Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • John Lee Hooker (1917)
  • Bob Flanagan (1926)
  • Ron Dante (1945)
  • Don Henley (1946)
  • Donna Godchaux (1947)
  • Theresa Davis (1950)
  • Vernon Reid (1958)
  • Ian Mitchell (1958)
  • Debbi Peterson (1961)
  • Roland Orzabal (1961)
  • Tori Amos (1963)
  • Layne Staley (1967)
  • Steve Cradock (1969)
  • †Charles De Raedemaeker (2010)
  • †Jerry Leiber (2011)
  • †Toots Thielemans (2016)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6760 membres.
- En ligne, nous sommes 92 lecteurs, dont 1 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
102 996 389
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


TENGGER CAVALRY - Die on my ride
/ paru le 06-07-2017 /

"Comment rendre le heavy metal encore plus lourd? Ajouter de la musique traditionnelle mongole". Ce n'est pas moi qui le dis mais c'est CNN en personne qui fait de la publicité pour ce curieux groupe Tengger Cavalry qui associe des musiciens aux origines musicales et ethniques assez bigarrées. La photo de promotion du groupe nous montre en effet deux guerriers mongols, un moujik à chapska, un sorcier chamane yakoute et un métalleux avec blouson à patches Metallica et Exodus, genre suédois. Tout ceci est pour le moins curieux et mérite quelques explorations.

Le projet Tengger Cavalry ne remonte pas à hier puisqu'il est créé en 2010 par un certain Nature G, de son vrai nom Nature Ganganbaigal. Le type est né à Pékin, d'ascendance chinoise et mongole, mais a vite compris que l'on prospérait plus vite et mieux à l'ombre des gratte-ciel new-yorkais. Arrivé chez les Ricains, le bon Nature met sur pied ce Tengger Cavalry, dont le nom est inspiré de Tengri, l'éternel ciel bleu ou ciel-père qui caractérisait la religion des premiers peuples nomades turcophones d'Asie centrale. Le but musical de ce projet est d'associer heavy metal à tendance folk avec des éléments de musique traditionnelle mongole. Nature G met ainsi sur pied les albums "Blood sacrifice shaman" (2010) et "Sunesu cavalry" (2012), dont le deuxième commence à attirer l'attention, grâce à des rapports favorables des magazines anglais Terrorizer et Metal Hammer.

La discographie de Tengger Cavalry grossit alors à la vitesse d'une troupe de tartares en pleine razzia sur des villages ukrainiens, avec "Black steed" (2013), "The expedition" (2013), "Ancient call" (2014), encore un album appelé "Blood sacrifice shaman" (2015) mais différent du premier, "Hymn of the Earth" (2016), "Cavalry in thousands" (2016) et enfin ce nouveau "Die on my ride". L'analyse détaillée de la discographie du groupe montre que celui-ci a souvent tendance à sortir le même album sous plusieurs titres différents, ce qui ne simplifie guère les choses.

Au cours du temps, la réputation du groupe est allée grandissante, au point que Tengger Cavalry a joué un concert sold-out au prestigieux Carnegie Hall de New York. L'équipe entourant Nature G a changé à de nombreux reprises mais aujourd'hui, la horde est stabilisée autour de Nature G (chant et guitare), Alex Abayev (basse), Josh Schifris (batterie), Urimuren De (morin khuur, une sorte de violoncelle mongol) et Robert McLaughlin (igil, une sorte de vièle davantage utilisée dans l'ouest de la Mongolie alors que le morin khuur est plus joué dans l'est).

Pour résumer un peu le style de Tengger Cavalry sur ce disque, on prend les mecs de Finntroll, on les déporte en Mongolie pendant quinze ans, on les fait revenir et on écoute ce qu'ils ont appris là-bas. L'album "Die on my ride" commence par des nappes de morin khuur et d'igil, avant que l'Occident ne vienne faire tonner les guitares métalliques sur "Die on my ride" et "Independance day". On remarque tout de suite la voix particulière de Nature G, qui adopte un chant très guttural mais qui ne se compare pas aux fameux growlings du death metal. On est plutôt ici dans les résonnances traditionnelles du chant bouddhiste ou chinois. Pour le reste, les musiciens de Tengger Cavalry vont passer leur temps à reproduire des sonorités qui vont toujours un peu tourner autour de la même combinaison entre grosses guitares, rythmes plutôt lents et interventions des instruments traditionnels. Selon les points de vue et les préférences, on y verra soit une grande cohérence stylistique, soit un manque d'imagination. Il n'empêche que l'ensemble reste plutôt sympathique à écouter et on pourra titiller son imagination en se croyant en pleine forêt sibérienne, entièrement nu et dansant avec les loups. Vous reprendrez bien un peu de ragoût de yak?

François Becquart
Pays: US
M-Theory M-010
Sortie: 2017/05/02


Lu: 664
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 13
• Semaines de présence au Top 30: 4
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium