Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
SMG Music Fest 2018
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • John Lee Hooker (1917)
  • Bob Flanagan (1926)
  • Ron Dante (1945)
  • Don Henley (1946)
  • Donna Godchaux (1947)
  • Theresa Davis (1950)
  • Vernon Reid (1958)
  • Ian Mitchell (1958)
  • Debbi Peterson (1961)
  • Roland Orzabal (1961)
  • Tori Amos (1963)
  • Layne Staley (1967)
  • Steve Cradock (1969)
  • †Charles De Raedemaeker (2010)
  • †Jerry Leiber (2011)
  • †Toots Thielemans (2016)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 78 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 711 334
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


MASTER/DEHUMAN - Decay into inferior conditions
/ paru le 21-01-2018 /

Le label Xenokorp nous propose ici un split album (comme dissent les Anglais) associant les groupes Master et Dehuman. Si plusieurs critères séparent ces deux groupes, comme l'âge (Master existe depuis près de trente-cinq ans, Dehuman à peine dix) ou l'origine géographique (Master est américain, Dehuman est de Bruxelles), un point commun les réunit : le death metal old school.

Master est donc un des vieux maîtres du death américain, contemporain des fondateurs du genre (Morbid Angel, Obituary, Death). Formé à Chicago en 1983 à l'instigation de Paul Speckmann, Master sort son premier album en 1990, après une première tentative de disque resté dans les tiroirs en 1985. S'ensuit une carrière toujours active qui se solde par une quinzaine d'albums, live compris, dont le dernier "Epiphany of hate" est sorti en 2016. Durant tout ce temps, Paul Speckmann est resté le seul membre restant du combo et a curieusement déménagé ses quartiers en République Tchèque, plus précisément dans la riante bourgade d'Uherské Hradiště, pas loin de la frontière slovaque. La raison de ce déménagement réside sans doute dans les liens qui unissent Paul Speckmann à Krabathor, groupe death local qui figure parmi les ancêtres du genre en Europe centrale et dans lequel le patron de Master a également évolué.

De l'autre côté, Dehuman fait figure de petit jeunot face à l'expérience de Paul Speckmann. Mais ces Bruxellois formés en 2006 ont suffisamment de rage et de violence dans les tripes pour rivaliser avec les anciens guerriers du death. Avec des tournées régulières en compagnie d'Arkangel, Hangman's Chair, Agathocles ou Master et deux albums au compteur ("Black throne of all creation", 2012 ; "Graveyard of Eden", 2015), ce combo pénètre toutes haches dehors dans le death metal qu'il traite d'une plaisante façon, à l'ancienne, sans fioritures et avec tout ce qu'il faut de carnage sonore. Andrea Vissol (basse, ex-Satyr et ex-Mercyless) et Raphaël Sellkaerts (guitare) sont les membres fondateurs de ce quatuor qui est actuellement complété par Laye Louhenapessy (batterie, ex-Vibrion, également dans Bonepipe et Putrid Offal) et le nouvellement arrivé Lou-Indigo (guitare, également ex-Vibrion).

Alors, d'où vient cette association entre Master et Dehuman, hormis qu'ils font du death? Le rapport pourrait bien venir du label Xenokorp, chez qui Dehuman a signé. Pour ce qui est de Master, le split album propose en fait quatre titres live captés lors d'un concert, à la sonorité d'ailleurs assez approximative, où l'on entend le public parler durant les morceaux joués sur scène. Ces morceaux viennent de différents albums du groupe, avec le vétéran "Master", issu de l'album éponyme sorti en 1990, "All we've become" de "Four more years of terror" (2005), "Slaves to society" de l'album du même nom de 2007 et "Subdue the politician" du dernier album "An epiphany of hate". Le faible son n'empêche pas Master de détruire méthodiquement les tympans avec ces titres efficaces et brutaux.

De son côté, Dehuman a droit à trois titres enregistrés live en studio. Deux d'entre eux viennent des deux albums ("Apocalypse and perdition" pour le premier et "Graveyard of Eden" pour le second) et un troisième "Morbid sun" semble être un morceau inédit. Ici aussi, la prestation de Dehuman s'avère particulièrement efficace. La qualité du son est nettement meilleure que pour les morceaux de Master, ce qui crée aussi un fossé sonore au beau milieu de cet album.

Petit disque vite fait, bien fait, ce "Decay into inferior conditions" est l'occasion de découvrir ou redécouvrir ce solide groupe qu'est Master (et éventuellement d'aller trouver quelques pépites de sa riche discographie) et de se rendre compte que le death metal belge est assez en forme grâce aux bons offices de Dehuman.

François Becquart
Pays: US/BE
Xenokorp
Sortie: 2017/12/08


Lu: 363
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 123
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium