Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Bobby Harrison (1943)
  • Dave Knights (1945)
  • John Martyn (1948)
  • Andy Couson (1963)
  • Saul Davis (1965)
  • Ray Slijngaard (1971)
  • †Chris Squire (2015)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6734 membres.
- En ligne, nous sommes 154 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
101 701 003
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


PSYGNOSIS - Neptune
/ paru le 13-06-2017 /

Salauds de jeunes ! Qu'est-ce qui nous reste maintenant, à nous les vieux cons ? Parce qu'il faut être clair. Le seul plaisir qui nous avons encore, nous les Métallurgistes cinquantenaires, c'est de pouvoir casser du sucre sur le dos des groupes modernes en leur reprochant leur fascination morbide pour le clonage et la photocopie. Et voilà que ces sales gosses de Psygnosis viennent nous gâcher cet innocent bonheur en nous balançant dans les esgourdes un album... original ! Salauds de jeunes !

En 2014, le gang de Mâcon (Bourgogne) nous avait déjà décontenancés en nous servant un "Human Be[ing]" torturé au possible ; une plaque rageuse, schizophrène et très personnelle à laquelle, étrangement, nous avions adhéré instantanément (NDR : sans, pour autant, la comprendre à cent pour cent).

Psygnosis remet le couvert après trois ans de silence. Intitulé "Neptune", son nouvel opus fait montre d'une évidente volonté de ne pas faciliter la vie des chroniqueurs. Sortir des sentiers battus, comme il l'avait fait en 2014 était probablement un peu trop simple. Avec "Neptune", Psygnosis prend carrément le parti de se réinventer. Exit, le chanteur "à large spectre" (NDR : qui, pourtant, collait plutôt bien au(x) style(s) du groupe). "Neptune" sera une œuvre instrumentale ! Amputer ses cordes vocales, direz-vous, ne constitue pas tout à fait une innovation. Les remplacer par celles d'un violoncelle, par contre est déjà un peu moins courant. Raphaël Verguin, qui avait déjà frotté harmonieusement les cordes de son volumineux instrument sur quelques titres de la plaque précédente, se voit non seulement offrir un poste à temps complet, mais aussi (peut-être) le rôle le plus central du groupe puisque les subtiles volutes produites par son instrument occupent la plus grande partie de l'espace sonore pour sublimer le groove plombé fusant des guitares et de la basse d'Anthony Mouchet, Rémi Vanhove et Jérémy Tissier,

Tout n'a pas changé, cependant chez Pysgnosis. Le groupe semble encore souffrir d'une incurable allergie au batteur véritable et sa musique est à nouveau ponctuée par les rythmiques artificielles d'une machine. Pour tout autre groupe, la chose constituerait sans doute une impardonnable entorse aux codes de bienséance du Rock'n'Roll véritable. Pour Psygnosis, elle s'apparente plutôt à un atout supplémentaire. Ces rythmes synthétiques, mélangés aux sonorités naturelles du violoncelle apportent, en effet, une indéniable sensation de fraicheur et d'inédit.

Tantôt musclé et colérique, tantôt planant et atmosphérique, "Neptune" constitue un surprenant (mais agréable) voyage vers des frontières relativement inexplorées du Metal Instrumental. Un trip long (NDR : plus de 77 minutes de musique) et tortueux, qui, disons le quand même, intéressera probablement plus les amateurs de Meshuggah et d'Apocalyptica que les aficionados des albums instrumentaux d'Yngwie Malmsteen, Steve Vai et autres Joey Satriani.

L’album (77'16) :

  1. Phase 7 (11'54)
  2. Psygnosis Is Shit (8'34)
  3. Boctok (5'28)
  4. Storm (8'33)
  5. To Neptune (13'08)
  6. Mûe (4'16)
  7. Psamathée (9'46)
  8. Sûnyatâ (10'51)
  9. Nirvana (4'46)

Le groupe :
  • Jérémy Tissier : Basse
  • Anthony Mouchet : Guitares
  • Rémi Vanhove : Guitares, Samples, Programmation
  • Raphaël Verguin : Violoncelle

Michel Serry
Pays: FR
Dooweet PSY250217/1
Sortie: 2017/05/15


Lu: 327
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 59
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium