Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Kris Kristofferson (1936)
  • Peter Asher (1944)
  • Howard Kaylan (1947)
  • Todd Rundgren (1948)
  • Gary Moffat (1949)
  • Alan Osmond (1949)
  • Cyndi Lauper (1953)
  • Derek Forbes (1956)
  • Green Gartside (1956)
  • Garry Beers (1957)
  • Alan Anton (1959)
  • Jimmy Somerville (1961)
  • Stephen Vaughan (1962)
  • Ruby Turner (1962)
  • Bobby Gillespie (1964)
  • Tom Cunningham (1965)
  • †Frances Gumm (1969)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 146 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 514 586
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


SUGAR QUEEN & THE STRAIGHT BLUES BAND - 340 blues
/ paru le 25-01-2018 /

Non, nous n'aurons pas 340 chansons de blues sur un seul disque avec cet album de Sugar Queen & The Straight Blues Band. Nous n'aurons pas non plus 340 minutes de blues mais nous apprendrons que 340 est le nombre de degrés nécessaires à l'entrée en ébullition du sucre. Il n'est pas précisé ici si ce sont des degrés Celsius ou Fahrenheit, le doute étant toujours possible du fait que la Sugar Queen en question nous vient des Etats-Unis.

Les USA sont en effet le pays d'origine de Sugar Queen, connue de l'état-civil sous le nom de Michele Denise. Tout gamine, la future chanteuse se forme à l'école du gospel. Partie de la petite chorale du coin, elle finit par diriger des ensembles plus conséquents à travers le Kentucky, l'Ohio, l'Indiana et la Virginie Occidentale. Le virus du voyage la touche et Michele Denise se retrouve à pérégriner de par le monde et accumule aussi des expériences musicales en Malaisie, en Chine ou à Singapour. Elle complète son tour du monde en parcourant la seconde moitié du globe pour atterrir finalement sous le ciel radieux des Pays-Bas et de la Belgique.

C'est entre ces deux pays que Michele Denise récupère quelques apôtres pour son nouveau projet. Les types captés par son charme et sa voix sont tous lourdement impliqués dans le blues. La plupart ont le virus du blues depuis leur tendre enfance, que ce soit après avoir vu Eric Clapton à la télé, d'avoir été malencontreusement mis en présence d'un album de BB King ou de Lightning Hopkins, d'être tombé par hasard sur un harmonica ou d'avoir donné ses premiers coups de baguette à l'âge de douze ans.

C'est ainsi que se forme le Straight Blues Band, combo accompagnant Michele Denise sur son premier album avec cette formation. Ronald Burssens (basse) a été aperçu pour la première fois en 1983 sur un single de Vankessel, un obscur groupe pop belge, puis plus récemment chez BluesBones. Andy Aerts (guitare) a alourdi son dossier chez des groupes comme Dusty Dollar, The Blues Conspiracy, BluesBones ou Chilly Willy. Jean Raven (guitare) cultive son amour du Chicago blues et du blues West Coast chez The Ampshakerz ou Jumpin’ Joe. Wim Heirbaut a entretenu sa réputation d'harmoniciste voltigeur chez des groupes flamands locaux (Mark & The Monday Lovers, The Sultans, GriGri, The Gentlemen of Nerve, The Hidden Charms ou Kingsize). Et Thierry Stievenart a écrasé les fûts pour le compte de Bill Roseman, Phil Clayton, Marino Noppe, Dany Blue & The Corner Boys et a participé à la création des Mighty Gators, qui a longtemps accompagné le légendaire Lightnin' Guy Verlinde.

Avec une telle bande de musiciens madrés, blanchis sous le harnais, Michele Denise trouve une équipe de choc prête à briller sur tous les styles blues. Au long des onze morceaux de son "340 blues", la Sugar Queen nous fait fondre sur des exercices Chicago blues à l'évidente efficacité ("Crab boil shuffle"), du swing velouté ("Give sugar") ou des incursions dans un blues funk surdosé en groove ("Sugar Queen blues groove"). Les thèmes sont éternels : les histoires de mecs ("Wanna take my man", "Hey guys"), de pognon ("15 dollars"), de galère ("By the law") parsèment cet album dont tous les titres sont des compositions originales (paroles de Michele Denise, musique d'Andy Arts, Jean Raven ou Ronald Burssens, c'est selon). Il faut encore admirer l'impeccable mise en place musicale, avec une section rythmique montée sur métronome et une association de deux guitaristes fermes et sensibles. La voix à la fois grave et douce de Michele Denise (ici, pas de hurlements ou de déplacement de masses d'air à échelle météorologique) vient ajouter une belle cerise sur ce gâteau tout de sucre vêtu, mais bien croquant sous la dent.

Pour ceux qui seraient intéressés de voir Sugar Queen sur scène, signalons un concert dans les environs ardennais (à la salle des fêtes de Douzy en France, le 10 février). Sinon, il y a aussi quelques dates au fin fond des Pays-Bas, pour les voyageurs (Delft le 17 février, Amen le 25 février, Leerdam le 10 mars ou Wageninen le 22 avril).

François Becquart
Pays: NL/BE
MW De Bruijn
Sortie: 2018/01/07


Lu: 543
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 45
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium