Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Spencer Davis (1941)
  • Wolfgang Flur (1947)
  • Ron Asheton (1948)
  • Geezer Butler (1949)
  • Mick Tucker (1949)
  • John Wetton (1949)
  • Chet McCracken (1952)
  • Bruce Crump (1957)
  • †Billie Holiday (1959)
  • Lou Barlow (1966)
  • †John Coltrane (1967)
  • †Chas Chandler (1996)
  • †Gordon Waller (2009)
  • †Johnny Winter (2014)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 137 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 949 948
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


DREAM EVIL - Six
/ paru le 09-06-2017 /

Dream Evil est l'archétype du groupe qu'on aime ou qu'on déteste. Il faut dire que le combo suédois, bébé du producteur Fredrik Nordström (appelé ici Ritchie Rainbow...il aurait pu faire pire et choisir «Purple»), fait tout ce qu'il faut pour alimenter cette controverse. En effet, jouer un Heavy Metal influencé parJudas Priest, Manowar ou encore Hammerfall sans jamais les égaler, tout en réussissant l'exploit d'écrire des paroles aussi ridicules (voir plus) que les deux derniers groupes cités, il faut oser...

Et pourtant le début de carrière de ces «metal warriors» augurait un avenir plus reluisant. Créé en 2002, Dream Evil avait frappé les esprits des fans de Heavy classique avec leur troisième opus «The Book Of Heavy Metal» (2004) et un certain Gus G à la guitare (Firewind, Ozzy...) à l'époque.

Mais depuis le moyen «In The Night» en 2010, plus de nouvelles discographiques de leur part jusqu'à l'arrivée de «Six» qui, comme vous vous en doutez, est le...sixième album des Suédois!

Malgré plus de 6 ans d'absence, la recette n'a pas vraiment changé. Nous avons droit ici à du Heavy Metal européen assez typé 80's renforcé par une excellente production et un niveau technique général dans la moyenne. Comme prévu, les gros riffs bien catchy s'enchaînent dès «Dream Evil» et «Antidote». Cette dernière étant assez speed sur les couplets avec un jeu de double grosse caisse précis et bien rentre-dedans. Les chœurs sur les refrains sont gonflés aux hormones et le chant de Niklas Isfeldt évoque souvent Rob Halford, voire Andi Deris d'Helloween (sur «How To Start A War») ou Biff Byford de Saxon («Creatures Of The Night»).

Si on sent que ce projet n'a pas changé de ligne directrice depuis sa création, à savoir le simple fait pour les musiciens qui le compose de se faire plaisir sans se prendre la tête, on reste tout de même sur sa faim après une aussi longue absence. La faute à un manque d'inspiration sur environ la moitié de l'album. Il est même assez surprenant de constater que le meilleur titre de l'opus est le plus «scorpionesque» dans l'esprit («Sin City»); il n'est d'ailleurs pas sans rappeler le Dokken des 80's !

Ce n'est pourtant pas faute d'essayer de varier les ambiances entre le grinçant «Six Hundred and 66», le speed «Antidote» ou des morceaux plus mid-tempo et lourds...mais voilà le constat s'impose qu'il manque encore une fois à Dream Evil une dose de créativité et d'originalité (dois-je aussi évoquer les paroles?) pour atteindre le niveau des Firewind, Primal Fear ou Angra par exemple. D'autant plus regrettable quand on sent le potentiel d'un titre comme «Too Loud» qui donne envie de lever le poing et hurler le refrain malgré sa débilité affligeante.

Voilà donc une nouvelle production mi-figue mi-raisin dans la discographie de Dream Evil. Nul doute qu'il fera passer un bon moment aux amateurs du genre, mais on pourra regretter que les musiciens ne soient pas revenus avec un plus grand appétit qualitatif après quasi 7 ans d'absence.

Liste des morceaux :

  1. Dream Evil
  2. Antidote
  3. Sin City
  4. Creature of the Night
  5. Hellride
  6. Six Hundred and 66
  7. How to Start a War
  8. The Murdered Mind
  9. Too Loud
  10. 44 Riders
  11. Broken Wings
  12. We Are Forever


Nicolas Lhoir
Pays: SE
Century Media Records
Sortie: 2017/05/26


Lu: 579
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 131
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium