GOLDEN EARRING donne son dernier concert au Lotto Arena d’Anvers

0 Participations


Golden Earring était en Belgique pour donner son dernier concert de l’année ce samedi 10 novembre 2011 au Lotto Arena d’Anvers, sold out et bourré à craquer. Cela fait maintenant 50 ans que le groupe s’est formé, dont 41 années avec les mêmes membres, ce qui doit faire de Golden Earring le band qui affiche la longévité la plus ancienne dans le rock avec le même personnel. Cet anniversaire est d’ailleurs célébré au Hague Historical Museum de la Haye, leur ville natale, depuis ce 10 octobre 2011. Le support act ce soir est endossé par Vintage Trouble, un groupe de Los Angeles, qui offre un rock très influencé par le rythm & blues et la soul music. Pas mal de pêche, un excellent chanteur, des morceaux qui convainquent immédiatement et qui groovent sans retenue, et une réelle présence scénique rendent ce support act très apprécié du public, et à juste raison. On en entendra sans doute encore parler dans le futur.

Golden Earring investit la scène vers 21h05 et attaque avec 2 nouveaux titres, prometteurs, de l’album à paraître en 2012 et dont une série de morceaux a déjà été enregistrée aux légendaires studios Abbey Road à Londres. Une première surprise : Golden Earring s’est adjoint les services d’un claviériste, comme à l’époque où Robert Jan Stips (Nits) les avait rejoints le temps de 2 albums (« Switch », 1975, et « To the hilt », 1976) et de 2 tournées. Suit « Another 45 miles », qui est repris en chœur par toute la salle. Datant de 1969, ce titre est devenu un classique de leur répertoire depuis qu’il avait été intégré aux shows acoustiques. On mesure à quel point Golden Earring est resté populaire chez nos amis du nord du pays et certains de leur morceaux sont encore très régulièrement joués sur les ondes flamandes. Idem pour « Buddy Joe » et évidemment « Twilight zone », second plus gros succès international de Golden Earring. Le groupe a l’air en forme, Barry Hay affiche une forme insolente pour son âge, 63 ans, il en paraît facilement 10 de moins. Quant à son chant, il fait partie de cette race de chanteurs qui gardent leur voix sans perdre une seule partie de son registre et on se rend compte à quel point il reste un chanteur exceptionnel, tout en feeling et en force. Notons aussi que le guitariste Georges Kooymans chante aussi très bien et que la complémentarité des deux voix constitue un atout pour le groupe, manifeste dans « Twilight zone » par exemple.


Un invité quasi permanent fait alors son apparition, Bertus Borgers au sax, déjà présent sur la tournée « Switch » en 1975, et qui réapparaît sporadiquement lors de shows ou de tournées du groupe. Il jouera sur les 4 titres suivants, « Make love to yourself », « She flies on strange wings », morceau qui est quasi toujours présent dans chaque concert du groupe, « The devil made me do it », repris en chœur par l’audience, et « Vanilla Queen », qui reste un moment fort du répertoire du quatuor batave. Golden Earring joue ses morceaux dans des interprétations proches de l’original et l’on se rend compte combien ces musiciens sont talentueux. Georges Kooymans est un guitariste au jeu très varié et toujours juste, qui refuse les démonstrations gratuites mais qui vous offre quelques soli inspirés et techniquement supérieurs. On ne manquera pas aussi de rappeler que le batteur Cesar Zuiderwijk avait été contacté par le Who pour remplacer Keith Moon à la mort de ce dernier, tandis que le management de Jimi Hendrix avait approché le bassiste Rinus Gerritsen pour une collaboration entre le génie de la guitare et le bassiste fidèle aux Danelectros. Ce soir, pour me faire mentir, et pour la première fois en concert, il n’en utilisera d’ailleurs aucune, présentant toute une série de basses conçues et mises au point par son père et lui-même.

Le groupe entame un « Back home » irréprochable, rappel du leur 1er succès en Belgique en 1970, puis plus loin « When the lady smiles », titre qui est resté extrêmement populaire en Flandres et que la salle entière chante avec le groupe. Pas beaucoup de communication entre le groupe et le public, à part un mot de bienvenue après 3 morceaux, mais le light show est magnifique et le sera tout au long du set. Ils envoient alors un « Liquid soul » très rock, un « Johnny make believe » plus acoustique et c’est le solo de basse de Rinus Gerritsen, annonciateur de « Radar love », un des titres encore les plus joués sur les ondes américaines et choisi comme thème musical par Clinton lors de sa campagne présidentielle, signe de la popularité de ce titre aux USA. Le solo de basse de Gerritsen a évolué au cours des années et est passé du stade de solo violent et sauvage à celui plus structuré et mélodique, même si ça se termine toujours avec larsen et floyd rose vibrato. Pour l’anecdote, c’est en voyant Gerritsen (et Entwistle) que Steve Harris de Iron Maiden a décidé de devenir bassiste, après avoir essayé d’autres instruments. Harris arbore d’ailleurs périodiquement un t-shirt de Golden Earring sur scène et Iron Maiden a du reste enregistré un cover de Golden Earring, « Kill me (Ce soir) ».


« Radar love » est évidemment irrésistible et la foule se meut en vagues successives au rythme de cet hymne du hard rock, qui présente en son milieu le solo de batterie de Zuiderwijk et qui laisse l’espace à Kooymans de se lancer dans un solo saignant sur sa Gibson Les Paul. Le show se termine et Golden Earring revient pour un rappel qui verra 2 titres se succéder : « Long blond animal » écrit par Barry Hay en hommage à sa femme et repris une nouvelle fois en chœur par le public, suivi de « Holy holy life », datant de 1971. Ovation finale et le groupe se retire sans plus revenir.

Golden Earring a pourtant donné ce soir au Lotto Arena un show moyen, sans beaucoup de communication et sans cette indicible dimension qui peut magnifier un concert. Évidemment, Golden Earring ne peut être mauvais, 41 ans de complicité lui donne une rare cohésion et les 4 musiciens ont à leur actif une série de titres connus et populaires au Benelux et en Flandres mais aussi internationalement. Leur show reste toujours pour le moins extrêmement professionnel, le public en a donc pour son argent et celui d’Anvers ce soir a visiblement apprécié le dernier concert du groupe en 2011. Il n’empêche, le show de Golden Earring a manqué ce soir à Anvers de cette magie qu’il insuffle généralement dans son show. Vivement 2012…

Liste des morceaux :

  1. Identical
  2. Going somewhere
  3. Another 45 miles
  4. Buddy Joe
  5. Twilight zone
  6. Making love to yourself
  7. She flies on strange wings
  8. The devil made me do it
  9. Vanilla Queen
  10. Back home
  11. Going to the run
  12. When the lady smiles
  13. Liquid soul
  14. Johnny make believe
  15. Bass solo
  16. Radar love
  17. Long blond animal (rappel)
  18. Holy holy life (rappel)

Musiciens :

  • Barry Hay – chant, guitare et flûte
  • George Kooymans – guitare et chant
  • Rinus Gerritsen – basse
  • Cesar Zuiderwijk – batterie
  • Guest : Jan Rooymans – claviers
  • Guest : Bertus Borgers – Saxophone

Les autres photos de
Golden Earring

Photos © 2011 Hugues Timmermans

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :