HELSOTT – Slaves And Gods

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Formé en 2010, le groupe californien Helsott résume par l’appellation ‘Pagan Metal’ son clinquant mélange de Death Metal mélodique, de Power Metal épique, de Metal Symphonique, de mélodies folkloriques et de textes articulés autour de la culture païenne nordique (« Eyes Of The Past », « Trollskald ») et de récits inspirés par la mythologie antique (NDR : grecque (« Return Hyperborea ») ou égyptienne (« Zep Tepi », « Slaves And Gods »)).

Si l’étiquette ‘Pagan Metal’ résume relativement bien le message des lyrics, n’est définitivement pas celle-là que nous aurions collée à la musique proposée sur l’album « Slaves And Gods ». Les dix compositions, qui mélangent des mélodies musclées et des orchestrations symphoniques grandiloquentes à un chant multiple où les growls profonds et les screams rageurs se mêlent à quelques rares lignes de chant clair féminin et masculin, ressemblent plus à un amalgame des styles respectifs de Nile, Dark Tranquility, Kamelot et Amon Amarth qu’au Pagan Metal véritable d’un Primordial ou d’un Arkona. Helsott tente bien de faire souffler un vent d’authenticité païenne sur sa plaque en faisant appel à quelques acteurs chevronnés de la scène Folk/Pagan Metal européenne (NDR : le Norvégien Trollmannen (Trollfest), l’Allemand Dom R. Cray (Equilibrium), la Russe Masha Scream (Arkona) et les Italiens Damna et Lethien (Elvenking), mais les inconditionnels du genre ne seront pas dupes.

Ceci étant dit, « Slaves And Gods » est un album agréable à écouter. La production sonore est claire et musclée. Le mixage et la mastérisation ont été réalisés par le guitariste/producteur canadien Jean-François Dagenais (Kataklysm, Ex Deo) et son travail convient parfaitement à ce mélange accrocheur de Death Metal mélodique à la suédoise et de Power Metal symphonique. Les compositions tiennent si bien la route que l’on oublie vite l’absence de racines véritables et que l’on se prend à ‘fregrowler’ (NDR : fredonner en hurlant ?!) les brûlots épiques que sont « The Cowards Curse » ou « Eye Of The Past ». Au rayon des curiosités, nous noterons, pour terminer, la cover musclée du classique « Runnin’ Down A Dream » de Tom Petty sur laquelle le violoniste italien Lethien fait des merveilles.

En résumé : divertissant, mais pas pagan !

L’album (46’55) :

  1. Slaves And Gods (5’53)
  2. The Coward’s Curse (3’46)
  3. Winter Smells Like Death (4’47)
  4. Whiskey Breath (2’41)
  5. Eye Of The Past (4’27)
  6. Trollskald (Featuring Trollmannen) (6’46)
  7. Zep Tepi (4’35)
  8. Return Hyperborea (4’46)
  9. Honour Thy Valkyrie (4’40)
  10. Runnin’ Down A Dream (4’30)

Le groupe :

  • Eric Dow : Chant
  • Mark Dow : Guitares, Basse
  • Seph Robinson : Orchestrations, chant
  • Cooper Dustman : Batterie, chant

Les invités :

  • Hunter Havokk : Guitares, basse (10)
  • Dr. Leif Kjonnsfleis (Manhunter, ex-Trollfest) : Guitares (1)
  • Bjorn Friedrischen : Basse (1-6)
  • Kevin Storm : Guitares (2, 5, 6)
  • Masha Scream (Arkrona) : Chant (3)
  • Damna (Elvenking) : Chant (5)
  • Dom R. Cray (Equilibrium, Nothgard) : Guitare solo (5)
  • Trollmannen (Trollfest) : Chant (6)
  • Lethien (Elvenking) : Violon (10)

Pays: US
M-Theory Audio M-024-2 / Promo Gordeon Music
Sortie: 2018/10/12

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!