Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:


Agenda

Aujourd'hui 22-09-2017
› OUG'ROCK FEST 2017 (Seraing)
› The HOLYDRUG COUPLE + MAINE COON (Gent)
› INFANTILE + TURBOWARRIOR OF STEEL + SPEED QUEEN (Kortrijk)
› MUMS + IRK + SNATCH (Bruxelles)
› BAD BREEDING + UROCHROMES (Antwerpen)
› ROAD TO ROCK CLUB LIVE SESSIONS (Bruxelles)
› Antoine PIERRE + Fabian FIORINI DUO (Liège)

Les 7 prochains jours:
23-09 BOHREN und der CLUB OF GORE + Jessica MOSS (Antwerpen)
23-09 DIABLO BLVD (Borgerhout)
23-09 MAXÏMO PARK + MANGO MOON (Bruxelles)
23-09 THIRD EYE BLIND (Leuven)
23-09 OUG'ROCK FEST 2017 (Seraing)
23-09 MOUNTAIN BIKE + MUGWUMP + ANIMAL YOUTH (Namur)
23-09 EXISTANCE + OVERDRIVERS (Lens)
23-09 NO COMPROMISE METAL FEST 2017 (Houdeng Goegnies)
24-09 SWMRS + The REGRETTES (Bruxelles)
24-09 Jen CLOHER + CABLE TIES (Gent)
24-09 EMA + DUBAIS (Bruxelles)
24-09 BONG + 11 PARANOIAS + GHOLD (Bruxelles)
24-09 MATTHEW and The ATLAS (Bruxelles)
25-09 WINTERFYLLETH + FEN + NECRONAUTICAL (Kortrijk)
25-09 MONKEY 3 + The NECROMANCERS (Bruxelles)
25-09 The DISTRICTS + A BOY WITH A BEARD (Bruxelles)
26-09 Christina GOH (Liège)
26-09 MOE + DEAD + GOLDORAK (Bruxelles)
26-09 Siv JAKOBSEN (Bruxelles)
26-09 PALM (Liège)
26-09 DIET CIG + The SPOOK SCHOOL (Borgerhout)
27-09 CAT CAT CANARY (Liège)
27-09 MAUNO + ANNABEL LEE (Bruxelles)
27-09 Piet VERBIST QUARTET (Liège)
28-09 GIRLS IN HAWAII (Bruxelles)
28-09 SEX SWING + PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS PIGS (Bruxelles)
28-09 ACID BABY JESUS + MOAR (Bruxelles)
28-09 ONSLAUGHT + ARTILLERY (Diest)
28-09 Neil DIAMOND (Antwerpen)
28-09 ULYSSE + VITA and The WOOLF (Bruxelles)
28-09 Will SAMSON (Bruxelles)
28-09 SLEEPER'S REIGN (Gent)
28-09 Trevor SENSOR (Bruxelles)
29-09 AIR TRAFFIC + JAKL (Leuven)
29-09 FAIRE + PEPITE (Bruxelles) **ANNULÉ**
29-09 SONNFJORD + OTON + ESINAM (Bruxelles)
29-09 LONEY DEAR (Bruxelles)
29-09 EVERGREY + NEED (Kortrijk)
29-09 Ed HARCOURT (Zwevegem)
29-09 SIMO + RHEA (Bruxelles)
29-09 The DRUMS + BROADCAST ISLAND (Bruxelles)

Mois en cours:
Septembre 2017
 
LuMaMeJeVeSaDi
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 


Anniversaires

  • Catherine Ribeiro (1941)
  • Mike Patto (1942)
  • David Coverdale (1951)
  • Debby Boone (1956)
  • Johnette Napolitano (1957)
  • Nicholas Edward Cave (1957)
  • Peter Jones (1957)
  • Joan Jett (1960)
  • Adam Cairns (1965)
  • †Israel Baline (1989)
  • †John Du Cann (2011)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6780 membres.
- En ligne, nous sommes 164 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
103 807 835
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


OH SEES - Orc
/ paru le 03-09-2017 /

Si Ty Segall et le regretté Jay Reatard peuvent être considérés comme le fer de lance juvénile d’un renouveau de la scène garage punk de l’Ouest américain à partir de la fin des années 2000, ils doivent cependant tout à un mentor ultra-référentiel en la matière, le grand John Dwyer. Ce garçon est né une décennie avant Ty Segall et Jay Reatard (1974 contre 1987 et 1980, si vous soulez tout savoir) et a commencé à sévir sur la scène underground de San Francisco il y a une vingtaine d’années, avec ses premiers groupes Coachwhips, Pink And Brown ou The Hospitals. Ces trois combos sèment un joyeux merdier dans le marigot garage punk psychédélique avec un paquet d’albums jetés à la face du monde entre 2001 et 2007. Si John Dwyer participe à ces combos, il est également officiellement le seul membre de Thee Oh Sees entre 1997 et 2005, période où sortent les mystérieux deux premiers albums de cette étrange formation, d’abord attribués à OCs (en américain, OCs qui se prononce Oh Sees… vous voyez le jeu de mot digne de Cyril Hanouna?). Les premiers assistants apparaissent en 2005 : Brigid Dawson aux claviers et au chant, Patrick Mullins à la batterie, puis Peter Dammit! à la basse en 2006. Sortent alors "Songs about death and dying, vol. 3" (2005), "OCS 4 : Get stoved" (2005) puis, sous le nom de The Oh Sees, "The cool death of island raiders" (2006) et "Sucks blood" (2007). Lorsque Mike Shoun (batterie) intègre le groupe en remplacement de Jigmae Baer (qui avait remplacé Patrick Mullins), le groupe connaît une période de relative stabilité, se rebaptise définitivement Thee Oh Sees et livre une régulière série d’albums : "The master’s bedroom is worth spending a night in" (2008), "Help" (2009), "Dog Poison" (2009), "Warm slime" (2010), "Castlemania" (2011), "Carryon crawler/The dream" (2011), "Putrifiers II" (2012), "Floating coffin" (2013), "Drop" (2014), "Mutilator defeated at last" (2015) et finalement la paire "A weird exits" et "An odd entrances" en 2016. Ajoutons à cela une huitaine d’EPs et on obtient une discographie foisonnante et foutraque, difficile à suivre et menée tambour battant au gré des humeurs tourmentées de Monsieur John Dwyer.

Tambour battant, l’expression est bien trouvée car depuis 2015, Thee Oh Sees évolue avec deux batteurs, qui remplacent depuis belle lurette Mike Shoun, qui avait été remplacé par Nick Murray. Ces braves garçons sont Dan Rincone et Paul Quattrone, qui vient de remplacer Ryan Moutihno, actif en 2015 et 2016. Paul Quattrone n’est pas un inconnu puisqu’ il arrive de !!! (prononcer Tchik Tchik Tchik), un combo dance punk de Sacramento opérationnel depuis une quinzaine d’années. Et à la basse, on trouve désormais Tim Hellman, un ancien de Sic Alps, défunt groupe garage punk, dont le chanteur Mike Donovan a réalisé récemment un album solo produit par Ty Segall. Notons que Sic Alps avait également accueilli en 2005 un certain Mat Hartmann à la batterie, ancien des Coachwhips de John Dwyer. Comme quoi, on retrouve toujours les mêmes.

Mais voici un nouveau rebondissement dans l'histoire du groupe puisque John Dwyer vient de décider de raccourcir le nom en Oh Sees et de sortir un énième album sous cette appellation. Voici donc "Orc", que personne n'attendait vraiment mais qui va réjouir les fans de garage punk psychédélique contemporain. Le démarrage se fait sur une ligne très proche de King Gizzard & The Wizard Lizard avec un "This static god" qui enclenche le turbo. On reste sur le même rythme et les mêmes sensations avec une petite touche électronique dans "Nite expo", ce qui n'empêche pas les guitares de venir donner de la voix de temps en temps. Au troisième titre "Animated violence", aïe, on sent qu'Oh Sees n'arrive pas à sortir de l'orbite King Gizzard et reste prisonnier de l'influence des Australiens. N'aurait-on ici qu'une copie qui ressemblerait à un cinquième album fantôme dans la série des quatre albums que King Gizzard & The Wizard Lizard sort cette année?

Le groupe de John Dwyer retrouve un peu de sa personnalité avec le long "Keys to the castle" qui, en huit minutes et des poussières, restitue la philosophie de Thee Oh Sees avec une cavalcade de guitares sur un rythme tendu et une atmosphère cosmique devant moins à l'odyssée de l'espace qu'à la guerre des étoiles. Un gros ralentissement psychédélique en cours de morceau permet au capitaine Dwyer de retrouver le contrôle de son vaisseau. "Jettison" associe encore une fois ce savoureux mélange de psychédélisme nerveux et de garage punk rêveur taillé à coups de guitares cisailleuses. C'est alors qu'on retrouve une plus grande biodiversité parmi les morceaux de la seconde partie de l'album, parfois au prix d'un petit désarroi. Entre du slow krautrock sensuel ("Cadaver dog"), la reconstitution d'un générique de film façon Inspecteur Harry heavy funk ("Paranoise"), une comptine électrique pour petite fille psychopathe ("Cooling tower"), coulée doom metal astro-futuriste associée à un chuchotement souffreteux en guise de chant ("Drowned beat") et final encombré par un solo de batterie un peu vain ("Ray optics"), cette seconde moitié se veut imprévisible et semble composée de titres écrits vite fait, histoire de sortir un album le plus rapidement possible.

John Dwyer a peut-être été un peu victime ici de sa fièvre créatrice et réalise un album qu'on aurait pu imaginer un peu plus achevé, un peu plus travaillé dans le détail. Mais les fans, dont je suis, auront forcément un coup de cœur pour cette nouvelle rondelle qui continue d'établir les Oh Sees comme un groupe à l'énergie et à l'imagination indomptable.

François Becquart
Pays: US
Castle Face
Sortie: 2017/08/25


Lu: 234
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 129
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2017 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2017 by Music in Belgium