malheureusement, la production, en raison de la complexité des enregistrements, laisse un peu à désirer et ne sert pas toujours cette œuvre qui se veut grandiose. Mais ne faisons pas la fine bouche, le résultat global est très positif.

Sur le premier CD, le premier titre, « Tell A Vision », est une pièce maîtresse de près de vingt minutes. Débutant par le piano pentatonique de John Miner, accompagné par le clavier atmosphérique de Nolan Stolz, relayé par la voix parlée de Timothy Burris, le morceau donne les thèmes musicaux, entrecoupés par des soli, notamment de hautbois électrique par Camille Jentgen et de clavecin par Tony Branco. Les voix de Todd Ashmore et de Miche’, qui, comme Tim Burris, ont participé à l’aventure de Mantra Sunrise, sont remarquables de justesse.

A côté du mastodonte initial, « The Cell » semble un peu moins fringant. Pourtant, le morceau ne manque pas de qualités. David Hornbeck chante pour la première fois avec Miner mais il s’en tire à la perfection. Le sitar, joué avec beaucoup de savoir-faire par Milo, qui joue aussi du mellotron, ajoute une touche d’exotisme supplémentaire à l’album.

« Art Of Bells » est une courte transition d’enregistrement de cloches du meilleur effet. Cela a coûté aux musiciens de se faire éjecter de l’endroit parce qu’ils avaient touché aux cloches faites à la main lors d’une exposition mais le résultat en vaut la peine.

Majestueux, « Begins, Before, Becomes », enregistré dans une chapelle, débute à l’orgue. Cette musique qui élève l’âme est de toute beauté et constitue un des meilleurs morceaux des deux albums confondus. La voix de Karen Wallo est sublimée par cet environnement ; Erica Syroid ajoute un peu de violon et Kelton Manning se surpasse à l’orgue d’église. Magnifique et apaisant.

La guitare et le mellotron jouent les vedettes sur « Ballad Of Joan Allen », inspirée par une maison victorienne abandonnée. John Miner a imaginé un fait divers sordide et l’a situé dans cette maison isolée. La voix de David Hornbeck ressemble à celle d’un autre David : Bowie.

Le deuxième CD débute par un instrumental, « Oregon Trail Song », où John Miner joue de la guitare espagnole sur un rythme enlevé. C’est le premier titre qui a été composé pour cet album et il respire le bonheur.

Sur « The Cult On Hammer Hill », c’est l’orgue qui prédomine et c’est John Miner qui, par sa façon de chanter, ajoute encore au mystère. Il y raconte une histoire inspirée par un de ses amis qui s’est laissé embrigader dans une secte. Il est devenu triste et a fini par se suicider mais le mystère plane toujours autour de sa mort.

« Poem From The Sea » est issu d’un poème et est joué à la slide par le même John Miner, dont le premier essai est un coup de maître, tandis que « String Theory #1 » est joué à l’orgue par Milo. Inspiré par les souvenirs d’enfance avide de mystère et de frayeurs, « Rainbow Sun » est chanté par Miche’ et John Miner.

Parti s’isoler dans le désert de Mojave, Miner a observé la nature et est arrivé à la conclusion que la terre n’est pas si différente des planètes avoisinantes. Il a composé « Desert Song » dans la foulée. La musique rend bien l’ambiance de mystère inhérente à l’origine du monde.

Joué à la guitare, « Song For A Fifth Season » voit aussi Nolan Stolz jouer du triangle, un instrument bien plus difficile qu’on ne croit. Le résultat est très surprenant et apporte une fraîcheur bienvenue à l’album. « The Ripper » est un morceau très déroutant relevé par la présence au violon de Erica Syroid. C’est David Hornbeck qui chante, tandis que Miner est aux backing vocals. Ce mélange détonant de musiques superposées traitant d’amitié déçue est sombre et se termine par un cauchemar bien marqué par la tonalité du morceau.

Joué par John Miner à la guitare, Kelton Manning à la basse et Nolan Stolz à la batterie, « Synopsis in « A » Minor », un instrumental rock, rappelle les thèmes de l’album et préfigure l'ambiance des concerts quand il sera joué live.

Cet album, qui traite de l’aliénation générée par la télé et les ordinateurs qui asservissent l’homme, comporte de grands moments et quelques longueurs dues au manque de dynamisme inhérent au genre. C’est pourtant le meilleur de Art Rock Circus. Si vous aimez le rock progressif, vous pouvez franchement tenter l’expérience.

MM
Pays: US
The Tributary Music Label 619447000728
Sortie: 2005/04


Lu: 6526
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 73
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium