LACUNA COIL – The 1.19 show – Live in London

0 Participations
Notre évaluation
L'évaluation de lecteur
[Total: 0 Moyenne: 0]

Mais à quoi ça sert d’écrire une chronique pour faire la promotion du dernier album live de Lacuna Coil en Belgique puisque ce disque est déjà 114e dans les charts de Wallonie une semaine après sa sortie et bien avant que le modeste critique rock que je suis se mette devant son écritoire pour parler de cette dernière œuvre du gang milanais?

Œuvre, on pourrait plutôt parler ici de chef-d’œuvre ou de grand-œuvre, avec ce double album live rutilant et bourré jusqu’à la gueule de classiques imparables de Lacuna Coil. Ici, les choses se passent à Londres, à l’Arena O2 de Kentish Town pour être plus précis et ce n’est pas n’importe quel spectacle : c’est un concert qui marque le 20e anniversaire de Lacuna Coil. Eh oui, déjà vingt ans qu’Andrea Ferro (chant), Cristina Scabbia (chant) et Marco Coti Zelati (basse) parcourent les routes et les studios pour porter la bonne parole de leur métal gothique de grande classe. Si on veut être précis, on doit en fait compter 24 ans si l’on considère qu’Andrea Ferro et Marco Coti Zelati évoluaient préalablement dans Sleep Of Right, puis dans Ethereal en 1994-97 avant de se rebaptiser Lacuna Coil au moment de l’arrivée de Cristina Scabbia au second micro.

En vingt ans et huit albums, Lacuna Coil n’a fait que du grand boulot en faveur de la cause du métal gothique. Moins niais que Within Temptation, plus marquant que la plupart des groupes de métal symphonique à chanteuses bien poudrées et bien coiffées, Lacuna Coil n’a fait que gagner en excellence et en qualité au fil des ans. On était déjà dans du solide avec “In a reverie » (1999), “Unleashed memories » (2001), les classiques “Comalies » (2002) et “Karmacode » (2006). On avait connu un “Shallow life » (2009) plus en demi-teinte car écrit pour plaire à un public américain et on était finalement revenus vers un trio gagnant avec « Dark adrenaline«  (2012), « Broken crown halo«  (2014) et « Delirium«  (2016). Ce dernier album était d’autant plus convaincant que Lacuna Coil sortait d’une purge malencontreuse qui avait vu partir les deux guitaristes Cristiano Migliore et Marco Biazzi, ainsi que le batteur Cristiano Mozzatti, tous participants aux albums des grandes heures. Aujourd’hui, c’est le six-cordiste Diego Cavallotti qui assure rythmiques et solos, et c’est le nouveau Ryan Blake Folden qui écrase les fûts.

Et donc, avec cet album live “The 1.19 show – Live in London », Lacuna Coil résume avec brio sa très belle carrière, en assemblant pour nos tympans émus la crème de ses morceaux les plus fameux. On parle d’une belle carrière mais pourtant, en regardant de près les performances dans les charts de la planète, on s’aperçoit que les Italiens terminent souvent dans les 15e à 25e places dans leur pays d’origine, et 30e ou 40e ailleurs, ce qui les fait rester finalement dans les groupes secondaires, énorme injustice d’après ce qu’on va entendre sur cet album live. Ce disque révèle en effet un groupe formidable, motivé comme jamais pour fêter ses vingt ans auprès de son public anglais. Les bonnes conditions posées ici vont engendrer une succession de 25 morceaux magnifiquement interprétés, qu’on soit dans l’ancien (“A current obsession », “1.19″, “My wings », “Swamped », “When a dead man walks »), le très ancien (quelques extraits des premiers EPs “Lacuna Coil » de 1998 et “Halflife » de 2000) ou le neuf (“The army inside », “Nothing stands in our way », “Blood, tears, dust »). Les débuts du show sont forts, enthousiastes mais un épisode fait basculer le tout dans le grandiose, c’est ce titre “One cold day », hommage à Claudio Léo, guitariste original des premiers temps de Lacuna Coil, disparu en 2013. Totalement émouvant, interprété avec grâce par une Cristina Scabbia plus bouleversante que jamais, ce titre secoue les glandes lacrymales et fait chavirer les âmes. Après cela, on prête encore plus l’oreille à la prestation du groupe, servie par un son parfait et des performances guitaristiques resplendissantes en provenance de Diego Cavallotti. Emotion et puissance se partagent le gâteau, comme sur les formidables “Swamped », “Hyperfast » ou “Comalies », pour ne citer que quelques exemples. Après un petit “Intermezzo » achevant le set principal, le rappel met en lice cinq morceaux, dont une reprise du “Enjoy the silence » de Depeche Mode, offert en cadeau au public anglais. Ici encore, tout est brillant.

On l’a compris, Lacuna Coil n’est pas arrivé par hasard à une durée de vie de vingt ans. On lui souhaite encore de nombreuses années d’activités, en échange d’autres grands albums, bien sûr. Avec ce live, c’est une sélection formidable du meilleur de Lacuna Coil qui pourra aussi servir d’introduction à ceux qui ne connaissent pas encore ce groupe. Personnellement, après avoir pas mal écouté “Comalies » en son temps, j’avais un peu laissé tomber Lacuna Coil mais je redécouvre ici un groupe en forme olympique, plus convaincant que jamais. Taxi, vite, chez le disquaire le plus proche, que j’aille rafler tous les albums qui me manquent!

Pays: IT
Century Media
Sortie: 2018/11/09

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!