Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Tommy Hunt (1933)
  • Don "Sugarcane" Harris (1938)
  • Paul McCartney (1942)
  • Jerome Smith (1953)
  • Tom Bailey (1957)
  • Alison Moyet (1961)
  • Simon Rowbottom (1969)
  • Nathan Morris (1971)
  • †Clarence Clemons (2011)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 161 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 445 564
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


GORILLAZ - Demon Days (special edition)
/ paru le 13-06-2005 /

Sorti il y a quelques années du cerveau fécond de Damon Albarn (Blur) et de l’auteur de cartoons Jamie Hewlett, mélange de hip hop, de punk et de pop, le premier Gorillaz s’est vendu à six millions d’exemplaires. Depuis lors, Dan « The Automator » Nakamura, artisan du succès du premier album selon certains, a disparu de la circulation.

Depuis « Think Tank », on a découvert un Damon Albarn mûri par les déboires rencontrés dans sa vie privée, la naissance de sa fille et ses expériences en Afrique avec « Mali Music ».

Le successeur du premier album de Gorillaz, « Demon Days », coup de pied asséné dans la fourmilière aseptisée du rock, est un melting pot de genres aussi dissemblables que le rock, le hip hop, le rap, la pop, le punk rock ou le funk rock. Composé de 2D (chant), Noodle (guitare), Murdoc Nicalls (guitare basse) et Russell Hobbs (batterie), quatre personnages virtuels de cartoons qui seraient autant de facettes de la personnalité de Damon Albarn, Gorillaz est produit par Damon Albarn et Danger Mouse, DJ qui est derrière le « Grey Album », croisement entre le « White Album » des Beatles et le « Black Album » de Jay-Z.

Dans la foulée de ce que l’on a découvert sur « Crazy Beat » (« Think Tank »), « Intro » débute dans une cacophonie sans nom, avec des bruitages divers, gadgets improbables pour une oeuvre atypique.

Plus classique, « Last Living Souls » porte la griffe de Damon Albarn, avec une couleur plus mélancolique, sur un rythme entre rock et électro, bien présente sur ce titre. Une section « cordes » vient renforcer le petit groupe. Sommes-nous les derniers êtres vivants ? Pas vraiment réjouissant, Damon !

On pourrait porter le même jugement de classicisme pour « Kids With Guns », tout aussi électro et créatif. Le long crescendo qui amène le morceau à son paroxysme est bourré de gimmicks. C’est Neneh Cherry qui vient renforcer la partie vocale. On y parle des enfants soldats, un sujet qui a tout son sens aujourd’hui, notamment en Afrique et en Palestine, mais pas seulement.

« O Green World » est plus déroutant encore par ses effets spéciaux dignes du rap. On doit la programmation à James Dring. Simon Tong joue de la guitare pour étoffer le jeu de Noodle. On devine sans peine le thème principal du morceau, qui dépeint sans complaisance l’état environnemental désastreux de la planète.

A noter la présence du Children’s Choir San Fernandez Youth Chorus et de Romye « Bootie Brown » Robinson (The Pharcyde) sur « Dirty Harry », un hip hop enrichi par la section de cordes. Cela donne un résultat très surprenant. Est-ce le prolongement du « Clint Eastwood » de « Gorillaz », le premier album ?

Rehaussé par la présence de De La Soul au chant et Simon Tong à la guitare, « Feel Good Inc. » (Album Crossfade), qui débute par des rires plutôt vulgaires, est sans doute le plus connu des titres de l’album. Il est également présent sur le DVD. Là aussi, on reconnaît la patte de Damon Albarn.

Avec Simon Tong à la guitare et la présence judicieuse et bien exploitée des cordes, « El Mañana » se déroule dans un climat différent, plus chaleureux mais bercé par la nostalgie. C’est un des très bons titres de l’album. On y parle des hélicoptères qui sèment la mort au milieu des populations innocentes. Suivez mon regard.

Le revenant Ike Turner joue du piano solo sur « Every Planet We Reach Is Dead », un titre pop plus classique mais néanmoins parsemé d’électro. On y traite de la pollution et de l’action néfaste de l’homme sur la planète dans un but de profit égoïste.

Après cette envolée classique, « November Has Come » est un rap avec MF Doom au chant parlé. « All Alone » voit apparaître Roots Manuva et Martina Topley-Bird au chant, de même que Simon Tong à la guitare. On note aussi la présence bénéfique de l’orchestre à cordes. « White Light » est un titre hypnotique, sans plus.

C’est Shaun Ryder (Happy Mondays) qui chante sur « Dare », un des meilleurs titres de l’album. Allez, il faut faire quelque chose, ne restons pas les bras croisés, le sort du monde est entre nos mains. Tel est à peu près le message de ce titre faussement anodin.

Dennis Hopper lit les paroles apocalyptiques de « Fire Coming Out Of The Monkey’s Head » et il le fait avec talent. C’est l’un des grands moments de cet album pas vraiment jubilatoire.

En le rendant majestueux, le London Community Gospel Choir donne ses lettres de noblesse à « Don’t Get Lost In Heaven » et « Demon Days » termine le set dans le même ton de questions et de crainte. Vous pouvez aussi télécharger « Happy Landfill », un titre bonus, sur le site secret.

Symphonie des temps modernes, faisant abstraction des règles mais digne témoin de son époque, l’album « Demon Days » répond au besoin de faire le point lors d’événements importants, ne serait-ce que pour leur donner un sens. Sans concession, il dépeint la vie telle qu’on la vit au 21e siècle, le plus souvent dans la peur, et en fait le bilan peu glorieux. C’est en même temps un mélange de chansons pop accompagnées à la guitare acoustique et de titres hip hop teintés d’électro.

Sur le DVD, vous avez droit à un bonus audio pas mal, « The Swagga ». On y voit apparaître puis disparaître progressivement le titre digitalisé. Vous avez droit ensuite à un clip de « Feel Good Inc. », mélange de dessin animé et de rap, avec ou sans commentaire du groupe, avec des images différentes. Ensuite, c’est un dessin animé avec le making of, un bien grand mot pour ce dessin animé sommaire. Enfin, « Gorillaz Talent Quest », une animation G BITE, puis « Gorillaz On Set », une autre animation G BITE.

Rappel des titres du CD:

  1. « Intro »
  2. « Last Living Souls »
  3. « Kids With Guns »
  4. « O Green World »
  5. « Dirty Harry »
  6. « Feel Good Inc. »
  7. « El Mañana »
  8. « Every Planet We Reach Is Dead »
  9. « November Has Come »
  10. « All Alone »
  11. « White Light »
  12. « Dare »
  13. « Fire Coming Out Of The Monkey’s Head »
  14. « Don’t Get Lost In Heaven »
  15. « Demon Days »
Titres du DVD:
  1. « The Swagga »
  2. « Feel Good Inc. » Vidéo
  3. « Feel Good Inc. » “Making Of” Animatic
  4. « Feel Good Inc. » commentaire audio du groupe
  5. « Gorillaz Talent Quest » animation G BITE
  6. « Gorillaz On Set » animation G BITE

MM
Pays: GB
Parlophone / EMI 07243 474414 0 0
Sortie: 2005/05/23


Lu: 4507
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 4
• Semaines de présence au Top 30: 12
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Prochain(s) concert(s)
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium