Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • Cleveland Duncan (1935)
  • Madeline Bell (1942)
  • Tony Joe White (1943)
  • Dino Danelli (1944)
  • Andy Mackay (1946)
  • David Essex (1947)
  • Blair Thornton (1950)
  • Ian Thomas (1950)
  • Janis Siegel (1952)
  • Dennis Greaves (1957)
  • Martin Gore (1961)
  • Tim Kellett (1964)
  • Nick Menza (1964)
  • Saul Hudson (1965)
  • Rob Dickinson (1965)
  • Alison Krauss (1971)
  • †Keith Godchaux (1979)
  • †Rob Collins (1996)
  • †Amy Winehouse (2011)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 154 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
112 065 409
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


BLEED FROM WITHIN - Era
/ paru le 13-04-2018 /

L'air de rien, cela faisait déjà cinq ans que Bleed From Within n'avait pas sorti un nouvel album. Ce n'est pas que je comptais les jours dans l'espoir d'avoir des nouvelles de ce groupe écossais évoluant aux confins du metalcore et du deathcore, mais je dois admettre qu'après l'album "Uprising" de 2013, l'idée d'écouter à nouveau Bleed From Within n'était pas déplaisante, le groupe étant plutôt convaincant dans sa façon de gérer la difficile question du metalcore.

Scott Kennedy (chant), Davie Provan (basse), Graig Gowans (guitare) et Ali Richardson (batterie) ont donc pris le temps de fabriquer un successeur à "Uprising" et ont aussi dû régler la question du départ du guitariste Marty Evans, qui avait remplacé Dave Lennon en 2011. C'est Steven Jones (ex-From Sorrow To Serenity) qui reprend ici la six-cordes et qui s'accorde parfaitement avec l'autre bretteur du groupe, Craig Gowans. Il semble que ce nouvel arrivant ait motivé Bleed From Within à rechercher la meilleure qualité possible dans l'écriture des nouvelles chansons. Côté enregistrement, le groupe est allé investir deux studios, les Middle Far Studios (avec le producteur Adam Getgood qui avait déjà officié sur le précédent album) et le propre studio de Bleed From Within à Glasgow. Après le travail sur la batterie au Middle Farm, Bleed From Within a eu le temps de passer huit semaines dans son studio sur la mise au point des autres instruments et du chant, sous la supervision de Steven Jones occupant les rôles de producteur et d'ingé-son.

On doit admettre que la patience a payé sur ce coup car Bleed From Within commet ici un album puissant, plutôt agressif dans le bon sens du terme et pas trop handicapé par le côté mélodique qui constitue le côté irritant du metalcore. Des titres comme "Crown of misery", "Shiver", "Bed of snakes" ou "Alone in the sun" frappent juste et impressionnent par la sonorité donnée aux guitares. Un morceau appelé "I am oblivion, part II" constitue la suite d'"I am oblivion" qui figurait sur le précédent album, ce qui montre que Bleed From Within ne pratique pas tellement l'oblivion (l'oubli) et a plutôt la mémoire longue.

Plus deathcore que metalcore, donc, ce nouvel album est une bonne nouvelle pour les suiveurs de Bleed From Within qui devaient commencer à trouver le temps long.

François Becquart
Pays: GB
Century Media
Sortie: 2018/04/06


Lu: 307
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 87
• Semaines de présence au Top 30: 0
Autre(s) chronique(s)
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium