ARCHIVE à l’heure de l’apéro (Interview)

0 Participations


En prélude à leur concert aux Halles de Schaerbeek le 19 septembre dernier, deux membres d’Archive, Darius Keeler (cofondateur) et Pollard Berrier (un des vocalistes), nous ont accordé quelques minutes de leur temps avant leur lunch. Résumé d’une rencontre bien sympathique.

Olivier Wouters: Hello Darius, hello Pollard, merci de nous recevoir pour Music in Belgium. Avant toute chose, je dois vous avouer que Jean-Pierre Lhoir, le rédacteur en chef du site, est un énorme fan d’Archive, c’était donc presque obligatoire de vous rencontrer.

Pollard Berrier: Pas de quoi, c’est un plaisir!

OW: Alors, comment vous sentez-vous en cette période chargée pour vous? Une tournée européenne qui commence, un nouvel album qui arrive en octobre, vous n’êtes pas trop stressés?

PB: Non, pas du tout, on est vraiment bien, nous avons donné trois concerts en Grèce la semaine dernière et les réactions du public ont été très positives. Non seulement c’était archi sold out mais en plus, le return a été excellent. En tout cas, on est tous très content d’être de nouveau sur la route et on est fin prêt à embrasser cette tournée. Alors, du stress, oui, mais du stress positif!

OW: Effectivement, cela fait longtemps que vous n’avez plus donné de concerts.

PB: Oui, depuis la fin de la dernière tournée, on a juste enregistré un show pour une émission à Paris puis plus rien jusqu’aux concerts de la semaine dernière.

OW: En octobre sortira un nouvel album (“Controlling Crowds Part IV”), qui est en fait la suite (et la fin) de “Controlling Crowds”, sorti au printemps dernier. Vous n’aviez plus assez de place sur l’album original ou vous n’aviez pas assez de matériel que pour faire un double album?

Darius Keeler: En fait, tous les morceaux ont été enregistrés sur la même période. L’approche est donc identique mais les atmosphères qui jalonneront le nouvel album seront radicalement opposées. C’est la suite de l’histoire, certes, mais elle a pris une tournure tellement différente qu’on a préféré la séparer plutôt que de distribuer un double album.

OW: Et cela n’a rien à voir non plus avec le CD bonus distribué avec les premiers pressages de “Controlling Crowds”?

DK: Non, c’est tout à fait différent…


OW: A l’écoute de “Controlling Crowds”, on se rend compte que vous avez trouvé un bon équilibre entre votre son trip hop des débuts et les atmosphères planantes qui sont plutôt la marque de fabrique de ces dernières années. Est-ce le retour du rappeur Rosko John qui est à la base de ce “nouveau” son?

DK: Pas tout à fait. Pour cet album, on a délibérément adopté une approche davantage basée sur l’électronique. On a expérimenté pas mal de sons et on a beaucoup joué avec nos laptops, ce qui nous a amené à utiliser moins de guitares, par exemple. Rosko remet au goût du jour les ambiances de “Londinium” (leur premier album en 1996) mais notre nouveau son est plutôt dû au fait que nous avons composé à partir d’instruments électroniques plutôt que classiques.

OW: En tout cas le résultat est à la hauteur des attentes.

DK & BP: Merci!

OW: Hormis les concerts de la semaine dernière en Grèce, votre tournée européenne commence officiellement ce soir en Belgique, un peu comme en 2006 où votre concert de l’Ancienne Belgique avait été parfait. Cela vous fait quoi de revenir sur le sol belge?

PB: On ne joue pas très souvent en Belgique, mais chaque fois que l’on vient, l’ambiance est toujours incroyable. Et c’est vrai que l’on se souvient très bien de ce fameux concert à l’Ancienne Belgique. Il était de fait très réussi.

OW: Comment expliquez-vous que vous avez plus de succès sur le continent européen que dans votre pays d’origine? Est-ce une question de promotion?

DK: A vrai dire, cela fait des années qu’on n’est pas promotionné au Royaume-Uni. On a fait quelques concerts il y a trois ans mais pour tout vous dire, on n’a même pas de maison de disques là-bas. Pour le moment, on se concentre sur l’Europe mais on va tenter de sortir “Controlling Crowds” en Angleterre autour de février 2010. En attendant, on a besoin d’un petit brin de chance pour que les bonnes personnes entendent nos morceaux et s’intéressent à nous.

OW: Est-ce un but en soi d’être reconnu dans son pays natal?

DK: Ce serait bien, effectivement, mais si on n’y arrive pas, ce n’est pas non plus la fin du monde.

OW: Sur cette tournée, vous allez jouer majoritairement des titres de “Controlling Crowds”. Vous n’avez pas peur de décevoir les gens qui veulent entendre les tubes d’Archive?

DK: Je pense que les gens sont toujours déçus d’une certaine manière car on ne peut pas jouer les morceaux que tout le monde veut entendre. En plus, “Controlling Crowds” est une histoire dans laquelle il est difficile d’insérer des anciens morceaux. Cela dit, les vrais fans ne seront pas déçus car ils vont se rendre compte de la direction que nous avons prise et où on en est actuellement. Mais c’est vrai qu’en festival, on jouerait sans doute plus d’anciens titres. Ce sera pour l’année prochaine.

PB: Le show que nous présentons aujourd’hui correspond à l’expérience que nous avons accumulée. Il est exactement ce qu’Archive est aujourd’hui et maintenant.

OW: Combien de personnes y aura-t-il sur scène ce soir ?

DK: 8. Normalement on est 9 mais Maria Q n’est pas avec nous sur cette tournée. Elle sera de retour l’année prochaine.

OW: Quelques mots sur la première partie, Birdpen?

DK: C’est le groupe de Dave Pen (un autre vocaliste d’Archive). On le connait bien puisqu’il joue sur scène avec nous. Ils vont nous suivre sur l’ensemble de la tournée et d’ailleurs je vous conseille d’aller les voir car ils font vraiment quelque chose de bien.

OW: Qu’allez-vous faire cet après-midi à Bruxelles?

DK: D’abord on va manger puis après, on n’aura pas beaucoup de temps avec les soundchecks et les autres interviews. On aura peut-être l’occasion d’aller faire un petit tour mais ce n’est même pas sûr. En tout cas, on va se relaxer, ça s’est certain.

OW: Des surprises prévues pour le show de ce soir?

DK: Le show sera une surprise pour tout le public vu qu’ils ne nous ont pas encore vus sur scène lors de cette tournée. D’autant plus que cela fait longtemps qu’on n’a plus joué chez vous. (c’était aux Ardentes en 2007)

PB: On a préparé un show terrible, j’espère que vous serez surpris également. Et le visuel vaudra le détour…

OW: Merci pour cette entrevue, Darius et Pollard, amusez-vous bien à Bruxelles et bon concert ce soir!

DK & PB: Merci

Darius et Pollard se dirigent ensuite vers l’appétissant buffet et rejoignent le reste du groupe pour un lunch bien mérité. Quelques heures plus tard, c’est le groupe qui va régaler le public des Halles avec un spectacle à la hauteur des attentes. Promesses tenues…

Photo © 2009 Bernard Hulet

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :