Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Article le plus lu

Aujourd'hui:
News en vrac : volume 368
7 derniers jours:
Back to Front 242
30 derniers jours:
Un album pour Last Call

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 15-12-2017
› CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Borgerhout)
› TRIGGERFINGER + HONG KONG DONG (Bruxelles)
› TJENS MATIC + PJDS (Leuven)
› LAST TRAIN + FITZ ROY (Bruxelles)
› DAAU + SLUMBERLAND (Antwerpen)
› Antoine PIERRE + Jean-Paul ESTIEVENART (Bruxelles)
› Sacha TOOROP + MOER (Verviers)
› IDYL (Bruxelles)

Les 7 prochains jours:
16-12 Charles BRADLEY and His EXTRAORDINAIRES (Antwerpen) **ANNULÉ**
16-12 LIL’RED and The ROOSTER (Liège)
16-12 Jay-Jay JOHANSON (Bruxelles)
16-12 CHANNEL ZERO + EVIL INVADERS + KING HISS (Kortrijk)
16-12 SOLSTAFIR + MYRKUR + ARSTIDIR (Bruxelles)
16-12 TAXIWARS + BLACK FLOWER + BRZZVLL + De BEREN GIEREN + AAN/EOP + The MECHANICS (Bruxelles)
16-12 TJENS MATIC + PJDS (Liège)
17-12 Melanie DE BIASIO + HOERA. (Bruxelles)
17-12 LANY (Bruxelles)
17-12 BARELY AUTUMN + Wouter DEWIT (Bruxelles)
17-12 HOERA. (Bruxelles)
18-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 Jasper STEVERLINCK (Gent)
19-12 Melanie DE BIASIO (Bruxelles)
19-12 TRICKY (Leuven)
20-12 Marie FIKRY ORIENTAL JAZZ PROJECT (Liège)
20-12 KAPITAN KORSAKOV + BRUTUS + COCAINE PISS (Gent)
20-12 TRICKY (Liège)
20-12 OATHBREAKER + UNIVERSE + NEWMOON (Bruxelles)
21-12 DIO RETURNS (Borgerhout)
21-12 The IMAGINARY SUITCASE (Bruxelles)
21-12 TRIGGERFINGER (Charleroi)
21-12 The VAN JETS + EQUAL IDIOTS (Bruxelles)
21-12 Scott GILMORE + Cate KENNAN (Bruxelles)
21-12 AKA MOON + De BEREN GIEREN (Sint-Niklaas)
22-12 SOULWAX (Merksem)
22-12 CONDOR GRUPPE (Gent) **REPORTÉ**

Mois en cours:
Décembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Anniversaires

  • John Hammond (1910)
  • Cindy Birdsong (1939)
  • †Thomas "Fats" Waller (1943)
  • Carmine Appice (1946)
  • Paul Simonon (1955)
  • Nick Beggs (1961)
  • Mark Jansen (1978)
  • †Rufus Thomas (2001)
  • †Davy Graham (2008)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6812 membres.
- En ligne, nous sommes 179 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
106 377 801
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


ESMERINE - Aurora
/ paru le 19-06-2005 /

Le groupe canadien Esmerine, c’est Bruce Cawdron, percussions, connu pour ses travaux avec « Godspeed You! Black Emperor », et Beckie Foon, violoncelle, connu pour sa participation à « Set Fire to Flames » et « A Silver Mt. Zion ». Ils reçoivent l’aide de Harris Newman (HRSTA) pour le mastering et Howard Bilerman pour l’enregistrement. Ces derniers contribuent aussi à pallier des besoins occasionnels sur le plan instrumental.

Leur musique instrumentale alternative, entre post-rock et rock expérimental, est très largement inspirée du classique et comporte parfois des accents orientaux. Quarante minutes de musique à forte tendance cinématique arrangée pour violoncelle, batterie, glockenspiel, marimba, percussions mélodiques et nouveaux sons, sans que l’on sache très bien qui fait quoi.

Les autres instruments joués par Bruce Cawdron et Beckie Foon sont le violoncelle, les marimbas, la batterie, le glockenspiel et le piano ; ils frappent aussi sur des claves (on frappe avec le sticker sur le clave, sorte de bâton en bois), des cloches et des coquilles Roto Tom. L’accent est mis sur le climat général du morceau et pas sur les détails.

C’est par le violoncelle que commence « Quelques mots pleins d’ombre », un morceau très lent que l’on aurait tendance à associer aux cérémonies de commémoration des camps de concentration, tant la tension et l’émotion à fleur de peau sont perceptibles. Sur ce titre très émouvant, Harris Newman (HRSTA) joue de la basse et Jessie Carrot (Jackie-O Motherfucker) du metallophone et des percussions. La musique part en un crescendo qui atteint son paroxysme tout à la fin. Cela fait aussi penser à la musique de Henri Texier sur « Holy Lola », le film de Bertrand Tavernier, dont la chronique figure sur ce site. De là à la qualifier de musique pour génocide, il y a un pas à ne pas franchir. C’est une musique très belle et elle se suffit à elle-même.

Tout aussi magnifique, « Histories Repeating As One Thousand Hearts Mend » continue dans ce sens. C’est un très lent et très long morceau de bravoure qui évoque les sacrifices consentis au son du violoncelle, entrecoupé de percussions et de bruits divers parfois difficiles à identifier. Par exemple. Howard Bilerman joue des clochettes et tape sur un enjoliveur. Ce mélange de sons harmonieux, de percussions et d’effets électroniques, interrompu un instant par le violon, persiste pour se fondre en un bourdonnement déroutant par son pouvoir de persuasion et de pénétration dans le subconscient pour suggérer des images de détresse. Un tel savoir-faire musical force le respect.

Le très court « Mados » commence aussi, sur un tempo soutenu, par le violoncelle. Cet instrument généralement assez peu prisé donne pourtant des sons incomparables, comme c’est le cas sur cette musique répétitive qui se termine en une sorte de bourdonnement, comme celle de « inC » de Terry Riley, interprété de façon magistrale par DésAccordes.

Le piano joue les vedettes sur « Why She Swallows Bullets And Stones », une petite récréation destinée à faire tomber un peu la tension, tant les nerfs ont été soumis à rude épreuve sur les morceaux précédents. Harris Newman y joue discrètement de la guitare.

C’est au son des cloches que résonne « Ebb Tide, Spring Tide, Neap Tide, Flood », autre morceau destiné à rétablir l’ordre et la paix dans le village par flux et reflux successifs qui créent une dynamique permanente. C’est ce son apaisant qui prépare le dernier titre.

Pour terminer, « Le rire de l’ange » revient à des préoccupations plus terre à terre symbolisées par des sons plus nerveux et animés, avec des percussions à caractère tribal. Ici, c’est Mike Moya (HRSTA) qui joue de la guitare. Le calme est revenu dans le village, la vie normale a repris ses droits.

Cet album situé aux confins du rock est de toute beauté. D’aspect classique, il en rebutera plus d’un et c’est très dommage car il mérite la plus grande attention. Mais c’est bien connu : les absents ont toujours tort. En tout cas, ce groupe canadien est bien plus qu’une promesse et il montre ici un immense savoir-faire.

MM
Pays: CA
Southern Records / Bang! Mada 002-2
Sortie: 2005/05/01


Lu: 1654
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 55
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium