Les VACCINES confirment leur statut à l’AB

0 Participations


Dernière visite de l’année à l’Ancienne Belgique ce lundi 19 décembre avec le passage d’un groupe qui aura marqué 2011 de son empreinte. Encore inconnus voici douze mois, les Anglais de The Vaccines surfent depuis sur la vague de la hype avec beaucoup d’habileté. L’occasion de vérifier tout cela dans une salle archicomplète acquise à leur cause. En réalité, ce concert était au départ prévu le 18 octobre, mais des problèmes récurrents affectant la voix du chanteur Justin Young l’ont contraint à passer une troisième fois sur le billard (en neuf mois !) et à annuler la mort dans l’âme une tournée nord-américaine. Les concerts européens ont, quant à eux, été postposés malgré un agenda hyper chargé qui les as notamment vus jouer en première partie des Arctic Monkeys en Angleterre.


Ce soir, ils avaient demandé à Trailer Trash Tracys d’ouvrir pour eux. Ce quatuor au nom difficilement prononçable et encore plus compliqué à retenir va nous laisser perplexes. D’un point de vue visuel tout d’abord, avec une chanteuse au goût vestimentaire douteux (son legging en imitation peau de léopard ne se mariait pas trop avec ses combat shoes et son béret rouge), mais surtout d’un point de vue auditif, avec une balance dont les réglages laissaient vraiment à désirer.

En effet, sa voix sensuelle et potentiellement captivante était systématiquement couverte par le son des instruments avec le désavantage de finir par lasser au bout d’un moment. Cela dit, n’est pas My Bloody Valentine qui veut. C’est en tout cas la référence qui nous est venue instantanément à l’esprit, au milieu d’un brouhaha qui tendait vers un shoegazing approximatif. Leur premier album (“Ester”) sortira au tout début de l’année prochaine et devrait bénéficier d’une production un peu plus léchée. C’est en tout cas ce qu’on leur souhaite.

Les Vaccines avaient déjà fait sensation en remplissant l’Orangerie du Botanique avant même que leur album ne soit disponible (c’était en février dernier).
What Did You Expect From The Vaccines?
est sorti entre-temps et le groupe avait donné un set d’excellente facture le dimanche après-midi sous la Pyramid Marquee à Werchter. Des prestations courtes, mais d’une intensité décuplée. Sans surprise, ce sera une fois encore le cas ce soir.


En l’espace de cinq minutes, ils vont effectivement balancer trois uppercuts à la figure d’un public ébahi, dont “Tiger Blood”, un nouveau titre produit par une de leurs idoles, Albert Hammond Jr (le guitariste des Strokes). Juste avant, “Blow It Up” aura servi de tour de chauffe alors que le direct “Wreckin’ Bar (Ra Ra Ra)” enverra les premiers rangs dans le moshpit sans aucune autre forme de procès.

En tout cas, Justin Young ne ménage pas sa voix et on peut être rassuré quant à la réussite de sa récente intervention chirurgicale. En revanche, son look ne correspond plus trop à l’esprit rebelle du groupe. Parfois, se laisser pousser les cheveux et négliger sa pilosité faciale n’a pas que des effets positifs. À ses côtés, le guitariste Freddie Cowan (qui n’est autre que le frère de Tom, bassiste de The Horrors avec qui il partage la même façon maniérée de bouger avec son instrument), le bassiste chevelu et nordique Arni Hjörvar ainsi que l’athlétique batteur Pete Robertson amènent une énergie qui fait plaisir à voir.


Sans surprise, la totalité de la plaque sera jouée ce soir, avec très peu de temps mort. Il faut dire que les compositions somme toute basiques mais efficaces (trois accords, une rythmique rigoureuse et une mélodie vocale) s’apparentent déjà à des classiques. Comment rester de marbre sur “If You Wanna”, “Wolf Pack” ou le toujours aussi entêtant “Post Break-Up Sex” (malgré une version un rien loupée ce soir). Même les titres les plus “sages” (“A Lack Of Understanding”, “Wetsuit”) reçoivent un traitement dynamique spécial pour la scène, ce qui apporte une cohérence positive à l’ensemble (même si la qualité du son n’était malheureusement pas toujours constante).

Les deux autres nouveaux titres interprétés ce soir (“Teenage Icon” et “No Hope”) très rockabilly punk (quelque part entre les Ramones et Eddie Cochran avec une touche des Strokes), ne traduisent pour l’instant pas une direction radicalement différente en vue d’un deuxième album toujours à l’état de projet (mais avec une sortie prévue pour 2012, d’après le leader).

Fidèles à leur réputation, ils quitteront la scène après une grosse demi-heure de prestation, au terme de la dernière plage de l’album, “Family Friend”. Un final un rien trop calme que pour être honnête, raison pour laquelle ils reviendront pour un rappel (un peu court, diront les mauvaises langues) de deux titres. Curieusement, c’est avec une face B (“We’re Happening”, déjà jouée au Bota) qu’ils vont l’entamer avant de le clôturer sur un dernier hymne indie, “Norgaard”, dans la folie que vous imaginez. Après dEUS deux jours auparavant, notre année de concerts se termine donc sur une excellente note. Rendez-vous en 2012 pour de nouvelles aventures…

Les autres photos de

The Vaccines
|
Trailer Trash Tracys

Photos © 2011 Olivier Bourgi

Laisser un commentaire

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :