Bob & Lisa dans l’intimité

0 Participations

Concert intime et acoustique pour Lisa Kekaula et Bob Vennum , le couple mythique des Bellrays, en ce 20 mars au Botanique. Une Rotonde honteusement dégarnie, Lisa murmurant au passage “it’s like a gig in your living-room”. Effectivement… un petit concert privé : une voix prodigieuse et une guitare acoustique ! Aucune amplification, juste quelques monitors, des chansons réduites à leur essence. Un retour aux sources du blues, de la soul ou du gospel. Un grand moment de plaisir simple, pas de fioritures, pas d’arrangements alambiqués, de l’émotion, de la générosité et de l’authenticité. Les Californiens (Riverside) viennent de sortir un album 10 titres, “Rosethorns”, en témoignage de ce projet roots.

Peu de monde donc, mais des connaisseurs, les CD’s (10€) se sont vendus à la pelle. Preuve, s’il en est, que la prestation du duo fut méritoire. Pas d’avant-programme, le set débute à 20h15. Les éternels retardataires, s’amenant vers 21h, ont raté les 3/4 du concert. “Better late than never”, leur balance Lisa en rigolant.

“Testify” sur l’album “Meet the Bellrays” (2002) ouvre les hostilités… Une voix à la Aretha Franklin, des lyrics bibliques, une guitare et des backings inspirés. Tu pénètres, les yeux fermés, dans l’univers du couple et, tu laisses Lisa te conduire là où l’ âme des justes baigne dans la béatitude éternelle. “So hard”, nouveau soul/blues intense. “Save me”, toujours dans le moule gospel. Bob enchaîne sur des accords blues pur jus : “Baby what you want me to do” de Jimmy Reed. La Rotonde tape des pieds et bat des mains en cadence… You got me runnin You got me hidinYeah yeah yeah… Fabuleux !

“That’s all you get from me”, un petit country, pour varier les plaisirs. Retour à la profondeur évangélique “Buried alive”I gotta use this fire for something… une voix brûlante à la Tina Turner. Le premier titre de leur CD, “Crossfire Blues”, les roses ont l’odeur du whisky, nous chante Madame Kekaula. Exaltation de la soul et amertume du blues : mariage explosif ! Toujours sur ce premier album en duo “Endings & Beginnings” a love song. “Walking on the Rain” que Bob aurait écrit à l’âge de 8 ans ! Une nouvelle ballade sensible. “Jackie” suivi de “90 miles”, les plages de l’album défilent dans l’ordre.

La complicité du couple ne date pas d’hier, ça fait plus de 20 ans qu’ils partagent joies et tourments. Au début de leur carrière, ils jouaient déjà du folk/blues acoustique dans des cafés minables à Riverside. Ils n’ont rien perdu de leur sensibilité et simplicité d’antan. Un concert de Bob & Lisa se déguste comme une veillée entre potes, dames admises, of course…

“Every Single Day”, au background hippie, est une mélodie écrite par un ami de Bob. “I think of you”, splendide chanson d’amour pour laquelle le timbre de Lisa se fait Roberta Flack ou Minnie Riperton. “Wedding Bells” qui se trouve à la fois sur l’album des Bellrays “Hard Sweet & Sticky” et sur “Rosethorns” en version épurée. Chaud et jazzy comme un Cassandra Wilson.

Bob nous balance quelques accords plus nerveux : “Wishing Moon”, un rock agité et dansant. Rocking time, baby ! “Ride” débute a capella… nothing here can hurt you if you feel alright… avant de voir Mr Vennum attaquer des riffs bluesy saccadés. Tu ne peux t’empêcher de claquer des doigts, ni de gueuler “yeah” pour accompagner les yankees. Sure, we feel alright ! “Crazy Water”, un rhythm’n blues torride, achève ce set chaleureux de 65′.

La quarantaine de spectateurs présents rappelle Bob et Lisa, qui nous servent un bis brillant : “Find someone to believe in” des Bellrays. Un truc sentant bon le “Love the one you’re with” de Stephen Stills.
Séance dédicaces et grands sourires. Nice people : Bob & Lisa !

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :