Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • June Carter (1929)
  • Stuart Sutcliffe (1940)
  • Terry Nelhams (1940)
  • Rosetta Hightower (1944)
  • Paul Goddard (1945)
  • Myles Goodwyn (1948)
  • Glenn Danzig (1955)
  • Lee John (1957)
  • Richard Coles (1962)
  • Steve Shelley (1962)
  • Paul Arthurs (1965)
  • James MacPherson (1966)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 159 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 539 957
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


I THE BETRAYER - 7 (EP)
/ paru le 18-07-2017 /

I The Betrayer vient ajouter son nom au déjà très lourd dossier du heavy metal norvégien. Je vois d'ici les questions. Avait-on besoin d'un groupe de heavy metal norvégien de plus dans un pays qui compte un métaleux par mètre carré? Dans le cas d'I The Betrayer, je dirais oui car d'une part ces types font un excellent métal traditionnel estampillé années 90 et d'autre part, un groupe de métal de plus, c'est toujours ça de gagné sur la musique commerciale de m… qui empoisonne notre jeunesse.

Ce quintet composé de Kyle Sevenoaks (basse), Terje Høias (batterie), Alex Bjørklund (guitare), Geir Prytz (guitare) et Chris Wiborg (chant) se forme à Oslo est en est à son tout premier EP. Les CV de ces garçons ont l'air relativement vierge, à part Kyle Sevenoaks qui partage aussi son temps dans Profania, un combo thrash qui a commis trois démos depuis sa création en 2004.

En fait, on parle de EP mais il faut quand même admettre que "7" nous fournit sept titres sur une durée de 31 minutes, ce qui correspond souvent aux critères d'un album long format en bonne et due forme. Pour moi, depuis le "Reign in blood" de Slayer (28 minutes), tout ce qui dépasse 28 minutes est un LP. Ici, il ne sera pas vraiment question d'influence à la Slayer mais plutôt d'un solide métal bien trempé, chevaleresque ("Credulity"), parfois mélodique ("Humanity"), avec des petits rappels de Metallica ou même System Of A Down ("Conformity"), sans oublier un aspect stoner métallique pas éloigné de Spiritual Beggars ou Grand Magus ("Selfish ride", eh non, il n' y a pas que des titres qui se terminent pas "-ty" dans cet album). Le chant est clair et le chanteur ne se lacère pas le larynx dans des borborygmes ursidés. Une petite ballade "Boaster" de deux minutes termine le disque, histoire que l'on puisse reprendre doucement ses esprits après un assaut sonore qu'il faut bien qualifier de viril au cours de ce petit album qui n'a certes pas inventé la hache à double tranchant mais qui sait chahuter le tympan avec panache.

François Becquart
Pays: NO
Autoproduction
Sortie: 2017/06/05


Lu: 427
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 85
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium