FOOL’S GOLD, de l’or pas idiot du tout

0 Participations

Fools Gold : le nom de ce groupe rappelle bien sûr les Stone Roses. Mais la ressemblance s’arrête là. Fool’s Gold est un collectif de Los Angeles initié par le chanteur Luke Top. Ils étaient au Botanique ce 17 novembre. Le groupe est notamment composé de Michael Tapper (ex batteur de We Are Scientists), d’Orphéo McCord (percussioniste de The Fall) et Matt Popieluch (du groupe Foreign Born) et semble avoir puisé son inspiration en Afrique, comme d’ailleurs Vampire Weekend. Des blancs qui jouent de la musique de noirs, rien que pour cela ça valait le détour, même si un autre concert alléchant, celui de Marc Ronson, se déroulait à l’Ancienne Belgique le même soir.

Avant le début du concert, on remarquera les congas qui trônent à côté de la batterie. Devant la scène, le saxo-guitariste installe son Macbook, qui nous fera sortir des sons étranges plus tard dans le concert. Bien sûr la setlist n’est pas très longue, la discographie du groupe se limitant à un album (sorti depuis mars 2010) de huit titres, qui a la particularité d’être chanté en hébreu.

“Nadine”, un des sommets de cet album est joué en tout début de concert, et tout de suite, on est happé par cette déclaration d’amour avec son saxo sensuel à souhait. Plus tard ce sera au tour de “Surprise Hotel”, avec son beat imparable qui fait trémousser le popotin et qui téléporte le public sur la plus torride des pistes de danses africaines.

Illustrant parfaitement ce mélange de genres poussé à l’extrème, nous faisons connaissance avec “Night Dancing”, instrumental endiablé, résultant d’un croisement entre de la hi life congolaise, de l’afrobeat et de la soul éthiopienne.

En rappel, les musiciens termineront assis, laissant le public scander le refrain de “The world is all there is”, avant le retour des lumières.

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :