Votre navigateur ne supporte pas les css, ne tenez pas compte des images ci-dessus!
Dour Festival
 
 
 
 
Recherche

Ciblez votre recherche au niveau :
des articles
des chroniques
de l'agenda


Bienvenue sur Music in Belgium

Flux d'informations

Flux gérant le texte:




Anniversaires

  • June Carter (1929)
  • Stuart Sutcliffe (1940)
  • Terry Nelhams (1940)
  • Rosetta Hightower (1944)
  • Paul Goddard (1945)
  • Myles Goodwyn (1948)
  • Glenn Danzig (1955)
  • Lee John (1957)
  • Richard Coles (1962)
  • Steve Shelley (1962)
  • Paul Arthurs (1965)
  • James MacPherson (1966)

Info lecteurs

Options personnelles :
Options réservées aux membres !

Options générales :
- Nous sommes 6830 membres.
- En ligne, nous sommes 157 lecteurs, dont 0 membre.
- Nos pages diffusées s'élèvent à:
111 542 264
- Sélectionnez la langue de l'interface:


CHRONIQUES

› Dernières chroniques


SSANAHTES - Ssanahtes
/ paru le 20-05-2018 /

En matière de musique burnée, comme dans toutes les autres disciplines artistiques je suppose, la différence entre le ‘génie' et le ‘grand n'importe quoi' n'est pas toujours facile à établir. Souvent, le fossé qui sépare l'un de l'autre ne tient pas à grand-chose de plus qu'aux goûts musicaux ou aux humeurs de l'auditeur. En ce qui concerne le génie musical de Ssanahtes, mon cœur balance.

Proposez moi "Ssanahtes", le premier opus éponyme du quintette bordelais, un jour où j'aurai l'esprit ouvert et les idées claires et ma chronique sera sans doute différente. Coiffé, comme je le suis aujourd'hui, de la ‘casquette de plomb des lendemains de la veille', j'avoue éprouver quelques difficultés à apprécier l'intensité douloureuse de ce Sludge/Post Metal déstructuré, avec ses vocaux torturés, ses guitares oppressantes, ses breaks rythmiques inopinés et ses samples de dialogues cinématographiques un brin casse-burnes. Aussi laborieuse à ingurgiter que son nom est difficile à écrire, la musique de Ssanahtes s'adresse à un public de connaisseurs, rompu à l'exercice éprouvant du casse-tête chinois sonore, féru de distorsions intenses et amateur de vociférations redoutables. Envie d'AC/DC, passez votre chemin.

Aujourd'hui, j'aurais donc tendance à vous dire : Non merci, plus pour moi, j'ai ma dose, mais reprenez en, vous, si vous aimez avoir l'impression de devoir diviser 78956 par 1772 lorsque vous écoutez de la musique. Si c'est le cas, découvrez le sans attendre, en streaming via Bandcamp :



L'album (48'27) :
  1. Kumaru (feat. Thomas Baculum) (10'25)
  2. Sad Song (8'38)
  3. Let Down (7'23)
  4. Talking In Cirlcles (9'41)
  5. None's Listening (4'19)
  6. To Seal Off A Breach (7'58)

Le groupe :
  • Fabien : Chant, synthés
  • Nico : Guitares
  • Mathias : Basse
  • Franck  : Guitares
  • Miguel : Batterie

Michel Serry
Pays: FR
Wooaaargh (Promo Domino Media)
Sortie: 2018/03/22


Lu: 231
Partager sur :
Dynatop
• Plus haute place atteinte: 139
• Semaines de présence au Top 30: 0
Lien connexe
Article(s) connexe(s)

  


Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus ! Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer


AU SOMMAIRE en PAGE d'ACCUEIL :

 
Recherche
S'identifier
 
Contact
Conseiller
 
Galerie
Liens
 
Agenda
Dynatop
 
Articles
Chroniques
 
 
Accueil

Music in Belgium design, logo and all icons in this site © 2002-2018 by Ingrid Ballieu
Music in Belgium web site © 2002-2018 by Music in Belgium